samedi 14 avril 2018

Voulez-vous la guerre?


"Face au délire, aucun dialogue, aucune loi internationale, aucun code, ne sont possibles. Seule règne : La Loi du Plus Fort." Georges Stanechy


Les régimes des USA, du Royaume-Uni et de la France (seul pays de l’Union européenne) ont donc bombardé cette nuit la Syrie par humanisme, compassion, horreur des massacres.
Par amour et par pacifisme. Avancer une autre hypothèse serait du complotisme
.” 
Theophraste R.

Le massacre des croisées



Voulez-vous la guerre?
Le sous-gouvernement français serviteur des pouvoirs financiers pro-atlantistes à fort à faire pour masquer la gabegie sociétale d'une France en voie de démantèlement qui n'a fait qu'aller d'humiliations en humiliations, de mensonges en mensonges depuis le régime belliciste de Sarkozy le petit, après les re(en)culades à répétition de la poule mouillée françoise H. qui a pris le relais pour en finir avec un PS en complète décomposition morale. Et maintenant, à tout saigneur tout honneur, drapé dans une toge étoilée rayée par les traits rouges de la honte bien trop grande pour lui, couronné de morgue, voici sous les ors du palais le mal élu laquais de Rotschild, qui a décidé de remettre à sa place la fille putative de l'église et pour y parvenir rien ne vaut en fin de compte une croisade contre les hérétiques. Le coquelet Macron en accélérant à la vitesse grand V le processus de destruction du service public entamée par ses prédécesseurs, face à la grogne sociale qui lui explose à la gueule, ne fait que ce que font les hommes d'états quand ils sont acculés contre le mur rugueux d'une réalité historique qui les dépasse : une putain de guerre! Histoire de faire oublier aux citoyens de plus en plus réticents à une Europe des consortiums leur mal de vivre et de remettre tout le monde au pas. Les opposants n'ont qu'à bien se tenir, la loi martiale ne saurait tarder à revenir des fins fonds les plus sinistres de notre mémoire collective. Nous sommes en guerre, non? En pleine merde même. Je prédis pour cette année une exceptionnelle récolte de betteraves de plain-chants patriotiques. André Chenet

Le siège de damas, 1187


"Nous débarquions la nuit, sans prévenir... Dans la majorité des cas, les renseignements fournis par les informateurs irakiens étaient faux et nous n’avons rien trouvé. L’une des fusillades à laquelle j’ai participé a causé la mort de civils, car nous nous étions trompés de cible. J’en ai été très affecté. Peut-être aurais-je pu tolérer tout cela si j’avais cru en une guerre juste, mais ce n’était pas le cas. L’effet cumulé m’a convaincu que nous créions bien plus d’ennemis que nous n’en tuions. Il y a d’avantage d’islamistes radicaux dans le monde aujourd’hui qu’au moment du 11 septembre. Notre stratégie est clairement contre-productive. La politique américaine au Moyen-Orient depuis 2003 est un désastre complet, elle n’a servi qu’à générer le chaos et le conflit."
Brian Van Reet, vétéran états-unien d’Irak, Humanité du 12 avril 2018)



Les raids occidentaux visent à "entraver" l'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), a déclaré dans un communiqué le ministère syrien des Affaires étrangères.
Le gouvernement syrien a dénoncé samedi comme une "violation flagrante" du droit international par l'opération militaire menée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni contre plusieurs cibles en Syrie, en réponse à une attaque chimique présumée imputée aux forces du Président Bachar al-Assad dans la Ghouta orientale.


Donnez-nous des preuves!

... L'attitude ce certains pays occidentaux, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne au sujet de la Syrie soulève de nombreux problèmes. Ces pays, sur la base d'accusations d'emploi de gaz qui sont loin d'être prouvées, veulent faire des frappes sur des objectifs tant militaires que civils « punir » le régime syrien.
…/...
Les accusations concernant une attaque chimique dans le secteur de la ville de Douma se sont multipliées depuis ces derniers jours. Mais, des éléments irréfutables n'ont pas été présentés au public. La Russie prétend que cette attaque n'a pas existé, et qu'elle relève d'un montage de l'un des groupes combattant à Douma. Il convient de rappeler que des soldats russes ont pu se rendre dans la ville de Douma, qui a été reprise par les forces de Bachar-el-Assad. Devant cette situation, Emmanuel Macron, lors de son interview de jeudi 12 avril, a affirmé détenir des preuves. Néanmoins, depuis le scandale des affirmations américaines et britanniques à l'ONU au sujet des armes de destruction massive soi-disant détenues par l'Irak, ce genre d'affirmation n'est plus recevable. L'ancien secrétaire d'Etat américain, M. Colin Powell a reconnu, depuis, le mensonge, et indiqué qu'il avait été manipulé par une frange des services secrets3. De même, il a été prouvé que Tony Blair, le Premier ministre britannique avait lui aussi menti. Ce précédent a durablement invalidé la parole publique des responsables politiques. Emmanuel Macron dispose peut-être de preuves irréfutables. Mais, il ne peut être cru sur parole. Ces preuves, il doit les montrer à l'opinion, et les soumettre à critique et discussion..."
Jacques Sapir



Macron en chef de guerre

Extraits de "Lettre ouverte au président Macron"

de Jean-Yves Jezequel, le 11 avril 2018

…/...
Vous devez savoir obligatoirement qu’aucune arme chimique n’a été utilisée à Douma et que le montage vidéo des casques blancs est une fois encore au service de la propagande mensongère et odieuse qui règne en maître depuis 2012 dans les médias exclusivement occidentaux! Si, nonobstant, vous étiez vraiment convaincu de ce que vous dites et réellement sincère, ce serait alors encore plus grave et plus désespérant pour toutes les personnes lucides de ce pays!

Monsieur Emmanuel Macron, si vous engagez davantage la France dans ce crime contre l’humanité en Syrie, vous l’aurez traînée un peu plus dans la boue, vous nous aurez couverts encore plus de honte, vous nous aurez blessés, humiliés et anéantis pour des générations… Car vos prédécesseurs nous ont déjà trahis en apportant l’aide et le soutien de la France aux djihadistes terroristes d’Al-Nosra aujourd’hui appelés  JabhatFateh al-Sham.

Pourquoi devez-vous suivre aveuglément des États pratiquant depuis longtemps des guerres illégales, des génocides répétés, des désastres sans nom, des sanctions injustes et parfaitement arbitraires, des pillages crapuleux, des crimes impardonnables comme ceux commis en ce moment au Yémen avec des armes françaises?

Vous devez savoir obligatoirement qu’aucune arme chimique n’a été utilisée à Douma et que le montage vidéo des casques blancs est une fois encore au service de la propagande mensongère et odieuse qui règne en maître depuis 2012 dans les médias exclusivement occidentaux! Si, nonobstant, vous étiez vraiment convaincu de ce que vous dites et réellement sincère, ce serait alors encore plus grave et plus désespérant pour toutes les personnes lucides de ce pays!

Monsieur Emmanuel Macron, si vous engagez davantage la France dans ce crime contre l’humanité en Syrie, vous l’aurez traînée un peu plus dans la boue, vous nous aurez couverts encore plus de honte, vous nous aurez blessés, humiliés et anéantis pour des générations… Car vos prédécesseurs nous ont déjà trahis en apportant l’aide et le soutien de la France aux djihadistes terroristes d’Al-Nosra aujourd’hui appelés  JabhatFateh al-Sham.

Pourquoi devez-vous suivre aveuglément des États pratiquant depuis longtemps des guerres illégales, des génocides répétés, des désastres sans nom, des sanctions injustes et parfaitement arbitraires, des pillages crapuleux, des crimes impardonnables comme ceux commis en ce moment au Yémen avec des armes françaises?
…/...
Au nom de ma conscience et de celle de mes concitoyens lucides, je ne peux que souhaiter votre démission de cette fonction pour laquelle vous démontrez que vous n’êtes pas plus à la hauteur que vos prédécesseurs, Monsieur Hollande et Monsieur Sarkozy. Vous avez déjà clairement trahi la France et les Français en vendant ses originalités industrielles aux intérêts d’un « État-profond » dominateur et flibustier, en la livrant entre leurs mains, en la faisant servante des projets criminels de leur cupidité sans borne et de leur arrogance sans fond! 
…/...
Jean-Yves Jézéquel, philosophe et psychanaliste




"A l’instar de Bush et de Trump, Macron ignorerait ainsi le droit international en contournant cyniquement l’ONU (les veto russe et chinois sont dits « scandaleux » quand ils protègent le Proche-Orient contre les faucons étasuniens alors que le veto américain est tout naturel quand il protège le boucher Netanyahu d’une condamnation de la « communauté internationale » : parlementaires français et presse sont, là encore, très majoritairement complices de ce deux poids/deux mesures monstrueux !). S’il en est temps encore, il urge de comprendre ce dont Macron est le nom : celui d’une casse tous azimuts, au profit de l’oligarchie capitaliste, de l’héritage progressiste français. D’une casse « en même temps » sociale, industrielle, nationale, scolaire, universitaire, diplomatique et institutionnelle qui ne fait que s’aggraver depuis, au moins, l’élection (sous influence de l’argent étranger ?) de Nicolas Sarkozy." Georges Gastaud (philosophe), Annie Lacroix-Riz (historienne)



La Syrie frappée


Halte à la guerre
…/...

Dans nos « démocraties » occidentales qui unilatéralement se disent grandes, les « élites » qui ont soumis les populations à un lessivage de cerveau sans précédent font semblant de croire encore à la narrative mensongère, immorale et imbécile injectée depuis sept ans dans les méninges ramollies par le « mainstream » médiatique, universitaire et politique. Il serait étonnant que ces esprits pleins de morgue et de suffisance y croient vraiment : ce serait d’ailleursinquiétant pour leur santé mentale. Ecartant donc l’hypothèse, on retiendra plutôtqu’ils ont trouvé un fonds de commerce gratifiant dans cette gigantesque escroquerie intellectuelle et qu’ils ont réussi à l’acclimater sous nos latitudes oùl’on se dit cartésien, puisqu’elle provoque si peu de réactions… Pour l’instant !

Si elles avaient une mémoire collective, les opinions se souviendraientdu sort de l’Irak, de la Somalie, de la Libye…peut-être de l’ex-Yougoslavie, voiredu Yémen où destructions et massacres se poursuivent sous l’égide de l’amistratégique imprévu qu’est le jeune Mohammed Ben Salman, étreint avec effusion par notre ministre des affaires étrangères lorsqu’il débarque tel le Messie. Elles reverraient Colin Powell brandissant ses fioles venimeuses et chimiques pourjustifier une invasion de l’Irak et son démantèlement. Pas de sa faute : il était, dira- t-il la bouche en cœur, mal informé par ses « services ». Mais les opinions «civilisées» (que l’on appellerait dédaigneusement «rues» si elles étaient « arabes ») sont anesthésiées par le flot de désinfo et de désintox, hébétées par les débats de société qui leur sont proposés ou imposés, toujours anecdotiques et marginaux. La guerre ou la paix ? Bof. Quant aux élus, ils sont superbement ignorés : à quoi pourraient-ils servir ?

Frétillant comme son prédécesseur Hollande à l’idée de participer auxfrappes contre la Syrie et le « régime de Bachar », Macron, qui réserve ses pensées complexes à son ami Trump, esprit bien connu pour sa subtilité, ose qualifier cette nouvelle attaque illégitime, arrogante et dépravée de « devoir moral ». Devons- nous nous habituer à voir par les nuits sans lune nos dirigeants se tortiller sur leur fauteuil, le doigt sur le bouton et le petit doigt sur la couture du pantalon, attendant le feu vert des fous du Pentagone ou de la Maison-Blanche pour lancer leurs engins meurtriers sur la Syrie qui ne les a jamais agressés ? Quelle sinistre comédie ! Comme si 400 000 morts, 13 ou 14 millions de réfugiés, exilés ou déplacés, un pays ravagé, ne suffisaient pas à combler le sens moral de ces hautes consciences. Après sept ans de mensonges éhontés, de destructions systématiques, de méfaits innommables, peut-on vraiment dire que « le respect de l’autre » est une « valeurde l’Occident » ?

A la vue des séances consacrées à la Syrie et à l’audition des échangesqui les agrémentent, on peut dire que la prestation – navrante – du Conseil de Sécurité témoigne de la ruine globale du système international.

…/...

Au-delà du droit, c’est la diplomatie qui est en danger. Bien plus que le clivage Est/Ouest nouveau modèle, il faut incriminer la perte des us et coutumes, des pratiques, des normes et du langage de la diplomatie. Comment justifier le honteux spectacle des représentants occidentaux maniant la menace, l’injure, lemensonge et les propos aberrants dans l’enceinte du Conseil, transformé en parterre d’enragés et de falsificateurs ? Comment qualifier le grossier personnageélu par l’Amérique profonde et soutenu par son Etat profond dès lors qu’ilbombarde ? Elephantman dans un magasin de porcelaine, il incarne mieux que tout autre avant lui le système que suggéraient, il y a quasiment un demi-siècle, Nixon et Kissinger dans la théorie du Mad Man : l’Amérique doit compter parmi ses dirigeants des cinglés dont l’imprévisibilité sera de nature à terroriser ses ennemis. M. Trump twitte parmi nous.

La France ne vaut guère mieux. Elle fait partie de ces pays qui « prétendent dire le droit » tout en le violant à l’occasion, comme le reconnaissaitimplicitement son président en décembre dernier dans une interview à France 2. La voilà qui se joint au régime trumpiste criminel pour clamer qu’elle procèdera à desfrappes contre la Syrie, avec ou sans résolution du Conseil de Sécurité. Alors que son siège permanent est lorgné par de grands amis comme l’Allemagne, ne risque- t-elle pas de perdre à jamais son statut « privilégié » en s’affichant ainsi prête àbombarder sans mandat un Etat-membre, après avoir contribué à sa destruction et tenté de renverser son président légitime ?

Ne scie-t-elle pas la branche sur laquelle elle est majestueusement assise, cette France qui naguère tenait la Charte onusienne pour une Bible et fondait sa diplomatie sur la légalité internationale, et qui désormais en bafoue régulièrement les principes majeurs : égalité souveraine des Etats, non-ingérence,droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et droit des Etats à choisir leur régime politique sans ingérence étrangère ? Cette France que l’on écoutait souvent, la« trouvant juste même lorsqu’elle se montrait injuste ».

Revenons aux fondamentaux. Malgré la phrase sacro-sainte qui, en Occident et dans notre Hexagone, sert de gilet pare-balle aux mieux intentionnés,rappelons que Bachar Al Assad, président légitime d’un pays en guerre, sans qui la Syrie ne serait plus qu’un souvenir, fait seulement son devoir. On servirait moinssouvent la rengaine qu’il n’est « pas irréprochable » si l’on posait la question del’honorabilité de ses ennemis ou détracteurs, qu’ils soient sauvages ou mal dégrossis, ou délicats et donneurs de leçons. Irréprochables, les dirigeants des « grandes démocraties » ? Irréprochables, ceux qui soutiennent l’insoutenable et enmasquent l’horreur ? Irréprochables ces retraités aveugles, sourds et muets quant aux crimes inscrits à leur palmarès ?

Nos présomptueux dirigeants qui n’ont cessé de jouer avec le feu et sont responsables de l’embrasement, ne s’émeuvent pas pour autant, sûrs de leurbon droit et de leur aptitude à gérer les évènements entre affinitaires de bellesmanières. Si nous l’ordonnons, pensent ces va-t-en guerre qui adorent les ordonnances, il faudra bien que la piétaille des braves gens se mette en marche, aupas cadencé, avec tambour et trompette. C’est le métier de la France d’en bas d’obéir sans broncher à celle d’en haut, pensent-ils. Eh bien non ! Il faut leur donner tort. La France est partie prenante dans la nouvelle agression qui se prépare. Si par grand malheur elle est lancée, nul n’en connaît les suites. Il y aura des représailles et nous ne serons pas épargnés. « Pourquoi nous ? » ou « nous ne savions pas » seront de piètre utilité. Réveillons-nous car il se fait tard.
.../...
Michel Raimbaud, ex ambassadeur français



Aucun commentaire: