lundi 23 avril 2018

Comment ne pas être antisioniste?



Mohammed Ibrahim Ayoub, 15 ans
assassiné par les soldats de l’occupation
à Gaza le 20 avril 2018.


Mais les soldats israéliens n'utilisent pas seulement les fines balles qui transpercent des enfants ou des journalistes. Je peux en témoigner. J'ai opéré à l'hôpital Shifa, le principal hôpital de la Bande de Gaza, du 8 au 15 avril. Les soldats israéliens utilisent aussi les « soft-nose bullets », ces balles à effet explosif qui font éclater les os, transforment en une bouillie sanglante l'intérieur des cranes, broient les corps en y laissant des cratères où l'on peut passer le poing. Et ils utilisent aussi les gaz. Des attaques chimiques comme celles, simultanée sur le nord et le sud de la Bande de Gaza qui ont laissé au sol des dizaines de blessés inconscients et agités de convulsions pendant de longues minutes. Des convulsions qui se reproduisent régulièrement chez les victimes hospitalisées dans les services de soins intensifs. Des gaz neurotoxiques. D'autres gaz, de couleur différente, produisent vomissements et diarrhées sanglantes.”

Professeur ChristopheOberlin, chirurgien et témoin


Christophe Oberlin

Devinette. Un pays d’exception.
Et un hommage à Mohammed Ibrahim Ayoub, 15 ans, assassiné par les soldats de l’occupation à Gaza le 20 avril 2018


Par Badia Benjelloun

C’est le seul pays qui n’a pas délimité ses frontières.
L’un des rares à définir la citoyenneté selon des critères religieux.
Le seul qui accueille des immigrants comme ses citoyens à part entière d’après leur appartenance religieuse, dûment vérifiée par leur généalogie.
Il est le premier bénéficiaire, en classement par tête d’habitant, des largesses, aides et subventions financières et militaires des Usa.
Il est celui qui a bafoué le plus de résolutions de l’ONU.
Il doit sa légitimité à l’existence d’une promesse faite à un banquier et signée par un Ministre d’un Etat colonial en guerre : céder un territoire qui appartenait à un peuple à un groupe humain non constitué politiquement avant même que l’Etat colonial en question n’en disposât comme butin de guerre.

Il est le seul pays en guerre avec ses voisins depuis sa création et qui s’agrandit à leur dépens au fur et à mesure de ses agressions militaires, toujours appuyées militairement et logistiquement par les puissances occidentales.

Il est le seul pays à occuper continûment des territoires en expulsant activement ses habitants par toutes sortes de techniques coercitives depuis plus de 70 ans. Il commet cette colonisation d’un nouveau type avec la complicité de la ‘communauté internationale’ réduite aux anciennes puissances impériales devenues vassales des Usa.

Il est le seul pays à pratiquer une politique d’apartheid, grâce à une législation clairement ségrégationniste et raciste vis-à-vis de la population indigène, tout en proclamant racistes les consciences qu’elle ne parvient pas à intimider qui percent les murailles de silence et le critiquent.

Il est le seul pays à disposer de réseaux médiatiques internationaux qui l’aident à qualifier ses multiples et incessantes agressions militaires comme des réactions de défense.

Il est le seul pays à procéder ouvertement à des assassinats ciblés d’opposants à sa politique d’agression et d’annexion.

Il est le seul pays qui fonde son identité sur une catastrophe historique survenue ailleurs que sur la terre qu’il a extorquée pour s’établir, commise par d’autres que ceux qu’il martyrise et spolie.

Il est désormais le seul pays (depuis peu) qui a réussi à obtenir d’une instance internationale, ici le parlement européen, qu’elle qualifie comme délit raciste une critique de sa politique criminelle et authentiquement raciste et suprématiste.

Il est aussi le seul pays à faire invoquer par ses supporters extérieurs des catégories comme la Haine en substitution à des concepts ou outils politiques.
Sans le moins du monde faire s’esclaffer la classe politique et celle des faiseurs d’opinion.

Pour ma part, j’attends ma condamnation par le parlement européen car je me déclare antisioniste, opposée à l’Etat criminel d’Israël, fondé sur une usurpation, une spoliation, des escroqueries et des crimes sans nombre et qui constitue une source d’instabilité majeure dans le monde, bien au-delà du Proche-Orient.

Voici ci-dessous mon humble contribution en témoignage de ma compassion pour les enfants de Palestine que cet Etat assassine sans émouvoir ceux que la ‘Haine’ révulse.

A
Mohammed Ibrahim Ayoub, 15 ans
assassiné par les soldats de l’occupation
à Gaza le 20 avril 2018.


Avec une fronde en mains fendre le mur
Et sentir couler l’air frais de l’aventure
Boire alors à l’eau du rêve qui torture
De noirs nuages gorgés de colère pure.
Le pollen meurtri au barbelé sature
L’invention des matins de ses brûlures
Le jardin en camisole pour vêture
N’ose plus confier au vent ses blessures
De crainte que l’oiseau sans aile immature
Pour l’envol soude l’orage à sa fêlure.
La saison sonne clair, s’écrit sans rature
Les enfants s’élancent, vives créatures
Pierres en poche, drapeaux en voilure
A l’assaut de l’odieuse fermeture.
Le goût suave des étendues futures
l’âpre présent teint de grenades trop mûres
les cris feutrés de la terre que ceinture
ses geôliers passagers sans envergure
les cent promesses aperçues de l’étroiture
étranglant la révolte compagne sûre,
en un mince filet fuient de l’ébréchure
qu’un claquement soudain fit à l’ossature
d’un enfant de quinze ans de frêle stature.
Couché dans l’herbe, sève offerte en pâture
A un Cyclope rongé de forfaiture.



Badia Benjelloun, le 21 avril 2018


Source : the International Solidarity Movement




Ahed Tamimi : une chanson est née (Extraits)


Par Uri Avnery


-------------------


L'histoire de Ahed Al-Tamimi a eu lieu en Cisjordanie. Mais elle a résonné jusque dans la bande de Gaza : Dès l'instant où j'ai vu la scène où Ahed Al-Tamimi boxait la face d'un capitaine de l'armée israélienne, j'ai compris que quelque chose d'important était arrivé.
-------------------
Un ami d'outre-mer m'a envoyé l'enregistrement d'une chanson. Une chanson arabe, avec une douce mélodie arabe, chantée par un chœur féminin arabe, accompagné à la flûte.
Ça donne ça :
Ahed,
tu es la promesse et tu es la gloire
debout comme l'olivier de notre terre
du berceau au sépulcre
ta dignité restera sans tache

Patrie, plantée en nous,
ancrage pour chaque vaisseau
nous sommes la terre et tu es la marée

blonde, à la riche crinière
pure, de la pureté du sanctuaire
‎tu enseignes aux générations
comment se rebelle le peuple oublié

Patrie, plantée en nous,
ancrage pour chaque vaisseau
nous sommes la terre et tu es la marée

tes yeux bleus sont le phare
d'une patrie qui étreint
toutes les civilisations dans son sein
tu as uni le proche et le lointain
incendié les cœurs d'une étincelle
ton front haut est un sommet
il aiguise en nous toutes les ardeurs
tu as illuminé les ténèbres
et de tes mains délicates
ébranlé le monde
par trop de bravoure
Tu as rendu la gifle au profanateur
Et le respect à la nation
…/...

Le public israélien s'est habitué à l'occupation. Il croit qu'il s'agit d'une situation normale, que l'occupation pourra durer toujours. Mais l'occupation n'est pas une situation normale, et un jour, elle arrivera à sa fin.
Dix mille britanniques ont gouverné des centaines de millions d'indiens, jusqu'à ce qu'un homme décharné appelé Gandhi soit allé récolter du sel sur la côte en s'opposant à la loi. La jeunesse indienne s'est levée et la domination britannique tomba comme une feuille d'un arbre en Automne.
La même stupidité s'empara de tous les agents de l'occupation qui ont eu affaire à Ahed Al-Tamimi. Les officiers de l'armée, les procureurs et les juges militaires.
Si nous étions des occupants avisés - un oxymore - nous aurions laissé Ahed retourner chez elle depuis longtemps. Mais nous continuons à la garder enfermée. Elle et sa mère.
Certes, il y a quelques jours, l'armée a réalisé sa propre idiotie. Avec l'aide de l'avocate (juive) dévouée de Ahed, Gabi Lasky, un « compromis » a été obtenu. Plusieurs charges ont été abandonnées et Ahed n'a été condamnée qu'à « seulement » huit mois de prison.
Elle sera libérée dans trois mois. Mais c'est trop tard : la photo de Ahed est déjà gravée dans l'esprit de chaque palestinien garçon ou fille. Ahed, la jeune fille couverte de cheveux blonds, ses yeux bleus scintillant comme un phare, Ahed la sainte. Ahed la libératrice.
La Jeanne D'Arc palestinienne, le symbole national.
L'histoire de Ahed Al-Tamimi a eu lieu en Cisjordanie. Mais elle a résonné jusque dans la bande de Gaza.
Le public israélien s'est habitué à l'occupation. Il croit qu'il s'agit d'une situation normale, que l'occupation pourra durer toujours. Mais l'occupation n'est pas une situation normale, et un jour, elle arrivera à sa fin.
Dix mille britanniques ont gouverné des centaines de millions d'indiens, jusqu'à ce qu'un homme décharné appelé Gandhi soit allé récolter du sel sur la côte en s'opposant à la loi. La jeunesse indienne s'est levée et la domination britannique tomba comme une feuille d'un arbre en Automne.
La même stupidité s'empara de tous les agents de l'occupation qui ont eu affaire à Ahed Al-Tamimi. Les officiers de l'armée, les procureurs et les juges militaires.
Si nous étions des occupants avisés - un oxymore - nous aurions laissé Ahed retourner chez elle depuis longtemps. Mais nous continuons à la garder enfermée. Elle et sa mère.
Certes, il y a quelques jours, l'armée a réalisé sa propre idiotie. Avec l'aide de l'avocate (juive) dévouée de Ahed, Gabi Lasky, un « compromis » a été obtenu. Plusieurs charges ont été abandonnées et Ahed n'a été condamnée qu'à « seulement » huit mois de prison.
Elle sera libérée dans trois mois. Mais c'est trop tard : la photo de Ahed est déjà gravée dans l'esprit de chaque palestinien garçon ou fille. Ahed, la jeune fille couverte de cheveux blonds, ses yeux bleus scintillant comme un phare, Ahed la sainte. Ahed la libératrice.
La Jeanne D'Arc palestinienne, le symbole national.
…/...

Uri Avnery est un écrivain israélien et militant pour la paix avec Gush Shalom. Il a contribué au livre de CounterPunch : The Politics of Anti-Semitism (La Politique de l’Antisémitisme)


Source française: Le Grand Soir






Aucun commentaire: