lundi 12 mars 2018

France Israël zéro partout

S’il vous plait, pouvez-vous signer et faire signer cettepétition concernant la torture des enfants palestiniens ? Celle-ci nous aidera à interpeller le gouvernement et les ONG concernées.

NON A LA TORTURE DES ENFANTS PALESTINIENS !

PAS DE COMPLICITE AVEC LEURS TORTIONNAIRES !


Chaque jour l’armée d’occupation israélienne enlève des enfants palestiniens à leur domicile, le plus souvent en pleine nuit, pour les embarquer menottés et les yeux bandés vers des centres d’interrogatoire, où ils subissent des tortures physiques et psychologiques : ligotés dans des positions inconfortables sans pouvoir dormir, parfois frappés, menacés de sévices sexuels et de représailles sur leurs familles. Il leur est en général demandé d’avouer qu’ils ont lancé des pierres contre des chars ou des bulldozers en train de démolir leurs maisons, de dénoncer d’autres enfants, de devenir des "informateurs", et de signer des documents en hébreu, langue qu’ils ne comprennent pas.

Ces faits sont rapportés par de nombreuses organisations palestiniennes, israéliennes et internationales de défense des droits de l’homme et de l’enfant, dont L’UNICEF, Defence Chidren International, B’Tselem, Save the Children, l’ACAT, et le Ministère britannique des Affaires Etrangères, au travers d’un rapport intitulé "Children in Military Detention".


Ceci sans compter le racket pratiqué par l’occupant israélien auprès des familles d’enfants ainsi kidnappés, puisqu’elles sont souvent obligées de verser de fortes "amendes"pour les récupérer.

Toutefois le gouvernement français, qui ne peut ignorer ces faits, accueille régulièrement en France des responsables de ces tortures, bafouant ainsi la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989) et la Convention Internationale contre la Torture, (Convention de New York, 1984), signée par la France, et la contraignant à rechercher et poursuivre toute personne suspecte d’avoir commis des actes de torture physique et psychologique, ou de les avoir ordonnés, ou encore de les avoir laissé commettre en connaissance de cause.

Or ces tortures exercées contre des adultes et des enfants sont de notoriété publique en Israël, et c’est toute la chaîne du commandement militaire et politique qui admet ou recommande ces pratiques.
Nous exigeons donc du gouvernement français qu’il respecte le droit international et cesse d’accueillir en France les responsables de ces tortures.

Nous demandons par ailleurs à toutes les grandes ONG de défense des droits de l’Homme et de l’Enfant de se mobiliser concrètement, et de déposer des plaintes auprès des tribunaux français au nom des victimes de ces tortures ou de leurs familles, dès qu’elles ont à connaître de tels cas.

Comme l’écrit Amnesty International : "Vous êtes révolté(e) par la torture, l’emprisonnement arbitraire, la pauvreté, la peine de mort, l’injustice, les expulsions forcées, l’impunité...Transformez votre indignation en action !"

Nous vous remercions par avance de bien vouloir diffuser cette pétition le plus largement possible : http://stoptortureenfantspalestiniens.wesign.it/

Cette pétition a été initiée par plusieurs associations et collectifs (cf "Qui sommes nous"). Elle est en ligne et consultables dans plusieurs langues. Votre organisation ou mouvement peut être ajouté à la liste des co-signataires si vous le souhaitez. Contact : info@europalestine.com


Macron ! Libérez Georges Abdallah !

Ainsi s’écriaient des militants tunisiens, lors du bain de foule du président français en visite d’État en Tunisie, jeudi 1 février 2018. Photos et vidéos sur le Facebook du Comité de solidarité tunisien pour la libération de Georges Abdallah.



Mais le président semblait tout ignorer… Mais de qui Georges Abdallah est-il le nom ?
Est-ce possible ?

Que ce combattant communiste révolutionnaire soit détenu depuis 34 ans dans les prisons françaises, sans que le président de la République, élu en mai 2017, en soit informé ???

Est-ce possible ?

Que M. Macron, secrétaire général adjoint de l’Elysée en 2012 dans le cabinet de François Hollande, n’ait jamais entendu parler de Georges Abdallah, alors que le premier ministre de l’époque, Manuel Valls, a refusé en 2013 de signer l’arrêté d’expulsion obligatoire pour l’application d’une libération que le tribunal d’application des peines venait d’accorder à notre camarade ???

Il est vrai, qu’à force de clamer une soi-disante séparation des pouvoirs, l’exécutif  se voit obligé de feindre de ne plus se souvenir de ce prisonnier politique qu’il séquestre dans les geôles de la République depuis plus de trois longues décennies !

Qui est Georges Ibrahim Abdallah?
Réponse sur : http://liberonsgeorges.samizdat.net/materiel-militant/tracts-flyers/georges-abdallah-plaquette/


Georges Ibrahim Abdallah appelle à la solidarité avec les enfants palestiniens emprisonnés


Déclaration de Georges Ibrahim Abdallah, à l’occasion de la mensa Occupata pour les prisonniers palestiniens et pour Georges Abdallah, qui s’est tenue le 1er mars 2018 :

Cher-e-s camarades,

De vous savoir aujourd’hui réunis autour de cette initiative de solidarité avec la lutte du peuple palestinien, nous apporte, à nous tous, prisonniers communistes et révolutionnaires arabes en Europe, beaucoup de force et d’enthousiasme.

Certainement, et ce ne sont pas des mots de circonstance, vous voir, camarades, quand on est derrière ces abominables murs depuis des décennies, les mots assument une charge et un poids différent.

Tout au long de ces années et à travers de multiples initiatives de solidarité avec la Palestine et ses combattants incarcérés, vous avez participé très efficacement à démontrer entre autre, que c’est toujours au niveau des instances politiques que se décide de la place et du poids du rituel judiciaire quand on parle des protagonistes révolutionnaires incarcérés ; vous avez participé très efficacement à démasquer et à dénoncer l’acharnement judiciaire et tout ce qui ressemble plus à une vengeance d’État.

Encore faut il préciser que cet acharnement judiciaire est ni fortuit, ni gratuit, mais il s’insère dans la dynamique globale de la contre-révolution préventive. Des prisons sionistes à celles du Maroc, des cellules d’isolement en Turquie à celles encore plus sombres en Grèce, aux Philippines et ailleurs en Asie et dans le monde, on constate toujours la même chose : l’acharnement judiciaire est seulement un élément de toute une panoplie à disposition de la contre-révolution permanente et préventive. Bien-entendu cette panoplie de mesures et de lois ne cesse pas de s’alourdir toujours plus au fur et à mesure que le système s’effondre dans sa propre crise.

La crise du capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée est déjà là devant nos yeux, aussi bien dans les centres du système que dans ses périphéries. Il suffit de regarder et vouloir voir toute cette barbarie, ces massacres et ces bombardements « chirurgicaux » et les désormais rituelles missions en Afrique, au Moyen Orient et ailleurs.

Il suffit de regarder toute cette masse d’hommes, de femmes et d’enfants qui se jettent à la mer poussés par les massacres, la peur et la famine. Mais il suffit de regarder ici aussi, dans le ventre de la bête, en Europe, aux États-Unis et ailleurs en Asie où les perspectives les plus fascisantes s’emparent de morceaux de la population désorientée par le chômage, par la précarité existentielle et par le processus avancé du déclassement social.

La crise du capitalisme est là. Mais il faut aller plus loin du simple constat de ses manifestations sus-citées et mettre en évidence les causes profondes de cette crise insurmontable et par la même démasquer l’inefficacité des différentes propositions réformistes qui fleurissent en ces jours en France et ailleurs en Europe au sein de la gauche social-démocrate et surtout électoraliste. Il n’y a pas de sortie possible dans le cadre du capitalisme. Le capitalisme mondialisé est le capitalisme réellement existant aujourd’hui et son agonie se résoudra seulement en dépassant le capitalisme pour atteindre le communisme et certainement pas à travers des compromis historiques et d’autres tentatives illusoires de sauvegarder les expériences d’un soi-disant capitalisme démocratique au visage humain mais plutôt à travers la lutte implacable d’une « classe contre classe ».

Aujourd’hui nous vivons tous sous l’hégémonie du capitalisme mondialisé. Aucun pays peut échapper complètement aux mécanismes dévastateurs de cette hégémonie. C’est ce capitalisme mondialisé qui est en crise. Et c’est justement contre ce capitalisme que les communistes et tous les protagonistes révolutionnaires devront gagner pour vaincre la barbarie.

D’un pays à l’autre, les mesures recommandées au service du capital sont toujours presque les mêmes : faire payer aux masses populaires les frais de maintenance d’un système d’exploitation moribond. Force est de constater camarades, que ces mesures ne font qu’amplifier encore plus la dynamique de crise et multiplier les manifestations de sa barbarie. Plus la crise se développe et plus « les fondations du pouvoir du capital mondialisé » à savoir les États impérialistes, ces « fonctionnaires du capital », augmentent leurs interventions dans les périphéries et ils augmentent leur pression sur les peuples dominés en essayant de placer des régimes bourgeois dans ces zones.

Camarades, il y a certainement la place pour d’autres futurs que la soumission aux diktats impérialistes dont on voit les conséquences néfastes sous forme de destructions des villes et démantèlement des États les plus contestataires avec des morts et d’exodes de masse.

Camarades, la Palestine en ces jours compte tous les jours son quota de jeunes martyrs. La Résistance continue et continuera jusqu’à l’effondrement de l’occupation sioniste. Naturellement les masses populaires palestiniennes peuvent compter plus que jamais sur votre solidarité active.

Toutefois j’aimerais attirer l’attention sur le nombre croissant de mineurs palestiniens qui s’impliquent toujours plus dans la lutte et subissent la puissante répression de l’armée sioniste et de la justice qui leur infligent des condamnations toujours plus lourdes. Quand on a à peine 14 ou 15 ans, et qu’on vient d’être condamné à 10 – 15 ans, on a sûrement plus besoin de la solidarité internationale, et je suis sûr que vous tous saurez assumer cette tâche. Un petit mot de temps en temps pour chaque « lionceau » et chaque « fleur » permet de faire comprendre aux geôliers sionistes que ces mineurs ne sont pas seuls.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Intifada.

La solidarité, toute la solidarité aux résistants dans les geôles sionistes, dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs dans le monde !
La solidarité, toute la solidarité aux jeunes prolétaires des quartiers populaires !

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent sous différentes formes et expressions ! Ensemble camarades, nous vaincrons !

A vous toutes et tous mes salutations révolutionnaires les plus chaleureuses.

Votre camarade, Georges Abdallah.


Source : CAPJPO PALESTINE








Aucun commentaire: