lundi 18 décembre 2017

Un sage Uruguayen


ex guerrillero pour la paix et la liberté

José « Pepe » Mujica
L'homme, surnommé affectueusement Pepe par le peuple urugayen, cultive la terre de sa femme, la sénatrice Lucia Topolansky.

En tant que président, il a continué à habiter dans sa ferme et versait 90% des son salaire pour construire des logements sociaux et roulait dans une antique coccinelle. Sans problèmes médiatisés d'aucune sorte il a fait voter la dépénalisation du cannabis et du mariage gay. Dans ses discussions avec les ouvriers et les paysans, il citait abondamment des penseurs et des poètes comme Aristote, Borges, Galleano, Neruda …

Il a dit : 

Même président, je n'ai jamais cessé d'être un combattant de la lutte sociale et je pense que ce qui me rend un peu différent, c'est justement cela. Je n'ai pas été avalé par la fonction. [..]. Les républiques n'ont pas été proclamées pour que les présidents, les sénateurs ou les ministres deviennent les nouveaux nobles. Et que le risque grandisse de les voir se préoccuper avant toute chose de leur propre avenir économique.”


Le gaspillage dans notre société de consommation, jamais satisfaite, aboutit à une perte collective de solidarité. Le monde moderne est de plus en plus riche mais chaque fois moins solidaire."


On commence par ne plus croire aux hommes politiques, puis aux partis. Et à la fin, c’est l’être humain qui ne croit plus en lui-même. Que reste-t-il alors ? Le nihilisme. Il semblerait que les sociétés modernes soient des sociétés désenchantées.”


D'après un reportage de Isabelle Attard pour Reporterre

Photo : Jose Mujica dit Pepe : © Cartas de Cuba





Aucun commentaire: