dimanche 12 novembre 2017

Qui a peur de Tariq Ramadan?




Un des joyaux de notre droit est la présomption d’innocence. Il appartient à la police ou au ministère public de prouver une éventuelle culpabilité et non à l’accusé de démontrer son innocence.


Ce principe est endommagé régulièrement par les médias. Ceux-ci peuvent et doivent rapporter les plaintes émises contre une personnalité. Mais en entrant dans le détail de l’accusation elles en établissent sinon la réalité du moins la plausibilité. C’est un « peu vrai » parce que c’est imprimé ou parce que c’est énoncé à la télévision ou à la radio. La France est coutumière du fait : combien de ministres ont dû démissionner simplement pour se défendre d’accusations dont la justice finit par établir l’inanité. Mais il est trop tard : une carrière politique est pour le moins affaiblie, le soupçon demeure, le souvenir de l’accusation subsiste dans l’opinion publique qui ne se souvent plus de la décision de justice.


Tel est maintenant le destin de Tariq Ramadan. Pour avoir écrit un livre avec lui « Peut-on vivre avec l’islam ?», je sais comment la presse procède parfois. Ainsi Caroline Fourest, journaliste française, dans son ouvrage « Frère Tariq » travestit les propos de Tariq en lui attribuant l’apologie de la lapidation pour la femme adultère alors que notre livre affirme le contraire. De même en Suisse romande des prêtres ont été accusés publiquement de pédophilie et se sont de désespoir suicidés.


Il faut donc prendre la présomption d’innocence très au sérieux. Le symétrique du harcèlement sexuel, de la pédophilie ou du viol est la dénonciation calomnieuse de ces fautes lorsqu’elles sont imaginaires, inventées pour les besoins de la cause, c’est-à-dire la destruction de la réputation d’un homme public qui gêne certains. Bien évidemment, en prônant un islam pacifique, réfléchi, positif, Tariq Ramadan embarrasse tous ceux qui essaient, au contraire, de l’identifier au terrorisme, à la violence, au machisme.


L’accusation portée contre lui pourrait donc se résumer à une campagne d’intoxication, visant l’islam à travers sa personne. Les reproches énoncés sous forme d’une agression sauvage paraissent peu plausible à ceux qui le connaissent personnellement. Bien sûr rien n’est impossible et chacun possède une part d’ombre. Mais, jusqu’à preuve du contraire, Tariq Ramadan est innocent et chacun doit lui conserver une estime intacte. Jacques Neirynck





Tariq Ramadan a été récemment accusé de viols à répétition dont le premier “officialisé” par une “takfiriste repentie”, auteure inconnue qui a fait parler de son ouvrage à partir du moment où elle s'est confiée au site Médiapart. Dans la novlangue de nos contemporains, ça s'appelle un buzz... Décidément les charognards s'en donnent à coeur joie! Avant de "réactionner" à tout crin ils n'attendent plus que la mise à mort avant même que justice soit faite. Je me souviens d'un temps pas si lointain où un Sarkozy, Président de la République française avait fait un ennemi personnel de cet homme subtil qui n'a de cesse d'oeuvrer pour la paix et la réconciliation entre les êtres humains. La plupart des chroniqueurs et politiques de la France bien-pensante le harcèlent pour d'obscures raisons depuis plus deux décennies déjà, avec une verve aussi haineuse que déplorable. Il suffit d'aller sur son site et de le lire vraiment!!! Qu'il soit musulman n'est pas un crime à ce que je sache, ni que son grand père fut un des fondateurs d'un mouvement qui n'avait rien à voir avec ce qu'il est devenu de nos jours. Il n'a rien de cette bête noire que des Caroline Fourest et autres hyènes patentées de la merdiacratie en service commandé jettent en pâture aux cerveaux aliénés des heures de “grande écoute”. En Angleterre, Tariq Ramadan, citoyen suisse d'origine égyptienne, professe à Oxford où il est très respecté par ses pairs. Cette époque mal torchée est devenue vraiment dégueulasse comme le disait Léo Ferré. La turpitude des uns et des autres se révèle sans pudeur dans la lumière glauque des chiottes quand il s'agit de salir un homme qui ne pense pas par raccourcis faciles... Les prévaricateurs à l'intellect rétréci d'une France à genoux sous influence atlantiste, viennent bouffer dans la gamelle de la presse poeple leur portion de gâteau-muslim. Ecoeurant! Pour ceux et celles qui ont encore souci d'honnêteté, je leur propose d'écouter (ci-dessous) un entretien de Ramadan qui en dit long sur la dignité de cet homme de haute culture et de belle prestance dont tout me porte à croire qu'il n'a vraisemblablement jamais eu nul besoin de chatouiller des petites filles frustrées pour assouvir ses besoins sexuels.
André Chenet



L'entretien de Tariq Ramadan : 




Tariq Ramadan, le poil à gratter des médias français



Par Mohamed Sadok Lejri *

Je pense que les ennemis de Tariq Ramadan, lequel est un personnage très contesté en France par l’establishment, veulent à tout prix le décrédibiliser et le déconsidérer auprès de ses admirateurs. Ses ennemis ont alors décidé de surfer sur la vague des dénonciations, dont la dernière est venue d’une Franco-tunisienne qui l’accuse de viol… sans la moindre preuve.

Tariq Ramadan est un islamo-conservateur très brillant intellectuellement, il est l’un des rhétoriciens-orateurs les plus doués de sa génération. Cela a déclenché le courroux de ceux qui veulent faire passer tous les islamo-conservateurs pour des barbares misogynes, violents, qui s’accrochent à des valeurs moyenâgeuses.

Ne pas avaler les couleuvres servies par les médias

Par conséquent, on lui a interdit, depuis quelques années, en France, les chaînes du service public. Frédéric Tadeï, par exemple, a vu son excellente émission ‘‘Ce soir ou jamais’’ sérieusement menacée à cause des invités tels que Tariq Ramadan, Alain Soral, Jean Bricmont, Michel Collon…

Dans les banlieues de France, nombreux sont les jeunes musulmans qui vouent une grande admiration à Tariq Ramadan, lequel exerce sur eux une grande influence. Après chaque attentat, après chaque acte terroriste, ils demandent toujours à son public de se poser les bonnes questions afin de ne pas avaler les couleuvres servies à satiété par BFM and co, France Télévisions and co.

La semaine dernière, dans la foulée de la vague des dénonciations qui touche plusieurs pays occidentaux et non occidentaux, une dénommée Henda Ayari a porté plainte contre Tariq Ramadan pour un viol qui aurait eu lieu à Paris il y a de cela plusieurs années. La machine médiatique française, très férue du Ramadan bashing, s’est mise en branle à une vitesse folle et lui a ouvert ses portes pour qu’elle puisse le clouer au pilori sans la moindre preuve et sans trace ADN.

Ce qui risque d’opprimer davantage le petit-fils de Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères musulmans, c’est que les gens, notamment les laïcs progressistes, aiment bien haïr Tariq Ramadan et n’ont pas besoin de preuve pour se répandre en accusations et en invectives.

Des coups en dessous de la ceinture

En accablant systématiquement Tariq Ramadan et en le désignant à la réprobation publique, ils ont l’impression d’être dans le bon camp, celui des laïcs progressistes contre les islamo-fachos, alors qu’il n’en est rien de tout cela.

Je pense qu’avec cette affaire du présumé viol de Henda Ayari, le but est de porter atteinte à la réputation d’un intellectuel charismatique très controversé, un intellectuel musulman qui n’est pas à la solde des forces oligarchiques qui dirigent la France, capable d’un impressionnant contrôle sur lui-même et qui ne prête pas le flanc à ses ennemis, lesquels ont manifestement décidé de lui porter des coups en dessous de la ceinture.

On ne sait jamais, la calomnie finira peut-être par ternir la réputation de «frère Tariq». «Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose», écrivit Bacon.

PS : Je ne défends pas Tariq Ramadan l’islamo-conservateur, mais le brillant intellectuel que les médias français tentent de diaboliser depuis plusieurs années en le livrant en pâture aux lobbyistes et aux élites traditionnelles.

* Universitaire.


Source : Kapitalis, Tunisie




« On se marie devant Dieu et c’est devant Dieu qu’il nous est donné la possibilité de vivre une relation avec une femme » Tariq Ramadan


Pourquoi il convient de se méfier à l’égard des accusations de viol contre Tariq Ramadan

Par Alimuddin Usmani, le 8 octobre 2017



L’islamologue genevois Tariq Ramadan, petits-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan el-Banna, est pris dans une tempête médiatique depuis quelques jours en raison des accusations de viols qui se succèdent à son encontre. Deux femmes ont effectivement déposé plainte contre lui en France et une troisième s’est confiée aux médias.

Tariq Ramadan est une personnalité publique qui possède une certaine notoriété dans le monde francophone et au delà. Ses idées politiques et sa vision du monde sont bien entendu critiquables mais ce n’est pas l’objet de cet éditorial. Dans l’affaire qui nous occupe, il s’agit avant tout de faire une distinction entre le personnage privé et le personnage public. Il ne serait pas honnête de lier les deux choses car rien dans son discours public ne laisse penser qu’il pourrait cautionner de tels agissements. Il s’aguantes.

Avant d’entamer une carrière académique internationale, qui l’a menée à Londres ou au Qatar notamment, Tait plutôt d’examiner quelle était la réputation de Tariq Ramadan dans la sphère privée avant ce déferlement médiatique et de comprendre ce qui pourrait se cacher derrière ces accusations tonitrriq Ramadan a enseigné à l’Université de Fribourg ainsi qu’au Collège de Saussure à Genève jusqu’en 2004. J’ai moi-même fréquenté l’Université de Genève à partir de 2004 et je me souviens d’une anecdote que m’avait racontée une étudiante que je fréquentais sur les bancs de l’Université et qui avait eu Tariq Ramadan comme enseignant au Collège de Saussure. Elle m’avait rapporté qu’une de ses camarades de classe s’était amusée à aguicher Tariq Ramadan en plein cours en le fixant dans les yeux de manière continue. Celui-ci avait réagi de manière parfaitement professionnelle en ne se laissant pas intimider et en refusant d’entrer dans un jeu de séduction avec l’adolescente. Tout ceci ne colle pas exactement avec  le profil d’un prédateur sexuel. Aucune collègue enseignante de l’islamologue genevois ne s’est jamais plainte du comportement de ce dernier au cours de ses nombreuses années d’enseignement.

La thèse de la culpabilité de Tariq Ramadan est également mise en doute par le décalage entre les faits présumés et le dépôt de plainte.  Après tout les jeunes femmes auraient pu porter plainte au lendemain des faits. La police aurait ainsi été en mesure de mener une enquête avec des preuves matérielles qui inculpent ou disculpent l’accusé. Or, ces plaintes surviennent toutes peu de temps après le scandale de l’affaire Weinstein, comme s’il s’agissait de détourner l’attention sur un spectre plus large de personnalités publiques.

Sans surprise, la militante LGBT Caroline Fourest, qui a construit une grande partie de sa carrière médiatique en s’attaquant à Tariq Ramadan, s’est délectée de cette actualité en affirmant dans Marianne qu’elle était au courant depuis plusieurs années de la « double vie » de l’essayiste genevois. Régulièrement promue par Bernard-Henri Lévy, qui semble lui même embarrassé par l’affaire Weinstein, Caroline Fourest est régulièrement accusée d’énoncer des mensonges dans la sphère publique. Malgré cette réputation, la RTS lui donne largement la parole dans un sujet du JT du 28.10.17. La féministe de combat semble avoir trouvé le scénario idéal : « Tout d’abord le cruel « islamo-violeur » s’en prend à de pauvres femmes qui étaient sous l’emprise salafiste. Puis celles-ci finissent par se libérer du poids de l’oppression masculine en épousant l’idéologie féministe de Caroline Fourest et osent enfin porter plainte contre l’homme qui les a souillées. » 

Le tribunal médiatique semble avoir choisi d’accorder beaucoup d’importance et de crédibilité à ces accusations qui relèvent d’actes sordides et qui surviennent à un moment bien précis, comme nous l’avons relevé plus haut. Si les tribunaux donnent en fin de compte gain de cause à Tariq Ramadan, peut-on espérer des excuses publiques de la part de Caroline Fourest? La question reste ouverte mais il est permis d’en douter au vu de son parcours qui démontre qu’elle préfère s’entêter dans ses certitudes plutôt que d’admettre ses erreurs.




Tariq Ramadan fait appel à un ponte du barreau genevois pour assurer sa défense


On apprend aujourd’hui (le 8 nov. 2017, NdlR) que Tariq Ramadan a mandaté Me Marc Bonnant et Me Yaël Hayat pour assurer sa défense face aux accusations d’abus sexuels énoncées à son encontre dans la Tribune de Genève. On apprend dans ce journal que Maître Bonnant va déposer une plainte contre X pour diffamation dans les jours qui viennent.  D’après l’avocat, cette procédure vise «dans un premier temps à débusquer les quatre accusatrices aux propos calomnieux et diffamatoires et dans un deuxième temps à déterminer si elles ont été instrumentalisées, si elles servent une cause, comment elles sont devenues des victimes vingt-cinq ans après les faits supposés et ce qu’elles recherchent aujourd’hui».

Yaël Hayat est connue pour s’occuper des affaires pénales particulièrement difficiles et Marc Bonnant est un ténor du barreau qui se distingue par sa maîtrise du verbe.  Concernant Marc Bonnant, Tariq Ramadan n’a pas fait le choix de quelqu’un qui était proche de son univers. La proximité de l’avocat genevois avec Bernard-Henri Lévy, personnage auquel s’oppose régulièrement Tariq Ramadan, n’est un secret pour personne. La stratégie pourrait toutefois s’avérer payante. Lorsqu’on dispose de ressources financières importantes, on s’assure avant tout de choisir un avocat pour ses compétences, son réseau et son influence plutôt que pour la sympathie qu’il éprouve à votre égard.



Aucun commentaire: