mardi 5 septembre 2017

Petit cours de Désobeissance civile


"La désobéissance civile implique en effet la défense d'un intérêt qui dépasse l'intérêt strictement individuel de celui qui la pratique. Elle tire sa légitimité du fait qu'elle affirme défendre justement l'intérêt général contre des pratiques, une politique, des lois qui le contrediraient. Ce bien commun, c'est l'ensemble des richesses (l'eau, l'air...) et des droits (l'éducation, la santé, la culture...) qui doivent échapper à toute logique d'appropriation privée comme d'échange marchand"
Xavier Renou - Petit manuel de désobéissance civile, 2009








Des obéissances civiles ? - #DATAGUEULE 73

Des agents du Pôle Emploi refusant d'appliquer une circulaire visant les étrangers, des salariés de supermarchés distribuant des produits encore consommables contredisant leurs instructions ou encore des citoyen.ne.s occupant un terrain pour empêcher un projet d'oléoduc : autant d'actes de désobéissance civile. Au nom de valeurs vécues comme supérieures (l'égalité, la justice, la préservation de l'environnement...), ces femmes et ces hommes choisissent de passer outre les lois par des actions non-violentes. Pour certains, cette désobéissance devrait être durement réprimée mais si l'on prenait quelques minutes pour y réfléchir ? Et si la désobéissance civile était l'une de des respirations de la démocratie ? Rencontre avec Manuel Cervera-Marzal, sociologue, philosophe et auteur de l’ouvrage « Les Nouveaux Désobéissants » : https://is.gd/ZFNy1T






Aucun commentaire: