mercredi 19 juillet 2017

Le Vél'd'Hiv' expliqué aux français



La rafle du Vel' d'Hiv fut un crime commis en France, par des français qu'ils aient agi sur ordre de l'occupant ou de leur propre initiative, et non par la France. Mais, parce que nous sommes français, nous ne pouvons détourner les yeux.” Jacques Sapir



L’invitation du chef du gouvernement d’extrême droite en Israël a suscité des haut-le-cœur de tous côtés pour les raisons politiques que l’on comprend sans difficulté quand on n’est pas d’extrême droite. Mais c’est surtout les prises de position du président français dans cette circonstance qui posent problème. Lier l’antisionisme et l’antisémitisme est une thèse très ancienne des milieux communautaristes. Mais c’est la première fois que cette thèse est rendue officielle par le président de notre République. Ce n’est pas un petit sujet que de lier une opinion politique à un délit puni par la loi en France. Qui pourrait admettre qu’une telle option soit prise au nom du pays tout entier sans une seconde de discussion par qui que ce soit, du seul fait que le Prince l’a décidé ?
Après cela, déclarer que la France est responsable de la rafle du Vel’ d’Hiv’ est là encore un franchissement de seuil d’une intensité maximale. En effet, nul ne peut contester que des Français ont été personnellement responsables du crime comme ce fut le cas, notamment, dans la police qui opéra la rafle sans exprimer la moindre protestation ni acte de résistance, mais aussi de la part de toutes les autorités de tous ordres qui se rendirent complices, soit activement, soit par leur silence, soit parce qu’elles avaient renoncé à s’y opposer de quelque façon que ce soit. Mais dire que la France, en tant que peuple, en tant que nation est responsable de ce crime c’est admettre une définition essentialiste de notre pays totalement inacceptable.
La France n’est rien d’autre que sa République. À cette époque, la République avait été abolie par la révolution nationale du maréchal Pétain. Dans cette vision de l’Histoire, la France, à cette époque, était à Londres avec le général De Gaulle et partout des Français combattaient l’occupant nazi. Sur le territoire national, il n’y avait rien d’autre qu’une nation dirigée par un régime de fait dans un pays dont la moitié était occupée par les armées nazies et l’autre moitié dirigée par des gens qui avaient imposé de force une idéologie jumelle. Jamais, à aucun moment, les Français n’ont fait le choix du meurtre et du crime antisémite ! Ceux qui ne sont pas juifs ne sont pas tous, globalement et en tant que Français, coupables du crime qui a été commis à ce moment-là ! Tout au contraire, par sa résistance, ses combats contre l’envahisseur et par le rétablissement de la République dès que celui-ci a été chassé du territoire, le peuple français a prouvé de quel côté il était réellement. Il n’est pas au pouvoir de Monsieur Macron d’assigner tous les Français à une identité de bourreau qui n’est pas la leur ! Non, non, Vichy ce n’est pas la France ! Jean-Luc Mélenchon







Ce n’est pas la France qui est coupable
de la rafle du Vel d’hiv !


C’est la bourgeoisie qui est coupable !


Dans le slogan « Police, Milice ! Flicaille, Racaille ! », il n’est nul besoin de justifier "Flicaille, Racaille !" ; par contre, les plus jeunes d’entre vous auront peut-être besoin d’une explication pour la première partie du slogan : « Police, Milice ! »
Pendant la deuxième guerre mondiale, en France, la Milice était une organisation militarisée composée de français collaborant avec l’ennemi nazi. L’immense majorité de la police a collaboré. Cela se voit bien au fait qu’un seul préfet a refusé de prêter serment de fidélité au maréchal Pétain : Jean Moulin. Cela se voit aussi, bien sûr, au fait que ce sont des policiers français qui ont commis la rafle du Vel d’hiv.
De très nombreux policiers s’engagèrent dans la milice.
La police est une bande armée au service de la bourgeoisie destinée à contenir les révoltes du prolétariat.
Non, ce n’est pas la France qui est coupable de la rafle du Vel d’hiv, mais la bourgeoisie française. La bourgeoisie qui, avant guerre, avait pour slogan : « Mieux vaut Hitler que le Front Populaire ! » soutenait à fond le Maréchal Pétain et la collaboration avec l’ennemi nazie. Par contre, les prolos et les paysans était souvent résistants.
Notamment la CGT et le Parti communiste participèrent grandement à la résistance. Voir par exemple le film de René Clément La bataille du rail. 70 000 membres du PCF furent fusillés par les Allemands. C’est pourquoi, après guerre, le PCF fut appelé Le Parti des fusillés !
Pourquoi donc le pouvoir tient tant que ça à ce que le France soit LA responsable de la rafle du Vel d’hiv, et pas l’Allemagne par exemple ?
Parce qu’il faut faire culpabiliser les Français afin que tous acceptent les ignominies commises par Israël en Palestine, et parce qu’il faut justifier que ce soit la fraction juive de la bourgeoisie française qui domine la France.

Source : Vive la révolution






L’appel du 10 juillet 1940 du parti communiste français

LEUR 10 JUILLET ET LE NÔTRE !

Cet appel à résister fut rédigé au début de juillet 1940 et tiré clandestinement à 600 000 exemplaires, puis diffusé dans la clandestinité sur le sol national par les militantes et militants du parti communiste français (interdit depuis août 1939).
Et, ce même 10 juillet 1940, à une écrasante majorité, sauf 80 députés essentiellement de gauche, sans membre du PCF, puisqu’interdit, l’assemblée votait les pleins pouvoirs à Pétain !
Quand je pense qu’aujourd’hui les enculés de droite osent dire que le PCF ne serait jamais entré en résistance si Hitler n’avait pas envahi l’Union Soviétique !
Rappel : L’opération Barbarossa, nom de code de l’invasion nazie de l’URSS, commença le 22 juin 1941 ! Donc bien après le début juillet 1940 ! Quant à l’attitude de la droite par rapport à Hitler et Pétain, n’en parlons pas ! ou, sinon, parlons de collaboration ! Car, à peu de choses près, aucun autre mot ne convient !

Lire la suite sur : Vive la Révolution







Aucun commentaire: