jeudi 15 décembre 2016

Alep libérée et la France en état d'urgence


 
La population exprime sa joie en voyant Alep libérée. Le 13 décembre 2016



Il n’est aujourd’hui plus à démontrer que les forces « d’opposition » en Syrie sont composées de divers groupes djihadistes affiliés au Front al-Nosra. Concernant les quartiers Est de la ville ils étaient tenus très majoritairement par le Front al-Nosra, filiale d’Al-Qaïda en Syrie. Cette réalité est aujourd’hui largement documentée, y compris par la télévision publique française; j’ai déjà consacré plusieurs articles à ce sujet. Un responsable d’Al-Nosra à Alep a par ailleurs confirmé la collaboration opérationnelle du groupe terroriste avec la coalition internationale.”



"Concernant la situation humanitaire désastreuse dans la partie de la ville aux mains des djihadistes, les témoignages des habitants libérés par les forces gouvernementales confirment l’instrumentalisation de la population par les groupes armés. La situation humanitaire a ainsi constitué pour ces groupes un moyen de chantage privilégié lorsque la situation militaire a tourné à leur désavantage suite à l’intervention militaire russe en 2015. Ils ont tout d’abord empêché le passage des convois à destination des zones occupées, tout en imputant la dégradation de la situation des civils à Alep-Est aux forces gouvernementales et russes; relayés en cela par leurs soutiens occidentaux. Ils ont ensuite organisé le trafic de l’aide humanitaire."




"Mais il se passe aussi des merveilles à Alep. Les vrais habitants et les vrais journalistes d’Alep disent que les connexions internet y sont lentes et instables. Mais les « militants » qui se trouvent sous un feu d’artillerie intense dans l’est semblent avoir des quantités de gigabits de bande passante fiable à leur disposition. C’est un miracle. Photos et vidéos dans des tweets comme celui-ci « sortent d’Alep » à chaque instant." Moon of Alabama



 



La rubrique " je suis en démocratie donc je vote" de l'Occidentaliste :
L'intoxication du pseudo-clivage périmé droite/gauche en France est telle que la plupart des français ne peuvent qu'être coupés des réalités et souffrant de la diarrhée verbale déversée ! Les poulains font légions. D'Asselineau le plus niais à JLM le plus vicieux en passant par Fillon le plus plat et béat ou un Valls le plus comique car il vient de découvrir que le 49.3 est antidémocratique et souhaite le supprimer s'il est élu, ou encore les psychopates "limaceux" déguisés en écolos sans oublier la surréaliste Le Pen qui est "pro" Assad mais anti arabe et dont la grande gueule ne s'ouvre jamais pour dénoncer les crimes israeliens et qui se proclame du poutinisme alors que Poutine ne doit même se souvenir de son nom ...etc... etc ... et au bout, comme d'habitude c'est la toute puissante écurie du CRIF qui gagne ! Ce tableau affligeant du début de la saison de chasse et de racolage électoraux ne laisse présager de rien de bon pour ce pays. Il y en a même qui pour justifier leurs élans de colleurs d'affiches y compris dans les chiottes des autres n'hésitent pas à user des malheurs des syriens, entre autres, comme fond de commerce de la petite politique franchouillarde et ceci dans un sens comme dans l'autre ! Pendant ce temps là, leurs chers élus et futurs élus de tous bords continuent leurs sales besognes intérieures comme éxtérieures comme si France et français n'existaient pas ! Pas un qui bouge, pas un qui se gifle pour s'éveiller, pas de vent frais de liberté ne risque en serait-ce qu'un souffle, pas de dignité ne risque ne serait-ce que son ombre, pas de largeur de vue et encore moins de hauteur. Les quelques individus conscients de la mascarade politique locale se trouvent perdus dans un océan d'aveuglement voire dans un univers d'ignorance et de complaisance passive, un univers dépourvu du moindre astre lumineux ! La saison du racolage est propice à ceux qui gobent tout et le répétent comme des perroquets. La saison du racolage va être longue, elle court jusqu'en mai 2017 et ensuite viendra une autre saison bien plus longue, beaucoup plus longue où après avoir brailler pour tel ou tel favori viendra le temps des pleurs enveloppé par la même lamentation cyclique : "nous ne sommes pas responsables des actes de nos hommes politiques" !! Allons donc !
Hayan Sidaoui


à Hayan Sidaoui,

"La france est un petit pays tout gris qui n'a survécu; en tant que nation, depuis la révolution française que sur la trahison de ses élites et par le pillage de ses colonies jamais vraiment libérées de son emprise. Et son suicide a été acté par le gouvernement Hollande Le Niais (Ouaf Ouaf comme vous le désignez avec tant d'a-propos), qui n'a même pas su en revenir aux fondamentaux de la diplomatie et n'a fait qu'enfoncer le clou planté par Sarko Le Débile dans la chair gangrenée de la République."
 André Chenet





Sur la Syrie, la France est en état d’extinction cérébrale


La Tour Eiffel éteinte le 14 décembre.@ LUDOVIC MARIN / AFP



Provoquée par la cupidité des puissances occidentales et des pétromonarchies corrompues, la guerre en Syrie connaît avec la libération d’Alep un tournant majeur. Le dernier carré des terroristes d’Al-Qaida et consorts, cerné dans les décombres, est sur le point de céder devant la progression fulgurante de l’armée arabe syrienne. Les civils s’enfuient en masse vers le reste de la ville, tenu par les troupes gouvernementales.

Que fait la France ? Elle éteint la Tour Eiffel par solidarité avec Alep. Avec les habitants d’Alep, avec tous ses habitants ? Non. Le million d’Alépins réfugié dans les quartiers Ouest, pour le gouvernement français et pour les médias qui le servent, ce sont des gens qui n’existent pas. Et même s’ils existaient, ils ne mériteraient pas de vivre. Lorsqu’ils subissaient les tirs de mortier des courageux rebelles en lutte pour la démocratie, leurs morts demeuraient invisibles, effacés des écran-radar.

Car ils ont commis une faute impardonnable, ces Syriens qui ne demandaient qu’à vivre en paix, un crime qu’on ose à peine nommer. Ils n’ont pas pris les armes contre le gouvernement de leur pays. Ils n’ont pas obéi aux gouvernements occidentaux qui leur demandaient de renverser le pouvoir bassiste. Sourds aux appels des prédicateurs saoudiens, ils n’ont pas réclamé l’instauration de la charia wahhabite. Alors on n’en parle pas, c’est plus simple.

On fait l’impossible, en revanche pour sauver la peau des mercenaires recrutés en masse pour détruire l’Etat syrien, laïque et souverain, et le remplacer par un Etat-croupion d’obédience wahhabite. Encerclés dans ce qui reste de la « capitale » d’une révolution-bidon, ces mercenaires sont les mêmes que ceux qui ont tué nos compatriotes au Bataclan. Ce sont les charognards du takfir, les seconds couteaux des Saoud, les petites frappes du gangstérisme sponsorisé par l’OTAN.

La cuisante défaite de ces desperados de la terreur leur arrache des larmes, à nos faiseurs d’opinion, elle les met en transe compassionnelle comme si ces coupeurs de tête étaient nos frères d’armes, ou de pauvres victimes sur le sort desquelles il faudrait s’apitoyer. Avec un art consommé du mensonge et de la manipulation, ces affabulateurs professionnels font comme si le sort des terroristes était lié aux populations civiles qui leur servent de boucliers humains, comme si les souffrances des innocents causées par la guerre justifiaient notre soutien aux terroristes qui en sont responsables.

Pourtant on les voit, ces civils, qui fuient les quartiers rebelles dès qu’ils le peuvent, essuyant les tirs de leurs soi-disant protecteurs. Les médias parlent de 100 000 personnes qui seraient recluses dans le dernier réduit « rebelle », mais sans nous expliquer comment elles peuvent contenir dans trois kilomètres carrés ! Plus les heures passent, en réalité, et plus ce dernier bastion de fanatiques se vide de ses civils, et plus les gouvernements occidentaux, relayés par leurs perroquets médiatiques, s’en affligent.

Avec un cynisme sans limite, nos dirigeants voudraient que ces civils restent bien sagement avec les terroristes dans leur trou à rats, pour servir d’alibi à la poursuite de la guerre par procuration contre la souveraineté syrienne. Complices des allumés du takfir maquillés en rebelles démocrates, nos dirigeants aimeraient les prendre en otages, ces civils, les avoir sous la main comme des preuves vivantes de cette révolution-bidon, en nous faisant croire que lorsque l’armée syrienne frappe Al-Qaïda, elle s’acharne en fait contre des innocents.

Mensonge pour mensonge, on nous dit aussi que des dizaines de civils ont été froidement abattus par des milices chiites. Mais ceux qui rapportent cette accusation oublient de dire que selon l’ONU il n’y a pas de preuve de ces massacres et que ces allégations sont « invérifiables ». Peu importe, c’est un détail ! Les mêmes accusateurs diront alors que des massacres auront lieu, que c’est inévitable, qu’il y aura un « génocide » ! Impuissante à produire la moindre preuve sur des faits passés, l’accusation se conjugue au futur, elle se fait prophétique, elle vaticine en prenant ses désirs pour des réalités.

La désinformation bat son plein, l’esprit collabo se déchaîne et l’hexagone, comme d’habitude, bat tous les records. Quel pays de masochistes ! On éteint la Tour Eiffel pour pleurer la défaite de ceux qui mitraillent les terrasses de nos cafés, mais on impose un embargo sur les médicaments à un peuple qui ne nous a rien fait en croyant punir un gouvernement qui combat ces assassins sans frontières. Alors, oui, éteignons la Tour Eiffel et tout le reste. De toute façon, la France est un pays en état d’extinction cérébrale, une colonie de l’Empire dirigée par des imposteurs qui, en faisant le malheur des autres, feront aussi le nôtre.

Bruno Guigue | Le 15 décembre 2016



Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

Source: Arrêt sur Info



Aucun commentaire: