mardi 8 novembre 2016

Le grand barnum nord-américain



 par André Chenet

"Si la destruction devait un jour nous atteindre, nous devrions en être nous-mêmes les premiers et les ultimes artisans. En tant que nation d’hommes libres, nous devons éternellement survivre, ou mourir en nous suicidant.A. Lincoln

"Toute la campagne électorale a atteint de nouvelles profondeurs dans la saleté et la réaction, et les politiciens et les médias ont de plus en plus exprimé leur inquiétude à l'égard de la crédibilité des États-Unis à l'échelle internationale et nationale." Patrick Martin




Aux USA, après les révélations de Wikileaks et les fuites forfuitement volontaires du FBI pour démasquer la  super mamie nova et future présidente de l'Empire - (qui ne serait - si l'enquête en cours le confirme bien - qu'un monstre sanguinaire avide d'argent, de pouvoir et de luxure), c'est bien le système de la main invisible complètement corrompu dans son ensemble qui se retrouve mis à bas (la reine est nue!), et en attendant que les preuves émergent - ce qui ne devrait pas tarder - se retrouve désormais paralysé. Même un Obama nobelisé pour ses futurs crimes de l'humanité à commettre en toute impunité s'avère désormais dans l'impossibilité de défendre la pouliche hystérique choisie par son propre camp. 

Une avenue s'est ouverte pour le clowns milliardaire Donald Trump aux cabrioles duquel adhèrent tout ce qui reste de middle class en détresse et de nostalgiques de l'american way of life. Hillary ne rit plus que très très jaune devant les caméras en se découvrant enfin si laide dans son miroir qui s'est retourné contre elle. L'animateur populaire de télévision que fut Donald the Duck n'a donc pas eu, lors de la dernière ligne droite avant les élections, grand effort à fournir. Ses ennemis se sont eux-mêmes trahis. Il n'a eu seulement qu'à remettre ses pendules à l'heure et rectifier son tir croisé vis à vis des positions extrêmistes qui furent les siennes au début de sa campagne (racisme, sexisme, propos discriminatoires, divaguants ...). Gageons qu'il sera élu en grandes pompes si le trucage des machines à voter - dont les clés sont entre les griffes d'une oligarchie férocement divisée - ne sabotent comme ce fut le cas en Floride en 2000, le processus électoral à voter. 

Entre la peste et le choléras, une majorité d'américains éveillés s'abstiendront. La majorité des plus défavorisés que sont les noirs, les cubains, mexicains devraient s'abstenir tandis que les chômeurs blancs, les victimes collatérales de la crise de 2008 feront tout pour se raccrocher à une bouée aussi illusoire que haute en couleur que leur fait miroiter l'homme symbolisant, tel un gratte-ciel, la réussite du rêve américain. 

Pendant que l'eau amère et boueuse afflue dans les coursives supérieures, "la caste des 1% les plus riches" se prépare déjà à quitter le navire. Le bruit des guerres humanitaires contre la Russie et ses alliés fera le reste en rappelant à chaque citoyen ses devoirs patriotiques.

André Chenet


Aucun commentaire: