vendredi 11 novembre 2016

La déculottée américaine



"Cette phase de transition est justement marquée par de nombreuses erreurs et de nombreux tourments" Antonio Gramsci

Vous pouvez choisir un parti politique, ou écrire Mickey Mouse et Donald Duck sur votre bulletin de vote. C'est pour cette raison que des millions d'Américains en colère seront tentés de voter pour Trump. Ils ne le feront pas parce qu'ils apprécient le personnage ou adhèrent à ses idées, mais tout simplement parce qu'ils le peuvent. Des millions de gens seront tentés de devenir marionnettistes et de choisir Trump dans le seul but de brouiller les cartes et voir ce qui arrivera." Michael Moore


L'Amérique mérite mieux


La veille du scrutin, un grand journal américain écrivait : « Trump est dans son bunker comme Hitler la veille de sa mort ». Quel brillant pronostic ! Il résume l'aveuglement impressionnant de ces élites bien-pensantes qui croient que leur monde est le monde tout court. Provoquant un véritable séisme politique, le businessman new-yorkais vient de conquérir la Maison blanche à la hussarde. Il a transformé le camp adverse en champ de ruines. Il a ridiculisé les médias qui n'ont eu de cesse de le vilipender.
Enfin, et ce n'est pas rien, il frappe de stupeur une classe politique européenne qui s'était amourachée d'Hillary Clinton parce qu'elle lui ressemblait. A l'image d'un président Hollande qui bredouille des platitudes faute d'avoir quelque chose d'intelligent à dire sur la déculottée qu'il vient de recevoir, cette classe politique ne sait plus à quel saint se vouer. Elle croyait au mythe de l'Amérique « leader du monde libre », et ce mythe ridicule s'évanouit sous les vivats qui saluent le discours de victoire de ce nouvel élu qu'elle abhorrait. Il va falloir qu'elle s'en accommode.
.../...
On va beaucoup dire, à gauche, que la victoire de Trump est surtout la défaite de Clinton parce que c'était une mauvaise candidate. Mais peu d'observateurs iront jusqu'à admettre que c'était une mauvaise candidate parce que le parti démocrate lui-même est une véritable planche pourrie. C'est pourtant vrai. Et si ce parti est en putréfaction, c'est parce qu'il s'est livré au clan Clinton, cheval de Troie des intérêts capitalistes les plus rapaces au sein du système politique américain.
Pourtant, pour la première fois, le parti démocrate avait un candidat honorable. Bernie Sanders n'était ni menteur, ni corrompu (1 ). Il avait des idées sur la société américaine qui séduisaient cette partie de la jeunesse qui ne voulait pas passer sa vie à se prosterner aux pieds du dieu-dollar. Mais il n'avait aucune chance parce que le système n'en voulait pas. Avides de pouvoir, les Clinton l'ont cyniquement descendu en plein vol pour le compte d'une oligarchie cupide. Le symbole des Clinton, c'est la fondation du même nom. Cette pompe à fric financée par les Saoudiens fut l'instrument d'une effroyable corruption et d'une compromission éhontée avec les sponsors du terrorisme. Vaincue, Hillary Clinton ira donc rejoindre le club des conférenciers à 300 000 dollars. Bon débarras.




Hillary en prison


Le projet de mondialisation de Wall Street rejeté: Ding Dong, the Witch is Dead!

Par : Diana Johnstone

Le racisme et le sexisme sont-ils les ingrédients-clés de la réussite de Donald Trump ? Pas pour Diana Johnstone. L'auteure de Hillary Cinton, la reine du chaos revient sur la campagne désastreuse de la candidate démocrate et analyse les enjeux de cette élection.


« On n'est jamais aussi bien que chez soi »

C'est la leçon. Même si chez soi, c'est le Kansas.

Contrairement à ce que maintiennent toujours les partisans amèrement déçus d'Hillary, des larmes dans les yeux et la peur dans la gorge, le véritable sens de cette élection n'est pas une victoire du racisme et du sexisme.

Le véritable sens de ce bouleversement, c'est que le projet de mondialisation de Wall Street a été rejeté par les citoyens de sa patrie.

Cela a des implications majeures pour les nations européennes qui ont été traînées dans ce désastreux projet.

Hillary Clinton était la candidate du complexe militaro-industriel et du capital financier international. Elle s'est autodésignée pour être la figure de proue de ces forces, en tant que reine du regime change. Elle espérait être celle qui refaçonnerait le monde à l'image des diktats de Wall Street. C'était un projet soutenu avec enthousiasme et de manière onéreuse par les 1 % qui profitent des contrats d'armement et des accords commerciaux qu'ils écrivent eux-mêmes pour leurs propres intérêts.
Pour détourner l'attention du véritable sens de sa candidature, la campagne de Clinton a fait appel au désir de respectabilité des citadins instruits, dépeignant les partisans de Trump comme des voyous racistes motivés par un désir haineux de faire des minorités leur bouc émissaire, comme dans un acte de vengeance de leurs propres insuffisances. Ils étaient « déplorables », et vous ne voudriez pas être l'un d'entre eux, n'est-ce pas ?

Trump était sexiste, parce qu'il a qualifié certaines femmes de « bimbos ». Elizabeth Warren l'a critiqué pour cela, sur une estrade où Hillary était assise, un grand sourire aux lèvres - elle qui avait parlé des amies de Bill comme d'une « éruption de bimbos ». La sottise et l'hypocrisie ont étouffé les discussions politiques. La pire chose que la campagne de Clinton aura pu dénicher, c'est une affaire de vestiaires vieille de onze ans - juste des mots, à peine comparables aux actions chroniques de Bill.
Pourtant, des millions de personnes embarquées dans la campagne de Clinton sont dévastées, terrifiées, convaincues que les seules raisons qui ont mené Trump à la victoire étaient le « racisme » et le « sexisme » de cette caste inférieure de la société mondialisée : les hommes hétérosexuels de la classe ouvrière.

Mais non, Virginia, il y avait d'autres raisons de voter pour Trump. Le racisme et le sexisme sont sûrement tout en bas de la liste.

Les électeurs de Trump ont été scandalisés par les mensonges et la corruption d'Hillary. Beaucoup d'entre eux auraient voté pour Bernie Sanders s'ils en avaient eu le choix. Mais ce choix leur a été enlevé par des manipulateurs du Parti démocrate qui ont été vendus par leur propre campagne publicitaire pour élire « la première femme présidente ». Un tout nouveau produit sur le marché des élections présidentielles ! Soyez le premier à voter pour une femme Présidente ! C'est nouveau, c'est performant !

Le succès de Bernie avait déjà montré que des millions de personnes ne voulaient pas de cette femme. Mais les manipulateurs du Parti démocrate et leurs sponsors d'oligarques ont pris les devants avec leurs plans pour imposer Hillary Clinton à une nation peu disposée. Si bien qu'ils ont même apporté cette défaite.

Contrairement à ce que vous pourriez croire en lisant le New York Times, il y a même eu des intellectuels qui ont voté pour Trump, ou du moins qui ont refusé de voter pour Hillary, pour la simple raison que Trump parait moins susceptible de conduire le monde vers une Troisième et dernière Grande guerre. Il a dit plusieurs choses dans ce sens-là, mais de telles déclarations ont été ignorées par les médias traditionnels tandis qu'ils enchaînaient les heures sup' pour gonfler l'image de l'ogre. Pas de guerre avec la Russie ? Vous devez être une marionnette de Poutine !
Les électeurs Trump avaient plusieurs raisons de voter pour Trump, des raisons autres que le « racisme ». Par-dessus tout, ils veulent retrouver leur emploi, des emplois qui ont disparu grâce à la politique néolibérale consistant à transférer les jobs de la manufacture vers des endroits où les salaires sont bas.

Pourtant, le racisme est le seul motif que l'élite mondialisée reconnait dans le rejet de la mondialisation. Les citoyens britanniques qui ont voté la sortie de l'Union européenne pour récupérer leur démocratie traditionnelle ont également été stigmatisés comme des « racistes » et des « xénophobes ». L'opposition au racisme et à la xénophobie est la défense morale naturelle d'un projet de gouvernance mondiale qui prive les citoyens ordinaires de tout pouvoir de décision important.
Cette campagne extraordinairement vicieuse a mis en évidence et aggravé des divisions aiguës au sein des États-Unis. La répartition entre ville et campagne est plus évidente sur les cartes électorales. Mais ces divisions réelles sont exacerbées par une campagne qui a dépeint Donald Trump comme un fou raciste, un nouvel Hitler sur le point d'apporter le fascisme en Amérique. L'antiracisme de cette campagne, dénonçant la « haine », a effectivement engendré de la haine.

Non, Virginia, Trump n'est pas Hitler. Il est le magicien d'Oz. C'est un showman qui a réalisé un tour étonnant grâce au drastique déclin moral et intellectuel du système politique américain. Il n'est ni aussi dangereux que ses adversaires le craignent, ni aussi capable de « rendre l'Amérique grande à nouveau » comme ses partisans l'espèrent. Il est le Moindre Mal. Que deviendra-t-il à Washington ?

C'est ce que tout le monde se demande.

Source: Counterpunch
Traduit de l'anglais par Investig'Action

Source française: Investig'Action

Aucun commentaire: