jeudi 20 octobre 2016

chronique d'une guerre annoncée



La guerre elle grogne gronde rugit
la guerre éclate avec des feux d'artifices
des chants patriotiques des foules béatifiées
La guerre au Nord au Sud à l'Est
partout où ne nous ne sommes déjà plus
la guerre à l'Ouest sur grands écrans étoilés
comme des vitrines de Noël à Paris ou à New-York
la guerre avec ses godillots trempés de sang
sur les routes déchiquetés de l'exode
la guerre à hue et à dia comme un cheval hurlant
dans le cauchemar de Guernica ou de Stalingrad
La guerre avec ses cortèges de larmes et de funérailles
sous un déluge de missiles phosphorescents
avec ses tombereaux d'innocents inconscients
poussés dans des fosses communes de l'oubli
La guerre qui rend sourd aveugle et dur
pulvérisant les peuples paisibles de la terre
La guerre décidée par les Grands Propriétaires
les extorqueurs sans coeur les pilleurs de trésors naturels
qui n'ont d'autres loisirs que de célébrer traîtreusement
une victoire vaniteusement et lâchement acquise
avec des comptes en banque des richesses volées
des chiffres abstraits dévastateurs leur assurant
un paradis de pacotille et de dorures sans avenir
la guerre bardée de propagandes brutes dresse des frontière de fer
des forteresses iniques au milieu d'un océan de détresse
la guerre n'est pas une fatalité mais une pathologie
à laquelle nous devons nous opposer violemment
quitte à y sacrifier notre coupable confort egocentré
et nous reconnaître dans le premier regard de la gazelle et du lion
dans le vol majestueux de l'aigle et la course éperdue du lièvre
dans le moindre brin d'herbe et l'érosion lente de la pierre
La guerre la guerre la guerre


            André Chenet




"L'art de la guerre" (2) par Remi


Un aberrant désir de guerre

Le 13/10/2016

Le pire n’est jamais garanti dit-on. Certes. Sauf que c’est exactement ce que l’on devait dire avant le déclenchement de la Première, puis de la Deuxième guerre mondiale. Et persiste pourtant cette sorte de naïveté qui fait penser à beaucoup que non, finalement non, «plus jamais ça», plus jamais 20 puis 60 millions de morts au nom de la Patrie, c’est-à-dire pour le profit des industriels et des banksters. Or depuis le coup d’Etat perpétré en Ukraine par les barbouzes de l’OTAN, l’Empire US et ses laquais européens n’ont eu de cesse de créer toutes les conditions d’une guerre majeure contre la Russie (et donc la Chine), utilisant parallèlement toute la vermine médiatique aux ordres de part et d’autre de l’Atlantique pour préparer les peuples à l’inéluctable, à l’indicible, en leur assénant quotidiennement leur dose de haine antirusse. Et les menaces ne cessent de gagner en intensité. Sans parler de l'épisode dérisoire d'un Flanby voulant traîner le Président russe devant la CPI, le Général Mark Milley, chef d’état-major de l’US Army, vient ainsi de déclarer à l'adresse de Moscou: «Je veux être clair pour ceux qui, dans le monde entier, veulent détruire notre façon de vivre, nous vous détruirons» ["We will beat you harder than you have ever been beaten before"] (1).

Plus que jamais, le Bloc atlantiste sous commandement US est ainsi saturé d’un aberrant désir de guerre que renforce en lui l’évidence de son déclin.



La peur du vide


Deux facteurs principaux se conjuguent et se nourrissent l’un de l’autre pour pousser l’Empire US à vouloir affronter la Russie.

D’une part, la restauration de la puissance russe et la crainte grandissante de voir s’opérer à terme une jonction entre Paris, Berlin et Moscou, alliance qui éjecterait de facto l’Empire de l’Eurasie (2) en lui coupant du même coup les vivres, notamment énergétiques.
Le deuxième facteur étant bien sûr le déclin de l’Empire lui-même, déclin dont l’accélération exponentielle ravage désormais toutes les structures sociales, économiques, militaires et politiques. Menacé de banqueroute, de guerre civile, de dislocation ou des trois à la fois, l’Empire est aux abois. De par son caractère explosif avec le seul choix entre une folle ardemment prête pour la guerre nucléaire et un trublion mondialement conspué, l’élection présidentielle à venir ne fera d’ailleurs qu’intensifier le mécanisme d’autodestruction en cours. Mais quoi qu’il en soit l’Empire n’entend manifestement pas mourir dans son lit (3). 



Les canons prêts à «entamer leur rouge labeur»
Sur l’échiquier planétaire, le grand jeu prend dès lors une allure de plus en plus sinistre. L’Otan tient littéralement la Russie en tenailles et a déployé des dizaines de milliers d’hommes ainsi qu’un fantastique arsenal en Europe de l’Est. En Roumanie, les Etats-Unis viennent même d’inaugurer une installation de lance-missiles conçue pour une attaque nucléaire de première frappe. Du côté de la Mer de Chine, Washington souffle en même temps sur toutes les braises possibles entre Pékin, Taipeh, Tokyo, Séoul et Pyongyang. 
Mais c’est d’une Syrie déjà ravagée par les flammes que se propagera manifestement l’incendie. L’Empire US et ses laquais y entretiennent sciemment une boucherie depuis plus de 5 ans, s’associant aux pires groupes terroristes qu’ils prétendent combattre, avec pour seule obsession de renverser Bachar al-Assad, et contrer ainsi la Russie et ses alliés iraniens ou du Hezbollah libanais. 
En face, Vladimir Poutine avance méthodiquement ses propres pions, apparemment convaincu que l’Empire US est bel et bien décidé à l’affrontement final. Dans l’enclave de Kaliningrad, Moscou a donc déployé des missiles Iskander à capacité nucléaire. Dans ses deux bases syriennes, ses systèmes anti-missiles S300V4 «Antey-2500» (4) sont désormais opérationnels et sont capables de détruire aussi bien les avions prétendument furtifs des américains que leurs vieux missiles de croisière Tomahawk.



En attendant l’étincelle


Tout est donc en place pour le grand suicide final et ne manque que l’étincelle. 
Or en matière d’étincelle, la bataille d’Alep en cours pourrait bien faire l’affaire. Devant l’efficacité de l’offensive lancée conjointement par le Président syrien et la Russie, le Bloc atlantiste est passé en mode panique. Pour protéger ses gentils terroristes qui s’y font littéralement désosser, l’Empire menace désormais de frapper directement les troupes du Président syrien. Or les Russes ont déjà prévenu qu’en ce cas ils riposteraient immédiatement (5).
Un affrontement direct entre les deux principales puissances nucléaires de la planète est donc désormais envisagé de part et d’autre (6). 


Pour mémoire, la Première Guerre mondiale a coûté la vie à 1,15% de la population mondiale. 
La Deuxième guerre mondiale a coûté la vie à 2,5% de la population mondiale.
Rapporté en 2016, ce pourcentage correspond à 200 millions de morts. 

Se détacher de l’Empire, vite
Le pire n’est jamais garanti, dit-on. C’est vrai. Mais il est toujours possible. Et le présent texte n’a d’autre ambition que de le rappeler.
Car nous avons atteint aujourd’hui un point qui n’est peut-être pas encore celui du non-retour, mais qui commence à y ressembler fortement.
Reste à savoir si dans un Bloc occidental où la pègre dirigeante et son clergé médiatique semblent désormais possédés par le désir de guerre, les peuples accepteront une nouvelle fois d’être conduits à l’abattoir sans broncher.
En Europe, sur 500 millions d’âmes, seule une poignée de riches hallucinés placés aux postes clés sont prêts à suivre l’Empire US dans sa folie suicidaire.
N’est-il pas devenu urgent de les congédier ? 



Mis en ligne par entrefilets.com, le 13 octobre 2016





Notes et liens : 

1 U.S. Army Chief theatens War with Russia 



2  Ukraine-Russie: quand l’Empire tombe le masque



3 L’empire, le docteur Kübler-Ross et la Syrie



4 S300V4 «Antey-2500»



5 Syrie: l’ultimatum passif de la Russie aux Etats-Unis, à un cheveu de la guerre



6 Généraux américains : un conflit «extrêmement meurtrier» avec la Russie est «quasiment certain»



 Source : entrefilets.com

Aucun commentaire: