vendredi 23 septembre 2016

La Syrie, clé du Moyen-Orient


Comment pouvez-vous ne pas comprendre que le monde est en train d’être poussé dans une direction irréversible, alors qu’ils (les USA) prétendent que rien ne se passe. Je ne sais plus quoi faire pour vous convaincre vous réveiller Vladimir Poutine

"Si les peuples occidentaux abrutis et les marionnettes politiques corrompues de l’UE, de la GB, du Canada, du Japon et de l’Australie ne se réveillent pas au plus tôt, nous aurons la guerre, une guerre qui ne peut pas être gagnée.
Les criminels néo-conservateurs de Washington doivent être immédiatement retirés de toute fonction du pouvoir avant que ces fous furieux ne déclenchent la 3ème guerre mondiale. La CIA et le Pentagone doivent être mis sous étroites surveillances et restrictions, et Donald Trump a besoin d’une grosse sécurité en qui il peut avoir confiance. Les gouvernements européens doivent immédiatement démanteler l’OTAN. La vie sur cette planète est en jeu. Assez de provocations de Washington, point barre. La folie doit s’arrêter. Maintenant.Paul Craig Roberts, traduit par Résistance 71


"Certes, les Occidentaux vont s’efforcer, s’acharner, pour prolonger le chaos en Syrie, même s’ils savent qu’ils n’ont plus la maîtrise de la situation comme, encore pour quelques temps, en Lybie, en Afghanistan ou en Somalie.
Apparemment, l’oligarchie militaro-industrielle des USA ne se souvient pas du Vietnam, et de la pathétique fuite des forces d'occupation américaines avec leurs collabos, lors de la chute de Saigon, le 30 avril 1975... Si Hillary Clinton devient président des USA, il est à prévoir une montée en tension paroxystique. La Syrie et ses alliés s’y préparent. : "les hurlements du vent ne font pas trembler la montagne", comme disent nos amis Chinois" Georges Stanechy


"Aujourd’hui nous exterminons méthodiquement la lie radicale islamiste internationale afin de ne pas lui permettre de se précipiter vers nos frontières, sur notre terre – l’intention que les leaders des islamistes ne dissimulent guère. Et ceux de nous qui disent aujourd’hui que nous n’avons rien à faire en Syrie et que Daesh ne nous menace aucunement, soit biaisent, soit ignorent les faits. Il y a quatre ans, les leaders des radicaux ont déclaré nettement que leur but suivant après la Syrie, c’est l’Asie Centrale, le Caucase et les régions islamiques de Russie. Et nous n’avons pas à négliger ces menaces."
En Syrie nous combattons pour la Russie !" 
Vladislav Chouryguine, expert militaire russe, le 25/08/2016






Il faut le comprendre. Nous sommes passé à un cheveu d'un embrasement dramatique en Syrie avec le bombardement par les forces US d'une position tenue par l'armée Syrienne, alors même qu'un accord fragile sur une trêve venait d'être conclu entre Lavrov et Kerry. Ce bombardement présenté comme une « erreur » par le Pentagone laisse les analystes sérieux sceptiques quant aux réelles intentions. La Syrie est une dangereuse poudrière. Aux journalistes d'Associated Press, le chef d'Etat syrien a assuré que son gouvernement continuait à jouir d'un fort soutien de la part de la population : «Vous ne pouvez pas résister pendant plus de cinq ans à l'Occident, aux Etats du Golfe, aux pétrodollars et à toute cette propagande hostile produite par les plus grands groupes de médias du monde, si vous ne disposez pas du soutien de votre propre peuple.» 



Pourquoi les élites US veulent la Guerre Mondiale tout de suite


Par Alexander Douguine

Alors que les États-Unis se préparent à mener une troisième guerre mondiale contre la Russie, les Russes montrent qu'ils sont prêts pour une confrontation complète contre les États-Unis et  contre l'OTAN à tout moment. La troisième guerre mondiale (WW3) n'a jamais été aussi proche.

Comme nous l'avons déjà dit à plusieurs reprises, l'aspect principal de cette saison politique ne concerne pas les élections, mais la guerre. Mais si les élections ont une importance quelque part, cela ne peut être qu’aux États-Unis où, encore une fois, elles sont étroitement liées à la guerre. Il y a deux jours, le samedi 17, Septembre, la probabilité de cette guerre a grimpé de manière vertigineuse. Comme nous le savons, les troupes américaines, qui n'ont jamais été invitées en Syrie, ont bombardé les positions de l'armée syrienne à Deir ez-Zor. À la suite de l'attentat, au moins 60 soldats syriens ont été tués.

Cette frappe était extrêmement importante pour les terroristes sionislamistes d’ISIS, que les États-Unis conseillent et arment de façon informelle tout en prétendant les combattre. Ceci constitue le franchissement d’une ligne rouge. Bombarder les soldats syriens est une chose, mais cela signifie aussi une déclaration de guerre non seulement contre la Syrie, mais aussi contre la Russie, qui se bat en Syrie du côté du gouvernement syrien légitime d’Assad. Et cela signifie aussi que nous avons atteint un point culminant.

Bien sûr, le leadership américain a immédiatement signalé que le raid aérien était une erreur et a mis en garde les dirigeants russes de n’exprimer aucune émotion. Mais les Américains ne peuvent que mentir ici, car la technologie moderne permet aux satellites de voir des objets à partir d'un ordinateur de bureau. Théoriquement, les bombardiers américains ne pouvaient pas se tromper de cibles. Et le plus important est : si l'on vous avait dit qu'ils se préparaient à vous bombarder, et que vous n’avez dit rien, est-ce que cela veut dire que vous êtes d'accord?

Il est tout à fait évident que les États-Unis se préparent à lancer une guerre contre la Russie. Les incidents frontaliers représentent des opérations de reconnaissance. Mais comment Moscou, Poutine, et le Kremlin réagiront-ils? Le point de non-retour n'a pas encore été franchi, mais la réaction de Moscou ne  montre  pas combien les Russes sont prêts pour une confrontation frontale directe avec les États-Unis et avec l'OTAN.  C’est pour cela que l'attaque aérienne a été lancée contre les positions de l'armée syrienne.

Le leadership sioniste impérialiste et globaliste américain ne peut évidemment pas gouverner le monde entier. De plus, Trump représente pour eux une menace pour leur contrôle sur l'Amérique elle-même. Le fait que la marionnette Barak Obama est toujours en fonction et que la candidate globaliste l’Hilarante Clinton se désintègre à vue d’œil devant les électeurs américains, représente, pour les élites de la Cabale, la dernière chance de commencer une guerre. Cela leur permettrait de reporter les élections, en laissant la marionnette en place,  ou forcer Trump, s'il devait gagner, pour commencer sa présidence dans des conditions catastrophiques. Ainsi, les élites (néo-conservateurs, globalistes, sionistes) américaines ont besoin de la guerre. Et vite, avant qu'il ne soit trop tard. Si Trump obtient la Maison Blanche, il y aura la paix, et il n'y aura pas de guerre, au moins pour un avenir prévisible. Et cela signifierait la fin de l'omnipotence des élites mondialistes maniaques.

Ainsi, chaque point ici est très, très grave. Les idéologues de l'OTAN et les globalistes américains, tombant dans l'abîme, ont besoin de la guerre en ce moment, avant les élections américaines. Guerre contre nous, Russes. Pas tellement pour la victoire, mais pour leur  processus lui-même. Ceci est la seule façon pour eux de prolonger leur domination en détournant l'attention des Américains et du monde entier de leur interminable série d'échecs et de crimes. Le jeu des globalistes a été révélé. Bientôt, ils vont devoir se retirer du pouvoir et comparaître devant les tribunaux. Seule la guerre peut sauver leur peau.

Mais qu'en est-il de nous, Russes? On n'a pas besoin de guerre. Ni maintenant, ni demain, jamais. Jamais dans l'histoire nous en avons eu  besoin. Mais nous avons constamment combattu et, en fait, nous n’avons presque jamais perdu. Le coût des guerres qui nous ont été imposées a été terrible et nos efforts ont été colossaux, mais nous avons gagné. Et nous allons toujours gagner. Si ce n'était pas le cas, alors aujourd'hui nous n’aurions pas un pays tellement immense et sans aucun contrôle étranger.

Mais dans ce cas, nous avons besoin de gagner autant de temps que possible. Les Américains ont essentiellement attaqué nos positions, comme les Géorgiens à Tskhinvali en Août 2008. Les Russes sont sous le feu, ce qui ne peut être ignoré. Notre réaction est extrêmement prudente et équilibrée. Nous avons exprimé ce que nous pensons de cet acte d'agression américaine, mais en des termes très délibérées.

La fatalité de la situation réside dans le fait que, si Washington décide d'opter pour la guerre maintenant, alors nous ne pouvons pas l'éviter. Si Washington va insister et répéter encore et encore le coup du 17 Septembre, alors nous devrons relever le défi et aller à la guerre, ou admettre sciemment notre défaite.

Dans cette situation, le résultat de la lutte pour la paix qui est, comme toujours, pleinement de notre intérêt, ne dépend pas de nous. Nous avons vraiment besoin de la paix, pour gagner du temps jusqu'au 8 Novembre, et alors tout sera beaucoup plus facile. Mais est-ce que l’effondrement du colosse va nous permettre de gagner ce temps?

Dans tous les cas, notre objectif est toujours et seulement la victoire. Notre victoire.
Les Américains bombardent nos gars. Une troisième guerre mondiale n'a jamais été aussi proche.

Alexander Dugin, philosophe russe








Aucun commentaire: