mardi 17 novembre 2015

Paris se relève




"Nous avancerons dans le brouillard des jours
avec entêtement
Car il faut avancer,
vers ces pays promis, toujours en fuite,
avancer sans répit,
sans repères,
riches de nos défaites et de notre espérance"
Colette Gibelin






"Alors que veut Daesh ?
Il veut que les capitales occidentales importantes vivent dans la crainte.
Et ils veulent attirer les bottes occidentales sur le terrain en Syrie.
Ce serait un cadeau du ciel : les croisés nous envahissent une fois de plus. Vous pouvez imaginer le recrutement pour Jihad & Cie battant tous les records."

Pepe Escobar, le 14/11/2015




" François Hollande et son gouvernement ont totalement aligné la France sur Washington, ses guerres prédatrices illégales et terriblement meurtrières. Ce qui occasionne les tueries qui frappent la France et dont le gouvernement estime sans ciller qu’elles vont se poursuivre !"
François Asselineau, Président de l'UPR




En réalité, la France était impliquée depuis au moins le début 2011 aux côtés d’Al-Qaïda. À l’époque, le Royaume-Uni et la France s’étaient joints au projet US de « Printemps arabe ». Il s’agissait de renverser tous les régimes arabes laïques et de les remplacer par des dictatures des Frères musulmans. Alors que Londres et Paris avaient découvert cette opération en cours de réalisation en Tunisie et en Égypte, ils avaient été préalablement sollicités pour la Libye et la Syrie. En Libye, ils organisèrent avec l’aide des Forces spéciales italiennes les massacres de Benghazi, puis avec l’aide d’Al-Qaïda la prise des arsenaux. Je peux attester qu’en août 2011, alors que j’étais protégé par Khamis el-Kadhafi lorsque l’Otan donnait l’assaut de la capitale, l’hôtel Rixos où nous nous trouvions fut assiégé par une unité d’Al-Qaïda, la Brigade de Tripoli, commandée par Mahdi al-Harati au cri d’« Allah Akbar ! » et encadrée par des officiers français en mission. Le même Mahdi al-Harati fut avec son chef, Abdelhakim Belhaj, le fondateur de la prétendue Armée syrienne libre, en réalité un groupe d’Al-Qaïda portant le drapeau de la colonisation française. En Syrie, la présence d’officiers français encadrant des groupes armés lorsqu’ils perpétraient des crimes contre l’humanité est largement attestée.



"Depuis que les Russes terrorisent les terroristes en les bombardant, 600 d'entre eux auraient déserté en se déguisant après avoir rasé leur barbe. Beaucoup d'entre eux tentent de s'enfuir en Europe en se faisant passer pour des réfugiés". G. Hadey, d'après Médias-Presse-Info



Je ne suis pas, comme tous mes amis le savent, un fervent de la gente militaire. Cependant beaucoup d'entre eux ne sont pas des va-t-en-guerre et se sont engagés avec l'idéal de servir leur pays. Après les terribles attentats de Paris, le Contre Amiral Claude Gaucherand mériterait d'être entendus par les décideurs qui précipitent la France à la faillite, faillite tant morale qu'économique. Lui et quelques autres issus de l'armée, des services de renseignement et de la diplomatie remettent sévèrement en question la politique étrangère suivie par la France. L'État d'urgence sous lequel nous vivons depuis le vendredi 13 novembre dernier (et pour combien de temps svp?) stipule clairement l'inaptitude du gouvernement à gérer les crises en cours. Les français sont pris en otage, et un Décret patriotique façon Patriot Act US devrait bientôt voir le jour pour faire reculer les si fragiles libertés acquises de haute lutte par nos parents et grands-parents. L'ennemi est bel et bien dans nos murs. 
Quant à la haine des "djihadistes islamiques" contre le mode de vie des français, je serais plutôt enclin à croire que la France incarne ce qu'ils désireraient plus que tout : des belles femmes (pas vraiment vierges), une certaine liberté de penser et d'agir (jusqu'à aujourd'hui), suffisamment de démocratie et de droits sociaux et politiques (jusqu'à maintenant) mais surtout une haute idée de la tolérance envers les différences, et surtout un art de vivre qu'ils n'ont jamais connu dans leurs pays ravagés par les guerres et la misère. D'ailleurs ce n'est pas tant la France qu'ils visent à travers des actes barbares mais le gouvernement de la France qui s'est retourné contre eux dans l'ombre de Washinghton.... Ils sont trop embrigadés pour penser par eux-mêmes et l'ennemi est fondamentalement celui qui les a armé après leur avoir "lessivé la cervelle". 
Nous n'avons pas encore fini, de loin s'en faut, de digérer le fruit pourri de la colonisation. 
André Chenet








Extrait de la déclaration de Claude Gaucherand : 

"Oui, aujourd’hui c’est sûr l’islamisme est l’ennemi. Mais la question se pose de savoir si c’est l’unique ennemi.
.../...
Mais je ne peux m’empêcher de penser que l’atlantisme pour nous Français, c’est aussi l’ennemi, le mal qui a donné libre cours à l’autre mal. Celui dont la politique s’appuyant sur une stratégie limpide et délibérément choisie est celle du chaos. Stratégie dont, qu’importe la majorité aux affaires, la France s’est faite la complice jusqu’en Europe, que ce soit pour le dépècement de la Yougoslavie ou la guerre civile en Ukraine, ignorant le plus généralement le point de vue russe sur ces questions
A semer le vent, l’atlantisme de nos dirigeants, atlantisme de conviction ou de circonstance, récolte aujourd’hui la tempête sur le sol de France.
Aux hommes et femmes politiques et à tous ceux qui disent que la guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires, il est permis de répliquer qu’elle est la conséquence de l’incapacité des politiques à la prévenir, et qu’en décider est une chose si sérieuse que cela devrait revenir au peuple, à la nation consultée par référendum et non pas à un parlement dont les membres sont trop souvent soumis au court terme et à une discipline de parti incompatible avec un choix en conscience.





Angélique Ionatos chante "Montparis" de Claude Nougaro :




À Lutèce voguant aux aurores de nacre,
Clocher, sonne là haut la cloche des patries
À la cité des rois, des croix, des gueux, des sacres,
Que retentisse encore le glas gras des tueries
À la ville lumière éteinte en simulacres,
Fous nous le gros bourdon, beffroi du capital
Carillons, sonnez tous à cette capitale
Que la guerre épargna et que la paix massacre

Ton pastis, je le bois dans tes pluies
Montparis,
Ton azur, je m'y noie autour de mes nuits
Montparis
Jusque dans tes rats, tu sais que tu m'auras
Montparis
J'te promets, chiche que dans tes îles
J'vais t' faire un Brésil
Parie !
L'aile de tes ponts inonde mon front
D'une encre d'esprit
Montparis
Même quand le Pont Neuf, pauvre Ravaillac
Descend Henri IV
J'aime ta chanson sur tes cent mille scènes
Montparis
Je t'aimerai avant que j'exhale
Ma dernière halle
Paris

De mon sud suant son soleil noir,
Tu m'aspirais, Paname
Auberge étoilée où s'attablaient
Les affamés de flammes
Port étincelant, où débarquaient
Tous les marins de l'âme,
J'accourus vers toi, Paris !

Mes souliers sont en cuir de chaussette

Claude Nougaro

Aucun commentaire: