dimanche 23 août 2015

Humour et dissidence ferroviaire

ou :  Comment sortir du train médiatique en marche ?


L'information en boucle (l'histoire abracadabrante des héros du train Thalys pour ce qui concerne la présente période), reprise par la meute des médias en quête hystérique de scoops "percutants", a ceci de dévastateur sur l'esprit des auditeurs et téléspectateurs, c'est qu'elle les conditionne, à travers des scénarios du pire ou bien à travers la narration de récits - presque toujours à l'emporte pièce - porteurs de charges émotionnelles  (le massacre de Charlie Hebdo, par exemple), à se rallier à une version qui sera à coup sûr officialisée par les représentants du pouvoir en place dans le but de se renforcer et de prendre des mesures coercitives à l'encontre des populations encore sous le choc. De plus, la marchandisation de l'information prise en otage par des organes de presse possédés "corps et biens" par une l'élite oligarchique dictant au besoin par la force et le chantage ses desiderata à des gouvernements fantoches, ne favorise pas, en dernier ressort, la libre pensée ni le jugement éclairé de ceux à qui elle est "offerte" dans le cadre d'un marché mu par une soi-disant "main invisible" qui a beau jeu de truquer à sa guise les tenants et aboutissants de la réalité telle qu'un homme de bon sens, c'est à dire désintéressé, devrait l'éprouver en dépit du lavage de cerveau propagandiste auquel il est exposé sans répit possible, à moins de se couper de ce monde étouffant de la rentabilité à tous crins. Depuis le 11 septembre 2001, une surenchère immonde dans le mensonge et l'horreur s'est imposée à la façon d'une routine qui a fini par neutraliser les forces vives de ce que l'on nommait, il n'y a encore pas si longtemps, l'émancipation sociale. Des experts nous disent quoi penser, et déduisent à notre place les conditions de vie arbitraires vers lesquelles nous sommes conduits comme un troupeau à l'abattoir. J'exagère à peine et bien des peuples de la terre pourraient apporter de bouleversants témoignages à cet égard, si seulement nous daignions les écouter eux plutôt que de nous laisser happer par les bavardages ignominieux de nos maîtres à penser et de nous focaliser sur ce qu'ils ont décidé de nous démontrer. Mais sommes-nous encore capables d'éprouver dans notre être profond la souffrance sans fond générée par un système ne perdurant que par l'assassinat et "la mise en boîte" du plus grand nombre ? Il se pourrait que notre mode de vie superficiel ait fini par nous couper définitivement de cet amour naturel plus vaste que nous ne le sommes et qui relie, sans notions de races ni de positions hiérarchiques, les peuples de chair et de sang entre eux. Ne nous faisons cependant aucune illusion quant à une résolution imminente des urgences qui provoquent une dégénérescence de plus en plus rapide des conditions de la vie à l'échelle de la planète. Le grand frère Big Brother veille au grain (transgénique) lui qui a déjà planifié depuis plusieurs décennies la désagrégation totale (en prenant bien soin de conserver des îlots de représentations folkloriques afin d'amuser sa lascive progéniture) des modes d'existence ancestraux lesquels ne permettaient évidemment pas les profits illimités que les mandataires du grand frère attendent psychopathologiquement - quitte à sacrifier des millions d'êtres humains - de leur gestion appropriée des affaires du monde ainsi capitalisé. Par conséquent, quoi d'étonnant à ce que se créent des camps de concentration pour tous les exclus et naufragés d'un Global War Game dont de fanatiques victimes consentantes éprouvent la violence et les montées d'adrénaline incontrôlables en maniant leurs consoles de jeux vidéos distribués justement à cet usage, qui est de préparer des adolescents attardés à la terreur annoncée par les planificateurs d'un avenir déjà sous tutelle. 
Le bonheur est une notion récente (datant de la période des Lumières) dont la réalisation ne sera permise qu'aux plus méritants, c'est à dire aux plus fortunés, à moins que ... André Chenet








L’AK 47 (ou Kalachnikov) selon Wikipedia :
"De toutes les armes à feu existantes dans le monde actuellement, la Kalachnikov est l’une des plus fiables. En effet, une arme de ce type s’enraye rarement : dans l’eau, dans le sable, en atmosphère humide, etc. C’est la raison pour laquelle les guérilleros et autres membres de groupes armés révolutionnaires en sont munis lors de leurs missions (désert, forêt et autres endroits hostiles). Cependant, elle n’est pas à l’abri d’une usure relative à son utilisation, et nécessite tout de même un entretien, comme toutes les armes à feu."
« un djihadiste sans cutter n’est pas un vrai djihadiste » Ahmed Moualek


"Le tireur du Thalys jure auprès des enquêteurs n'avoir jamais planifié d'attentat. il déclare avoir voulu braquer le TGV. «Il ne comprend pas pourquoi cette histoire a pris une telle ampleur. Il est extrêmement surpris a confié son avocate au Parisien. «Il nie toute dimension terroriste à son geste. Cela le ferait presque rigoler...». 
Le tireur du Thalys jure auprès des enquêteurs n'avoir jamais planifié d'attentat. il déclare avoir voulu braquer le TGV. «Il ne comprend pas pourquoi cette histoire a pris une telle ampleur. Il est extrêmement surpris a confié son avocate au Parisien. «Il nie toute dimension terroriste à son geste. Cela le ferait presque rigoler...»". Le Figaro.fr




Héroisme ordinaire : 

Hier, un mec armé d’un cutter, d’une Kalash, d’un gun et d’autres joyeusetés du genre s’est mis à agresser les passagers d’un Thalys. Torse nu, il tire des coups de feu dans le wagon et touche un voyageur à la gorge. Un premier pékin tente de le désarmer en sortant des toilettes, en vain. Deux militaires américains – un rentre d’Afghanistan, l’autre est dans l’Air Force – parviennent à le maitriser. Il est arrêté, les passagers sont pris en charge sur le plan psychologique. Les journalistes débarquent, Bernie Cazeneuve aussi et Jean Hugues Anglade voit son agenda booké pour les trois prochains mois, ce qui ne lui est pas arrivé depuis le finale de Braquo.
Twitter, 13 heures du mat’ : j’en vois qui sont scandalisés que les employés du Thalys se soient enfermés dans une mini-cabine et n’aient pas ouvert quand les passagers terrifiés tambourinaient à la porte. D’autres hurlent à l’humanité dépravée, au sein de laquelle toute empathie a  définitivement disparu, que fait la police, pourquoi personne n’est intervenu, inadmissible, heureusement qu’il y avait des GI’s en goguette. Et vas-y que ça part en « mais moi, si j’avais été là, j’aurais au moins ouvert la porte pour protéger les enfants/les handicapés/ceux qui ont une carte Vermeil ». Et « mais quand même, ils auraient pu faire quelque chose, c’est ce que j’aurais fait, c’est clair ». Et des « mais c’est HUMAIN, on ne peut pas laisser des gens en danger se débrouiller face à un mec armé jusqu’aux dents, faut être solidaires ».  Et aussi « non-assistance à personne en danger, c’est criminel ».
Du coup, ça me fait doucement marrer – d’autant plus que personne n’est mort et que par ailleurs, il n’avait pas l’air d’avoir bien suivi sa formation de terroriste, le mec. En fait, ça me rappelle la bonne dizaine de fois où on m’a agressée dans le métro/RER/bus/Noctilien et où personne n’a bougé d’un poil, alors qu’apparemment les trains – les Thalys en tous cas – sont remplis de héros ordinaires qui ne demandent que ça, d’intervenir.






«C'est marrant comme toujours après la première annonce on frissonne de peur. Puis petit à petit on découvre plus de détails tous plus ou moins abracadabrantesques, ici les Marines auraient entendu le bruit caractéristique de l'armement de la Kalash. au travers de la porte des WC, bon là le gros doute s'installe. Si la culasse de cette arme fait un certain bruit quand elle est lâchée de là à passer la porte des WC dans un TGV roulant à 300 à l'heure cela ne tient pas à moins que ces sauveurs étasuniens avaient l'oreille collée à la porte. Encore un foutage de gueule pour faire monter la peur, en conjonction avec l’afflux inexorable d'immigrés venant d'un pays de l'OTAN.»

Alain Benajam, co-fondateur du Réseau Voltaire




Horriblesanglant attentat à la kalachnikov

On croirait ce scénario officiellement vrai et avéré sorti tout droit d’un cerveau malade conspirationniste :
– On y retrouve le fameux tueur islamiste fiché par les services secrets et suivi de très près par l’Etat profond, jusqu’en Syrie, sans être le moins du monde inquiété, et armé jusqu’aux dents,
– On y retrouve les fameux soldats étasuniens, toujours héroïques et prêts à sauver la France et l’Europe tout entière contre ses ennemis fascisants, du nazisme à l’islamisme en passant sans doute par le russisme et le complotisme,
– On y retrouve même une scène culte d’un grand film hollywoodien en Noir et Blanc sur le débarquement, où un nazi est repéré puis tué par les libérateurs anglo-étasuniens à cause du rechargement de son arme automatique,
– On retrouve un Ministère de l’Intérieur français immédiatement mobilisé, dramatisant à souhait l’événement en racontant que les blessés sont entre la vie et la mort, l’un d’eux étant quasiment dans une mort clinique, d’après son bras droit, avant le démenti le lendemain,
– On retrouve encore les grands médias alignés de France et d’Occident totalement mobilisés dans cet événement surgonflé à souhait, avec des programmes bouleversés et des matinales spéciales, sur-médiatisant l’attentat terroriste islamiste à l’extrême, jusqu’au Président Obama soi-même, et Flambi aussi : vous pensez bien qu’il ne fallait par rater une telle opportunité de resserrer les liens avec l’oncle Sam, l’éternel libérateur de la France et de l’Europe (pas comme la Russie), la chance qu’une telle coïncidence puisse se reproduire avant 1 000 ans étant proche de zéro.
– On y retrouve enfin des témoins voyageurs qui pour la plupart n’ont rien vu, ou si peu, mais qui ont bénéficié racontent-ils sans rire « d’informations de première main » (NDLR : directement livrées par la CIA et la DGSI ?) sur l’attentat terroriste islamiste, décrire la scène qu’ils n’ont pas vue, ou qu’en partie, tout heureux de perdre une nuit entière à Arras quand, proche de Lyon, d’autres explosent de colère au même moment suite à un retard de 4 heures lié à l’incendie d’une motrice TGV…
– Enfin, ne manque pas à ce tableau que même les plus fondus des complotistes n’auraient osé inventer le quidam- expert en sécurité, avec un poids-chiche en guise de cerveau et des micros complaisamment tendus, qui réclame des mesures draconiennes de surveillance et de sécurité « dans tous les trains de France et d’Europe« , avec un contrôle d’identité de chaque voyageur dans chaque gare, avec des scanners contrôlant chaque bagage et un temps d’attente de 45 minutes (contre 2 heures pour les aéroports)…
Lol, quand on sait que la SCNF croule sous les dettes suites à l’incurie de ses dirigeants et actionnaires, et que la plupart des voyages en train sont des voyages de courte distance, souvent par des abonnements de travail quotidiens, on se pince pour ne pas exploser de rire face à l’imbécillité d’une telle proposition totalement inappliquable commercialement, signifiant la fin du train (paix à son âme et vive le covoiturage) : mais cette proposition loufoque et débilitante flatte et ravit évidemment les Maitres illuminatillons et autres adeptes liberticides de Big Brother, et c’est bien pour cela que les grands médias alignés et subventionnés relaient de telles foutaises sur leurs antennes !
– Et comme une cerise sur le gâteau de cet « événement extrêmement grave » , un grand acteur français très populaire et annoncé blessé lors de l’attentat terroriste, rajoutant une dramaturgie supplémentaire à l’affaire, se serait au final fait mal… en tirant la sonnette d’alarme !
Les grands médias alignés auraient pu vous parler de l’effondrement boursier qui s’est produit hier et toute cette semaine en France, aux Etats-Unis et partout dans le monde en lieu et place de cette belle histoire, mais non, décidément, ils avaient mieux à faire…
Tremblez Carcasses !
Mais rappelons aux conspirationnistes en herbe que ces faits sont bel et bien officiels et avérés, et que toute ressemblance avec un scénario issu d’un cerveau conspirationniste malade ne peut être fortuite.
Toute ressemblance dans ces faits avérés avec un agenda occulte néo-mondialiste ne peut être que le fruit de simples coïncidences.

Source : 999Spiritus 



Intérieur d'un Wagon du train Thalis

Thalys est une marque désignant à la fois : 
- un train à grande vitesse 
- et un service ferroviaire
Le nom et le logo Thalys ont été imaginés par la firme belgo-néerlandaise Total Design, en collaboration avec les compagnies ferroviaires participantes. 
Le nom n'a aucune signification particulière et ses initiales ne représentent rien. Il a simplement été adopté parce qu'il sonne bien et qu'il est facile à mémoriser, tant en Français qu'en Néerlandais ou en Allemand. 



Attaque du train Thalys: 
Quelques questions en passant… Réflexion à trois balles…

par Résistance 71, le 22 Août 2015

Faisons bref. Que sait-on après quelques heures ? Un individu d’origine marocaine ayant voyagé en Mai en Turquie nous dit-on, déjà fiché par les services de renseignements mais non surveillé, monte dans le train à Bruxelles, puis entre Bruxelles et Arras décide de passer à l’action, s’enferme un moment dans les chiottes, en ressort armé d’un fusil d’assaut, d’une arme de poing et d’un cutter pour “faire un carnage” dans le train.
A ce moment, des militaires américains en villégiature en France avec un pote étudiant, interviennent et neutralisent le forcené avant le carnage. Les intervenants ont déjà reçu une breloque de félicitation du maire d’Arras. = Fin de la version officielle pour l’heure =
Notre réflexion à trois balles bien sûr sur cette affaire:
  • D’où sort ce mec, pourtant “connu” des services on a presque envie de dire maintenant “comme d’habitude”… où a t’il eu les armes ?
  • Il monte dans le train à Bruxelles, ville QG de l’OTAN, coïncidence ?
  • Où sont montés les deux militaires américains ? Le suivaient-ils ? si oui… retour au point ci-dessus et le lien avec l’OTAN. Ces deux militaires étaient-ils vraiment au bon endroit au bon moment ?
  • Le type va en “vacance” en Turquie, membre de l’OTAN mais néanmoins base arrière logistique des terroristes de l’EIIL/EI. Fera t’on la connexion ?
  • Le mec est interpellé en France par deux trouffions yankees soit disant en vacances en France, avant qu’il ne commette un “carnage” dans le train. Question: l’individu peut-il être un leurre ?
  • Quel serait le but ? Multiples buts:
    a) En remettre une couche bien sûr sur les “méchants musulmans djihadistes”
    b) Redorer le blason de la bidasserie américaine bien en berne ces derniers temps
    c) Impliquer la Turquie à terme, Erdogan commençant sans doute à énerver pas mal de gens
    d) Faire passer à terme, plus de lois liberticides, comme le renforcement de la sécurité dans les gares par des sociétés privées (principe de la DHS et TSA au pays du goulag levant), que le public verra d’un “bon œil” puisque les trains sont “menacés”.
Notre position est la suivante: Jamais dans l’histoire de l’humanité n’avons-nous été soumis, nous simples citoyens, à autant de contrôle, de surveillance, d’espionnage de nos vies privées, de restrictions de libertés fondamentales que cette dernière décennie dans l’ère post-11 septembre. Pourtant, le terrorisme fleurit en veux-tu en voilà, alors il n’y a que deux solutions possibles:
  • 1- Les services en charge de la “sécurité” sont les plus incompétents de l’histoire de l’humanité ou alors…
  • 2- Le terrorisme est issus des États et n’est qu’un leurre pour toujours plus de contrôle des populations. Il suffit d’analyser ce qui ressort des affaires du réseau Gladio de l’OTAN dans les années de plomb en Europe, du contrôle et de la création des nébuleuses terroristes comme Al Qaïda et l’EIIL par les services de renseignement occidentaux.
D’une manière ou d’une autre: ON NOUS RACONTE DES SALADES !!… Comme d’habitude…
D’emblée, cette affaire du Thalys pue à plein nez, d’une manière ou d’une autre…
Juste une réflexion à trois balles, bien sûr… Laissons les fins limiers de l’Europe entière mener l’enquête. Quelque chose nous dis qu’on va encore bien se foutre de nous.

Source : Résistance71





Thalys : "comme dans un film"


Des témoins racontent : "ça a fait clic-clic-clic, sans faire de coup de feu comme dans les films" et aussi "C’était comme dans un film sauf que c’était la réalité".
C’est ça le progrès technologique : la réalité ressemble de plus en plus à un film. Bientôt, on ne pourra plus faire la différence.
Flashback :
"L’auteur des tirs, qui était en possession d’un fusil d’assaut kalachnikov, d’un pistolet automatique, de neuf chargeurs et d’un cutter"
- OK, récapitulons : fusil d’assaut... pistolet automatique... Allez, j’y vais.
- Hé, où tu vas comme ça ?
- Faire un attentat. Je t’en ai déjà parlé.
- Tu vas sortir faire un attentat sans ça ?
- Oh... mon cutter. J’ai failli l’oublier.
Flashforward :
"L’auteur des tirs (...) a été maîtrisé par deux militaires américains qui l’auraient entendu recharger une arme dans les toilettes." (sic)
Le train roule à 200km/h dans un boucan d’enfer.
(un soldat) - Hey, Tom, réveille-toi, t’as entendu ? Ca vient des chiottes !
(Tom Cruise, en se concentrant) - Fusil d’assaut kalachnikov, modèle AK47, fabrication russe. Transporté dans son slip. Il a aussi un cutter dans sa poche.
(un soldat) - Holy Shit ! Tout le monde à terre !
Entre temps, le nombre de "héros américains" est passé de deux à trois. Dans la version finale, ce sera l’OTAN au complet.
Mais déjà on relève des incohérences dans le récit officiel : le terroriste n’a pas abandonné de pièce d’identité sur place.
Théophraste R
scénariste de la réalité




Source : Le Grand Soir








Aucun commentaire: