jeudi 9 juillet 2015

La langue française en péril (1)




"Divin Ronsard, qui de l’arc à sept cordes
Tiras premier au but de la memoire
Les traictz aelez de la Françoise gloire"

 Joachim du BellayL’Olive (1549) 



Carte des pays membres de la Francophonie


Contrairement à ceux des pays de langues latines, les dirigeants des pays anglo-saxons – en premier lieu ceux des États-Unis – ont depuis longtemps compris la densité stratégique du lien linguistique entre les individus. Le contraste avec la France, pour ne prendre que cet exemple, est frappant : à Paris, il y a certes toujours un ministère chargé de la francophonie dans chaque gouvernement, mais sans moyens financiers, sans visibilité médiatique et surtout sans la moindre influence politique. Qu’ils se réclament de la gauche ou de la droite, la plupart des responsables publics, au pouvoir ou dans l’opposition, prononcent occasionnellement quelques phrases de soutien à la francophonie – comme s’ils déposaient de manière rituelle un bouquet de fleurs sur une tombe – mais ils n’y croient pas une seconde. Ils sont trop fascinés par l’anglais, et leur seule véritable politique linguistique consiste à promouvoir l’usage de cette langue dans le système éducatif et dans la vie professionnelle des Français.
À Londres et à Washington, la démarche est tout autre : pas de grands discours ni d’institutions de défense de l’ « anglophonie », mais une action permanente, discrète et persévérante pour imposer l’anglais comme langue « naturelle » des échanges internationaux, de la science, de la technologie, des forces armées et des industries du divertissement. En conséquence, et avec le soutien actif des « colonisés » locaux – les Européens figurant parmi les plus zélés –, la toute-puissante galaxie communicationnelle anglo-saxonne présente ceux qui refusent encore de se plier à cette volonté hégémonique comme autant de passéistes, de protectionnistes, voire de nationalistes. S’il existait le moindre doute sur le potentiel de solidarité politique induit par l’usage partagé d’une langue maternelle, il suffit d’observer l’énorme dispositif d’espionnage planétaire mis en place par l’Agence nationale de sécurité (NSA) des États-Unis et révélé par Edward Snowden... Bernard Cassen







Une nouvelle Bataille mondiale du français est engagée !
Les Nations française, québécoise, wallonne, subissent une "Grande démolition". L’empire est à l’œuvre contre toutes les communautés francophones dans le monde. Le traité transatlantique de libre échange est aussi un instrument de son hégémonie, notamment culturelle pour la "conquête des esprits" (Y. Eudes). Il ne serait toutefois pas aussi efficace dans la destruction s’il ne s’appuyait dans nos pays sur d’imposantes cohortes de collaborateurs de tous horizons, formatés par des décennies d’une remarquable propagande.
Pourtant, un constat s’impose : la demande d’apprentissage du français persiste dans les pays développés et en dehors de nos anciennes colonies. Celles-ci, indépendantes depuis des décennies, ont gardé le français, et le développent pour beaucoup. Il progresse en fait et a même un fort potentiel de croissance, surtout en Afrique, à condition que tous les États concernés, la France en premier lieu, tiennent à le maintenir et renforcer.
C’est bien ce que nos ennemis extérieurs et intérieurs veulent à tout prix éviter
Or, dans nos domaines, les "élites" censées conduire nos peuples du Nord sont – derrière des déclarations roboratives - coupables de trois principaux abandons : du français ; du réseau français encore magnifique d’action culturelle au-dehors ; et de la Francophonie organisée-OIF, qui a pourtant son siège à Paris.
À l’école, l’enseignement du français décline dans ses programmes, ses contenus de moins en moins grammaticaux et littéraires, et ses horaires. S’y ajoutent, contre l’excellence : l’effacement de fait du latin essentiel à la maîtrise du français et à la formation de l’esprit, et du grec ; la très sensible réduction des langues modernes autres que l’anglais, ainsi qu’un enseignement des langues d’origine aux enfants d’immigrés qui, mal conçu et ghettoïsant, leur est donné au détriment du français langue de l’intégration sociale.
En France, les langues régionales – riche patrimoine qu’il faut maintenir par une défense sérieuse liée à la langue nationale et officielle – sont hélas instrumentalisées par des potentats qui veulent ressusciter les féodalités, avec l’appui d’institutions de l’UE, de l’Allemagne et de l’Autriche qui misent sur l’ "Europe des régions" pour, hors-Germanie, démanteler les États-nations, leur parangon France au premier chef.
Au Canada français, en Romandie, en Wallonie et à Bruxelles comme en France, la "déconstruction" de la langue française est menée par divers milieux formatés. Ils veulent la remplacer jusque dans l’usage quotidien par l’allemand là et le flamand çà dans les trois premiers, et – "croquant l’un et l’autre" - par l’anglais partout.
Dans tous ces pays, les gouvernements eux-mêmes s’en font les complices, sinon les moteurs.
L’article "atteintes des pouvoirs publics au français de 2007 à 2015" publié ici l’illustre.
Parmi leurs coups de boutoir, rappelons l’art.2 de la loi Fioraso pour tendre à enseigner en anglais dans le supérieur (cf. le dossier) ; citons le colloque uniquement en anglais sur les jeunes pousses, organisé en mai dernier par Mme Anne Hidalgo en son Hôtel de Ville (voir ci-dessous). La "trahison des clercs" est chez nous de plus en plus décomplexée, ouverte, implacable, ricanante de mépris envers nos associations et le peuple.
"Déconstruction" aussi de la Francophonie : les États-Uniens ont remplacé la France et chassé le français dans l’ancienne Indochine puis au Ruanda, et cherchent à détacher le Maroc, le Sénégal, après avoir tenté leur chance en Côte d’Ivoire en 2003-2004 (floraison de drapeaux fournis par le consulat états-unien lors des manifestations contre notre opération Licorne). Nos Français s’y prêtent en négligeant, malgré de beaux discours, la Francophonie mondiale et l’OIF en diminuant les crédits publics, et en montrant leur incapacité de soutenir en Afrique un digne successeur de M. Diouf lors du Sommet de 2014 à Dakar…
C’est, goût de la médiocrité aidant, une guerre - Claude Hagège l’a dit – faite aux Français et aux autres francophones, une attaque contre leurs racines, la pensée, et l’excellence.
Elle justifie l’appel à une nouvelle Résistance. Pour leur part, nos 32 associations en synergie la mènent sous deux formes : l’appel au droit et l’appel au peuple.
L’appel au droit se traduit surtout par nos recours devant les juridictions administratives contre les offres "Fioraso" de formations diplômantes exclusivement en anglais (cf. dossier).
L’appel au peuple se traduit par notre campagne "Communes pour la langue française", menée en France avec un succès croissant, pour aboutir à l’équivalent d’un referendum d’initiative populaire, à présenter pour 2017. Nos associations partenaires dans le Jura suisse, au Québec, et en Wallonie, l’étendent chez elles avec les adaptations nécessaires.
Lecteurs qui sentez l’urgence d’une résistance organisée, rejoignez-nous, amenez vos amis à adhérer et militer ! Nous devons lever des légions. Nous invitons les dynamiques parmi vous capables de responsabilités dans ALF à être candidats au Conseil d’administration. 
Albert Salon









... et le latin et le grec! Ces ailes tutélaires de la langue française seront-elles plumées elles aussi : 
  
« La stratégie visant à éradiquer le grec et le latin de l'école publique entre dans sa phase terminale, avec la suppression programmée du Capes de lettres classiques, concours principal pourvoyeur des professeurs de langues anciennes dans les collèges et lycées de France. Membres du jury de ce défunt concours, nous avons devant nous ce qui semble devoir être la dernière génération de professeurs de grec et de latin.
« Il y aura, dès le mois de novembre, un Capes de lettres classiques flambant neuf, sans latin ni grec... Tout au plus les candidats auront-ils à se fendre de quelques bribes de versions, comme nos collègues de lettres modernes traduisent parfois un peu d'anglais. Fi des explications de Virgile, Horace, Sénèque, Cicéron, Euripide, Eschyle, Platon... Place au contrôle de l'éthique du fonctionnaire et à l'épreuve reine : le commentaire d'une photocopie de manuel scolaire... »

A lire sur :


Seconde partie de ce dossier : ICI

Aucun commentaire: