dimanche 14 juin 2015

Le Round Up interdit en France, quelle bonne blague !



"L'enfer est pavé de bonnes intentions"



"La ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a annoncé, dimanche 14 juin sur France 3, l’interdiction de la vente en libre-service dans les jardineries du désherbant vedette de Monsanto, le Roundup, afin de lutter contre les effets néfastes des pesticides..."



Concernant l'interdiction du Round Up dans les jardineries, Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l’énergie au sein du gouvernement Valls, devrait entendre sonner les cloches de Pâques en ce mois de juin 2015 avant de se faire remonter les bretelles. Et la kermesse médiatique qui accompagne son décret relève de l'ignorance et révèle une fois de plus la paresse crasse des journaleux des médias officiels qui n'ont plus guère d'autres raisons d'exister que de faire de l'audience avec des bouts de ficelles, des selles de cheval ...etc ... Il faut savoir que Round Up est la marque phare de Monsanto (après l'agent Orange qui a détruit - et continue de contaminer - des centaines de milliers de vietnamiens. Il faut savoir que le principe actif du Round Up est le glyphosate, agissant par contact systémique (par pulvérisation sur le feuillage des plantes). Mais il se trouve que "depuis l’expiration de son brevet en 2000, le glyphosate a été commercialisé par diverses sociétés et plusieurs centaines de produits de protection des plantes contenant du glyphosate sont actuellement homologuées en Europe pour être utilisés sur les terres cultivées. Dans certains pays européens, par exemple au Royaume-Uni et en Allemagne, les agriculteurs ont recours au glyphosate pour gérer jusqu’à 40 % des surfaces agricoles totales". Je vous engage donc Mme Royal à vous rendre dans une grande surface ou une pépinière près de chez vous pour y consulter les étiquettes des désherbants. Vous pourrez ainsi constater par vous-même de la justesse de mon affirmation. Le glyphosate n'a pas fini de faire la fortune des marchands de mort lente. Quant à nos chroniqueurs vedettes de la dite grande presse dite libre, pourquoi se feraient-ils du mourron pour une population en état d'inertie dont ils ne cessent d'intoxiquer les cultures ancestrales avec du glyphosate intellectuel ?      
André Chenet

P.S. Malgré l'interdiction, il semblerait que le décret ne concerne pas les professionnels (agriculteurs et jardiniers) qui sont pourtant ceux qui utilisent le glyphosate régulièrement et par doses massives sur des centaines de milliers d'hectares. Cette mesure ressemble davantage à un effet d'annonce pour tenter de désamorcer la prise de conscience croissante des populations sur les ravages  commis par la multinationale US Monsanto. 

re-PS : Aujourd'hui 16 juin, le gouvernement a rectifié le malentendu entre Round Up et glyphosate. Ceci dit, les produits resteront en vente aux guichets des jardineries et dans les coopératives agricoles pour les spécialiste de l'empoisonnement environnemental. Ce qui signifie clairement que Monsanto conserve légalement ses prérogatives de nuisance en France.  D'ailleurs il y a bien longtemps que la marque Round Up a été remplacées par des produits du même type. 

Aucun commentaire: