mercredi 18 mars 2015

Tristesse







La flamme

Je suis triste
si triste
que j'en oublie mes semblables
au moins aussi triste que je le suis

Mes jeunes années volées
par la corruptibilité des innocents
par la sincérité des chercheurs de vérité

Mais résistent 
par ici ou par là
quelques poètes armés
n'écrivant qu'un éternel firmament
viable pour les démunis les désespérés

Un jour, ami 
il n'y aura plus d'exil
il n'y aura plus de mots
plus d'idée
pour nous séparer

Je suis triste
car le coeur des êtres humains
tarde à battre la chamade
si triste
avant de partir

Il était une fois 
Mais quoi !
des sexes de bois et de fer d'argent ou d'or
une flamme âme du glacier.

A.C., La Colle s/ Loup, le 18/03/15



Aucun commentaire: