jeudi 8 janvier 2015

"Voleuses d'hommes" en Arabie Saoudite




L’Arabie Saoudite, alliée des États-Unis et rivale de l’Iran dans le Golfe persique, bénéficie incontestablement d’une place centrale dans l’échiquier politique moyen-oriental, une place agrémentée de son rôle croissant dans certaines crises régionales (Bahreïn, Yémen, Syrie) et de son poids déterminant dans l’approvisionnement en pétrole et en gaz des économies développées et émergentes. Cette position clé explique très probablement pour beaucoup l’absence de réactions diplomatiques et de sanctions commerciales devant le conservatisme wahhabite à l’égard des femmes (et d’autres catégories, en tête desquelles les homosexuels, les non musulmans et les travailleurs étrangers). Cette explication trouve en tout cas son illustration dans la répression en 2011 et en 2012, par le régime wahhabite et ses alliés, des mouvements de protestation dans la province de Qatif, à l’est du pays, et au Bahreïn. Quand au même moment, en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Yémen ou encore en Syrie, les régimes opprimant les mouvements issus du Printemps arabe étaient clairement dénoncés, voire faisaient l’objet de sanctions, Ryad écrasait des manifestations pacifiques dans la quasi-indifférence de nos médias et de nos dirigeants. Conclusion : les violations des droits humains fondamentaux par les monarchies du Golfe ne valent pas la peine de se fâcher avec elles. Une conclusion extrêmement inquiétante en vérité, car elle pose la question : et si l’Afrique du Sud avait eu sur son sol de telles réserves de pétrole ou de gaz, le régime d’apartheid aurait-il fait l’objet de sanctions et de condamnations internationales ? Bien malin qui pourra l’affirmer avec certitude. Jorge Brites
"En Arabie Saoudite, les femmes occupent toujours une place inférieure. L’accord qui a été signé entre l’Arabie Saoudite et l’ONU l’année dernière sur les droits des femmes (2012 - NdlR)) dans le pays reste complètement mis de côté par le pouvoir saoudien." 


"L'Arabie saoudite a été vivement critiquée vendredi à l'ONU pour ses discriminations à l'égard des femmes, sa pratique de la peine de mort et des châtiments corporels ou encore les violations des droits des travailleurs migrants. Devant le Conseil des droits de l'homme, plusieurs pays, majoritairement occidentaux, ont appelé l'Arabie saoudite à prendre des mesures pour mettre fin aux nombreuses violations recensées par les défenseurs des droits de l'homme dans le pays." Islam Pluriel


Les Marocaines, "voleuses d’hommes", interdites en Arabie Saoudite

Il est désormais interdit en Arabie Saoudite d’employer de jeunes domestiques marocaines, en raison du nombre important de plaintes déposées par des Saoudiennes, accusant les Marocaines d’être des "voleuses d’hommes".

Par Jalil Laaboudi

Les Saoudiennes seraient "scandalisées par la beauté des Marocaines", encore plus quand elles sont jeunes. Et pour couronner le tout, les Marocaines finiraient souvent par se marier avec leurs employeurs, d’après plusieurs médias des pays du Golfe.
Aujourd’hui, les bureaux de placement exigent des demandeuses d’emploi marocaines d’être âgées d’au moins 45 ans. Les jeunes femmes étant désormais interdites en Arabie Saoudite, conformément à des mesures adoptées récemment par le pays.
Seules les familles saoudiennes nombreuses et répondant à certaines conditions requises par les autorités du pays, sont autorisées à recruter des domestiques marocaines, d’après le quotidien saoudien Okad.
Le coût du recrutement d’une domestique revient à près 30.000 DH (3000 euros), pour un salaire mensuel d’environ 4500 DH (450 euros).
En 2012, 600 jeunes marocaines se sont mariées à des Saoudiens, d’après des sources officielles. Ces unions seraient même parmi les plus heureuses pour les Saoudiens...
En juillet dernier, une série comique saoudienne, diffusée à l’occasion du mois de Ramadan, décrivait les Marocaines comme étant des femmes très légères.

Source : Bladi.net


Aucun commentaire: