mardi 27 janvier 2015

Pour ne pas confondre l'antisémitisme et l'antisionisme






manifestation antisioniste par des Juifs orthodoxes

"Ce n’est pas parce qu’on est antinazi qu’on est forcément germanophobe. Il y a un univers entre critiquer les agissements criminels d’un gouvernement pourri et faire preuve de racisme en haïssant tout un peuple à cause de ça." T-Bear








Critiquer Israël n’est pas un acte antisémite



Il devrait être clair à vos yeux (ces paroles sont destinées à Emmanuel Valls, NdlR) qu’à visage presque découvert opèrent en France et sévissent sur le Net des groupes de propagande pro-israéliens qui utilisant les mêmes méthodes que celle des antisémites traditionnels c’est-à-dire pratiquent le mensonge, l’insinuation, la grasse plaisanterie, la calomnie, la menace. Le B.A.-BA de cette méthode est de traiter d’antisémite, d’antijuif, toute personne, juive ou non, qui ose désapprouver publiquement la politique israélienne, l’opération plomb durci, le mépris de toutes les résolutions des Nations Unies et ce qui en fait justifie tout cela à savoir la certitude que le peuple juif est le peuple élu (n’est-ce pas lui qui a le plus grand nombre de prix Nobel ) et que leur occupation des terres palestiniennes est légitime. Ces officines de propagande sont parfaitement complètement racistes, ont des buts et des méthodes racistes. Je fus en Palestine, envoyé par mon université en je crois 1995, peu après les accords d’Oslo, en un temps où la situation était meilleure qu’aujourd’hui et j’ai vu comment les Palestiniens, quelque soit leur rang, leur situation, leur savoir étaient soumis à des humiliations quotidiennes et sans fin par la soldatesque israélienne, outre qu’ils sont de fait prisonniers dans leur propre pays.
Maurice Nivat, Professeur honoraire à l'Université Paris VII. Extrait de "Lettre à Manuel Valls d'un chercheur accusé d'être "antijuif" - Le 18/01/ 2014






Les SÉMITES

Pour les linguistes, les Sémites sont les locuteurs des langues sémitiques, que l'on trouve principalement au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique (Érythrée, Éthiopie…) et en Afrique du Nord. Cette catégorie linguistique ne permet pas d'établir des liens anthropologiques entre les différents ensembles de locuteurs, qui fluctuent dans le temps par des mécanismes d'acculturation et de circulation.
Le mot a été forgé à partir du nom du personnage biblique Sem (en hébreu שֵׁם,šem, en arabe سام « nom, renommée, prospérité »), dernier fils de Noé. Créé dans le champ de la philologie pour désigner une famille de langues, le terme «sémite» a été utilisé à partir du XIXe siècle...

Langues sémitiques éteintes :

Arabe méridional (Érythrée, Yémen) ;
Araméen ;
Phénicien ;
Samarie


Langues sémitiques actuelles :






L'ANTISIONISME

Il est confondu  à tort bien trop souvent avec l’antisémitisme. À la fin du XIXe siècle et surtout en 1917, il représente historiquement AU SEIN MÊME DE LA COMMUNAUTÉ JUDAÏQUE OU JUIVE l’opposition à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine appelé Sionisme. Ce sionisme soutenu par le très Chrétien Anglican Lord Balfour pour se débarrasser généreusement des Juifs aboutira en 1947 à la création de l’état d’Israël. Actuellement, même dans l’état d’Israël, il y a de forts mouvements antisionistes propagés paradoxalement par des communautés Juives les plus orthodoxes.
 T-Bear



Lettre ouverte de Rudolf Bkouche au premier ministre : « Votre déclaration "philosémite" n’est qu’une forme sournoise d’antisémitisme »






Par Rudolf Bkouche :
Professeur émérite à l'Université de Lille, membre de l'UJFP et de l'IJAN, juif antisioniste

Le dimanche 21 septembre 2014 



Monsieur le Premier Ministre.

"Se dire antisioniste ou nier le droit à l’existence de l’Etat d’Israël en voulant éviter l’accusation d’antisémitisme n’est pas possible".
Je me permets de vous dire qu’une telle déclaration "philosémite" n’est qu’une forme sournoise d’antisémitisme. Que dites-vous à ces notables, si ce n’est ce qu’ils veulent entendre, savoir que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme et que vous le combattez. Peut-être même le croyez-vous ce qui montre votre peu de connaissance de la question.
Je comprends que cette confusion vous rassure, en soutenant le sionisme et l’Etat d’Israël vous pensez défendre une grande cause, la lutte contre l’antisémitisme, oubliant combien votre antiracisme est sélectif. Vous pratiquez à l’égard des étrangers, en particulier des Sans-Papiers, la même politique que vos prédécesseurs pratiquaient à l’égard des Juifs, vos déclarations sur les Rroms valent bien les déclarations de certains de vos prédécesseurs sur les Juifs. Mais comme tout bon Européen qui veut se libérer d’un passé désagréable, vous préférez aujourd’hui manifester un amour des Juifs pour mieux assouvir votre détestation d’autres populations. Votre philosémitisme, pour peu qu’on gratte pour voir ce qu’il cache, est peu reluisant. Mais il est vrai que le philo-truc n’est qu’une forme qu’anti-truc, et cela l’homme politique que vous êtes a appris à le manier. Comme je l’ai dit, je ne mets pas en doute votre sincérité, je dis seulement que si cette sincérité est réelle, elle a un goût amer.
Vous avez déclaré devant cette même assemblée que votre gouvernement se devait de lutter contre "les candidats au djihad". En un sens vous avez raison mais votre déclaration est biaisée parce que, pensant au djihad musulman, vous oubliez un autre djihad, le djihad juif, juif au sens sioniste du terme. Je suis d’accord avec vous lorsque vous voulez empêcher de jeunes français de rejoindre les massacreurs de l’Etat Islamique qui sèment la terreur aujourd’hui en Syrie et en Irak et peut-être ailleurs demain. Que leurs motivations soient religieuses ne les justifie en rien et vous avez raison de tenter de les empêcher de rejoindre une armée de tueurs. Mais pourquoi ne faites-vous pas la même chose contre ces jeunes qui, au nom du sionisme qu’ils confondent comme vous, avec le judaïsme, vont aider l’armée israélienne dans son œuvre meurtrière contre les Palestiniens. On entend même parler, à propos de ces jeunes français de soldats franco-israéliens, terme qui n’a aucun sens car il n’existe pas d’armée franco-israélienne, il existe tout au plus des Français qui se sont engagés dans l’armée israélienne et à ce titre sont des soldats israéliens. On n’a pas entendu parler de sanctions contre ces djihadistes juifs, comme on pourrait les appeler par une mauvaise métaphore mais qui à l’avantage de dire de quoi il s’agit. Et on sait que le gouvernement israélien envoie, via son Ambassade, des recruteurs pour enrôler ces jeunes djihadistes juifs, et ces recruteurs vont même prêcher dans les synagogues. Que dirait-on d’un recruteur qui viendrait dans les mosquées prêcher le djihad ?


Vous comprendrez pourquoi je considère que vos déclarations qui se veulent philosémites ne sont qu’une forme d’antisémitisme, quand bien même elles seraient sincères. 

Vous comprendrez aussi pourquoi le juif antisioniste que je suis considère ces déclarations comme des injures envers les Juifs, même si certains croient y voir de la sympathie, mais de quelle sympathie s’agit-il ? 


En confondant, comme vous le faites, antisémitisme et antisionisme, vous identifiez Juifs et sionistes. En cela vous avez la même démarche que les antisémites même si vous voulez en déduire des conclusions contraires.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Premier ministre, l’assurance du manque total de considération que m’inspirent vos déclarations.
Rudolf Bkouche



Aucun commentaire: