jeudi 1 janvier 2015

Ode à la joie pour l'an 2015



Meilleurs voeux du Japon contaminé

Comme pour des millions de Japonais et de Japonaises, le 11 mars 2011 a fait basculer Fonzy dans un nouveau monde, celui de l’angoisse de la radioactivité dans les aliments. Son témoignage rappelle que la catastrophe de Fukushima ne s’est pas arrêtée à l’ « arrêt à froid » des réacteurs décrété en décembre 2011, mais que 3 ans plus tard, la contamination est rampante. Le nuage radioactif est passé sur Tokyo et plus rien ne sera comme avant.




« Amusons-nous à Fukushima ! » dit cette publicité de Japan Railways, la compagnie des chemins de fer au Japon. 
Une croix rouge a été ajoutée par Fonzy : c'est l'emplacement de la centrale de Fukushima Daiichi.



Voici le 3ème témoignage de Fonzy :



« Cela fait des mois que je ne vais plus aux manifs anti-nucléaires, ni aux conférences sur Fukushima. Je suis tout simplement lasse de ce qui se passe ici. Presque quatre ans se sont écoulés après la catastrophe de Fukushima, mais rien ne s’améliore. Au contraire, il y a de plus en plus de choses qui se détériorent. Depuis, nous avons eu deux législatives qui ont fini toutes les deux par la victoire « écrasante » du Parti Libéral Démocrate qui est au pouvoir depuis plus de 60 ans et qui est évidemment pronucléaire. En effet, le premier ministre Shinzo Abe est prêt à redémarrer toutes les centrales, et il a déjà donné son accord au redémarrage de Sendai, celle qui se trouve dans le sud du pays et qui est entourée de volcans très actifs... Ce n’est pas tout, mais ce qui me désole le plus, c’est l’indifférence de la plupart des Japonais vis-à-vis de la politique, du nucléaire, de Fukushima enfin, et de tout.

Fukushima, qui est « officiellement » sous contrôle, n’est plus le souci principal pour la majorité de mes compatriotes, malgré de petits incidents assez fréquents à Daiichi et l’augmentation du nombre d’enfants atteints du cancer de la thyroïde (112 enfants). Ils auraient oublié Fukushima, ou simplement veulent l’oublier, comme moi. Oui, j’ai voulu oublier Fukushima, la contamination de Tokyo, le césium dans les aliments, et le fait que Fukushima Daiichi soit toujours en état périlleux. Vous ne pouvez pas continuer à vivre tous les jours avec ces angoisses et ces tensions qui durent depuis déjà quatre ans.

Pour me distraire, j’ai participé à une chorale d’amateurs. Avec les choristes, c’était un autre monde ; personne ne parlait de Fukushima ni du césium, nous chantions joyeusement, car c’est une chorale formée uniquement pour chanter ‘l’Ode à la joie’ en fin d’année. (Au Japon, en fin d’année, c’est le moment de la Symphonie no9 de Beethoven.) Pourtant, les chants joyeux ne m’ont pas aidée à supprimer Fukushima de mon esprit.

Deux de mes amis sont décédés ces derniers mois ; l’un a été victime d'une dissection aortique aiguë et l’autre d’un cancer du poumon. Ils avaient tous les deux 51 ans. Impossible d’établir les relations entre leurs décès et la radioactivité. Toutefois je constate de plus en plus de personnes qui tombent malades, d’hospitalisations, de cataractes, d’herpès... Alors comment puis-je oublier Fukushima avec toutes ces anomalies qui commencent à se déceler ? Et comment les autres peuvent-ils l’oublier ? Font-ils semblant de ne pas voir la réalité ? Plus j’essaie de ne pas penser à Fukushima, plus je suis convaincue que ce n’est pas possible.

Notre concert est fini, et c’est maintenant le Nouvel an. J’espère que l’année 2015 vous apportera beaucoup de bonheurs et qu’elle apportera la paix à Fukushima. »

Fonzy




Le riz ‘White rice’ que Fonzy White Food (http://www.whitefood.co.jp/) 
Elle contrôle ses produits avec un détecteur à semi-conducteur CANBERRA GC2520 (jusqu'à 0,5 Bq/kg)




Source : Blog de Fukushima


Aucun commentaire: