vendredi 14 novembre 2014

Qui a peur de Vladimir ?


« Qui pourrait nous expliquer, pour quels objectifs de lutte contre le terrorisme et à l'intention de quelle région spécifique, des bases militaires de l'Otan sont planifiées en Pologne et dans les pays baltes? »
Ivanov, ministre des affaires étrangères russes.



Les armées du monde entier sont en état d’alerte, les avions de l’OTAN patrouillent au-dessus des républiques baltes, de la Pologne et d’autres Etats européens à quinze minutes de vol de grandes villes russes. Des malentendus entre les forces russes et les troupes, avions de chasse et navires de l’OTAN qui déferlent sur la région – ou en Amérique du nord ou dans le Pacifique où le rapport fait état d’autres incidents – pourraient rapidement provoquer une escalade nucléaire à travers le monde.
.../...
Ainsi, l’OTAN aurait pris la décision incendiaire de rechercher et de détruire tout objet volant non identifié au-dessus de l’Europe, risquant rapidement une guerre avec la Russie. Les conflits et le danger d’une guerre nucléaire soulignent les dangers catastrophiques soulevés par la crise du capitalisme mondial. Un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, suivi par la dissolution de l’URSS par la bureaucratie stalinienne et la restauration du capitalisme, les puissances impérialistes exploitent les divisions ethniques de l’ex-URSS pour encercler et diviser la Russie. Elles préparent ainsi une nouvelle guerre mondiale.
Le principal danger que confronte la classe ouvrière est la politique agressive de l’OTAN, dirigée par Washington et Berlin. Ils ont soutenu un putsch à Kiev dirigé par la milice fasciste ukrainienne, le Secteur droit. Ils ont ensuite utilisé la guerre civile qui s’est déclenchée entre le nouveau régime à Kiev et les zones ethniquement russes de l’est ukrainien pour dénoncer la Russie et envoyer des forces en Pologne, dans les républiques baltes, dans la mer Noire et en Ukraine. Dans les pays de l’OTAN, les médias ont justifié cette offensive en prétendant que l’alliance militaire dirigée par Washington intervenait pour défendre la liberté. Par contre, on dissimula soigneusement le risque d’une guerre nucléaire aux travailleurs en Amérique et en Europe. 






« Il a été dit que les steppes russes ont enfanté beaucoup de philosophes. Cette grande étendue de terre semblant vouée à l’éternité sous des cieux infinis et des vents indomptables qui agitent l’âme… pour savoir la vérité… et rien que la vérité ». Anonyme


« De Russie vient l’espoir du monde. Non par ce qu’on appelle parfois le communisme ou le bolchevisme – non ! Mais par la liberté – la liberté ! Que chaque homme vive pour son prochain. Le principe est né là-bas. Il faudra des années pour qu’il soit cristallisé, de Russie renaît l’espoir du monde »Edgar Cayced (1877 - 1945)



Extraits de : 
La Russie de Vladimir Poutine : un parfait repoussoir pour l’axe anglo-américain et son nouvel ordre mondial



Poutine en Pierre le Grand




Pourquoi l’axe Anglo-Américain est-il si effrayé par Poutine et si déterminé à l’abattre ?
Aucun chef de file mondial n’a été autant diabolisé par l’Occident durant la dernière décennie que Vladimir Poutine, en tant que président russe.
Aucun autre président ou premier ministre n’a été soumis à autant d’attaques personnelles indignes et à de fausses accusations incessantes.
De toute évidence, Vladimir Poutine représente une véritable menace pour le Gouvernement mondial occulte (WSG) ce qui énerve profondément ceux qui résident au sommet de la pyramide du pouvoir global sur la planète.

L’un des secrets les mieux gardés à la base de l’effondrement inévitable du communisme soviétique et du démantèlement ultérieur de l’URSS est qu’il a effectivement eu lieu d’une manière qui ressemble assez à une démolition contrôlée avec soin. Mais dans ce cas, ce sont les banquiers et les politiciens, les courtiers en placements et courtiers en énergie qui ont manœuvré les leviers. Tous les plans à cette fin ont été méticuleusement mis en place par ces intervenants, qui avaient tous le plus grand intérêt à exploiter l’immense richesse de la patrie russe.
La chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS ne sont pas la série d’événements spontanés importants comme les médias traditionnels (MSM) voudraient nous le faire croire. Ce n’était pas non plus le résultat de l’exigence du président Ronald Reagan, « M. Gorbatchev, abattez ce mur », bien que son fond hollywoodien ait été pour beaucoup dans le grand (et convaincant) théâtre politique. La Perestroïka [Reconstruction, NdT] et la Glasnost [Transparence, NdT] ont été de simples slogans mis en avant afin de présenter l’apparence d’un changement fondamental en URSS. Oui, la Russie a été libéralisée, en particulier par contraste avec le communisme soviétique, mais à la seule condition que ce soit une néo-libéralisation conduite par les banksters.

Quelqu’un peut-il croire que la CIA ait tenté de se présenter comme ayant échoué à prévoir cet effondrement monumental et sans précédent, en particulier quand elle a été l’entreprise qui a tiré les ficelles et actionné tous les leviers de ce qui était essentiellement une démolition contrôlée ?
La CIA est même allée jusqu’à supporter beaucoup de mauvaise presse pour convaincre le public américain (et le monde dans son ensemble) qu’ils avaient vraiment lamentablement échoué à cet égard. Son intention de cacher les plans de ce qu’elle perpétrait contre le peuple russe et toutes les anciennes républiques qui composaient le bloc soviétique, était telle que la CIA a fait l’objet de divers drames politiques joués partout dans le quartier des théâtres de Washington, DC, dans un effort pour couvrir toute implication des États-Unis.

Quelle meilleure façon pour les oligarques de se protéger contre les actes d’accusation russes que de rechercher la pleine protection du syndicat du crime, la CIA, le MI6 [Service de renseignement britannique, NdT] et le Mossad [Service de renseignement israélien, NdT] au plus profond de l’Axe anglo-américaine. Même Mikhail Kodorkovsky, l’ex-président de la compagnie pétrolière Ioukos, aujourd’hui disparue, récemment libéré, a passé plus de temps dans les bons vieux USA, fomentant avec ses gros sabots une nouvelle révolution russe. Autre créature politique russe de la CIA, l’ancien champion du monde d’échecs Gary Kasparov, a également fait des heures supplémentaires pour remplacer Poutine comme protecteur du royaume, en prêchant sans cesse auprès de l’establishment politique américain à propos du grave danger de la direction véritablement éclairée de Poutine.
.../...
Aucun des nombreux oligarques, agissant dans leur propre intérêt absolu comme ils l’ont toujours fait, ne peut même espérer atteindre Poutine maintenant que le pouvoir de l’État a été irréversiblement consolidé pour administrer la volonté du Kremlin.



Si l’Axe anglo-américain se distingue par un objectif avant tout, c’est sa soif insatiable de pétrole et de gaz naturel. L’Axe anglo-américain est tellement accro aux combustibles hydrocarbonés que le pétrodollar est rapidement devenu la monnaie de réserve mondiale. L’importance d’une demande tellement soutenue de pétrole, dans le monde entier, comme source d’énergie a cependant atteint maintenant un point critique. Tant la machine de guerre de l’Axe anglo-américain que le mastodonte économique ont besoin de beaucoup de pétrole et de gaz pour maintenir leur tyrannie sur la planète. Non seulement l’Axe anglo-américain est terriblement inutile et inefficace dans l’utilisation de ces ressources énergétiques, que la Russie possède en abondance, mais il dépense des sommes considérables en temps, énergie, argent et capital dans le processus de nouvelles acquisitions du combustible hydrocarboné nécessaire au maintien de son statut de seule superpuissance.
.../...
Lorsque la fumée et les illusions qui définissent si bien le mirage économique de l’Ouest commenceront à se dissiper, les pays de la zone euro pourront regretter amèrement d’avoir imposé de telles sanctions contre-productives à la Russie. Ce sont eux qui souffrent aujourd’hui des conséquences économiques considérables, en plein milieu d’une récession qui réapparaît, des sanctions économiques beaucoup plus efficaces de la Russie. Même le moteur économique tant vanté de l’Europe, l’Allemagne, a perdu sa capacité à relancer le reste de l’UE, tout cela parce qu’ils ont choisi de prendre parti pour les véritables auteurs du coup d’État de Kiev.
La bataille pour l’Ukraine n’est pas tellement que le gambit géopolitique de l’Axe anglo-américain a mal tourné, mais qu’il est un test décisif pour ceux qui seront autorisés à se joindre à un mouvement mondial authentique défini par la justice économique, l’égalité sociale et la stabilité politique. En outre, c’est le respect de la souveraineté nationale avant tout que la Russie de Poutine, la Chine de Jinping et l’Inde de Modi attendent du monde, comme le reste du monde doit le recevoir de tous les pays du BRICS.

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre que ce n’est pas seulement l’homme Poutine qui fait peur à l’Axe anglo-américain. Ce n’est même pas la Russie non plus, comme une nation, qui lui fait une peur bleue. C’est la force qui est derrière Poutine et qu’ils n’ont pas vu occuper un poste politique majeur depuis John F. Kennedy. Certes, l’Axe anglo-américain doit se demander comment, dès le départ, ils ont tous pu tellement se tromper sur son compte en pensant que qu’il était l’un d’eux. Il était, après tout, un fonctionnaire du KGB avec toutes les bonnes références propres à faire croire qu’il jouerait le jeu, seulement à leur façon, et tout le temps. 

.../...

L’histoire nous a maintenant montré que Boris Eltsine avait une grande clairvoyance dans son choix de Vladimir Poutine comme Premier ministre. Ses derniers mots à Poutine en sa qualité de président étaient les suivants : Prenez soin de la Russie, qui ont également été traduits par Protégez la Russie. Poutine était le parfait moyen trouvé par Boris Eltsine pour s’assurer que sa dernière volonté serait honorée. Poutine lui-même a prononcé les mots suivants quelques jours avant les funérailles de Boris Eltsine.
« Nous ferons tout notre possible pour veiller à ce que la mémoire de Boris Nikolaïevitch Eltsine, ses nobles pensées et ses mots ‘protégez la Russie‘ nous servent de référence morale et politique ».
 Poutine
Bien sûr cela condamnait les oligarques à aller soit en prison soit en exil.
Ce qui est exactement ce que Poutine a fait, sans s’occuper des réactions et des menaces de tous les suspects habituels de l’Ouest. Poutine ne permettrait sous aucun prétexte que des prédateurs capitalistes détruisent la Russie. Il a délibérément, sous couvert de sécurité nationale, lancé tout le processus juridique et les procédures gouvernementales nécessaires pour récupérer ce qui avait été volé au peuple russe. Cette délicatesse spéciale a été particulièrement efficace, et à toute épreuve, comme celle que l’Axe anglo-américain a utilisée, sous les mêmes prétextes, pour soumettre les nations, grandes et petites, pendant des siècles.
.../...
Les gens en savaient peu sur le fait que Boris Eltsine, et surtout Vladimir Poutine plus tard, les ont tous bernés. Malheureusement, une telle tromperie pour la bonne cause a finalement pris un lourd tribut sur la santé de Boris Eltsine sous la forme d’un décès par maladie cardiaque. En tant que leader russe très patriotique et plein d’abnégation, Boris Eltsine savait qu’il devait la jouer finement avec les dirigeants occidentaux (et leurs agents) oligarques pour arracher la nation à leurs griffes prédatrices. En fin de compte, il a fait un travail extraordinaire, en particulier pour assurer une transition en douceur à Poutine, sur qui retombait le poids de son double-jeu pour la bonne cause.



Personne ne comprend mieux l’histoire russe du XXe siècle que les citoyens de l’URSS pleins de ressentiments. Ces gens ont souffert de grandes épreuves et tribulations aux mains de voyous communistes qui ont été mis au pouvoir par les banquiers occidentaux et la classe politique anglo-américaine. Ils savent exactement ce qui est arrivé à leur mère patrie dans le sillage de l’affaire de dupes qu’a été la révolution bolchevique. Ils savent aussi précisément qui a été responsable d’un tel cataclysme social, économiquement et politiquement catastrophique.
.../...

En vérité, les forces qui soutiennent Poutine dans sa quête d’une véritable souveraineté nationale sont beaucoup plus puissantes que n’importe quel président des États-Unis, Premier ministre britannique, Commandant suprême allié de l’Otan ou leader de l’Union européenne. En fait, le pouvoir qui se tient derrière Vladimir Poutine est la Russie elle-même, une force tout à fait déterminée à ne pas être prisonnière de l’axe anglo-américain, jamais plus. Et ni les bruits de bottes ni les rodomontades de Washington, ni le terrorisme économique de l’Union européenne, ou le sabotage financier de la City de Londres n’altéreront cette détermination.



.../... 
De même les prédateurs capitalistes occidentaux n’ont jamais imaginé que l’homme le plus riche de Russie, Mikhail Khodorkovsky, serait emprisonné pendant dix ans. Le plan de l’ensemble de l’Axe anglo-américain pour l’utiliser comme homme de paille dans la poursuite du pillage des réserves de pétrole et de gaz de la Russie et des actifs connexes, a complètement foiré. Cependant, une fois que les oligarques ont été dépouillés de tout pouvoir, d’argent et d’influence, l’Occident ne pouvait plus compter que sur la force brute, comme ils le font avec une sauvagerie extraordinaire dans des endroits comme l’Ukraine. Intimider et menacer, contraindre et extorquer voilà tout ce que l’Axe anglo-américain sait encore faire aujourd’hui, fort des succès que ces tactiques ont obtenues pour subjuguer des nations complètement impuissantes et sans défense, dans le monde entier, depuis de nombreuses décennies.
Néanmoins, maintenant que la Fédération de Russie a réévalué ses capacités d’armement nucléaire et redéployé les actifs critiques sur leur frontière occidentale, leurs réponses tactiques et leur préparation stratégique n’ont jamais été meilleures. Cet état de fait constitue déjà en soi un grand obstacle au plan à long terme de l’Axe anglo-américain vers la mise en place d’un Nouvel ordre mondial. Mais la Russie et l’Alliance BRICS (toujours en expansion) présentent un défi encore plus grand à ce plan voué à l’échec.

.../...
Les livres d’histoire montreront un jour que la communauté mondiale des nations s’est ralliée autour de la haute position morale prise par Vladimir Poutine dans la deuxième décennie du nouveau millénaire. Non seulement le peuple russe soutient pleinement son président, mais les vastes populations de la Chine, de l’Inde, et de nombreux autres pays se tiennent solidement derrière leurs dirigeants contre l’incessante ingérence de l’Axe l’anglo-américain. L’omniprésence de l’Internet a tout simplement rendu très facile le partage de ce qui se passe réellement dans le monde entier, en particulier lorsque l’Axe l’anglo-américain travaille partout avec tant de vigueur contre les intérêts des gens ordinaires.
Vladimir Poutine, quelles que soient les intrigues et les machinations ourdies contre lui pour perturber ses bonnes intentions, a été rencontré par son propre peuple. Il sait qu’il a fait de son mieux pour protéger la Russie. Il sait aussi que, dans sa résolution de prendre soin du peuple russe, il tient également compte des intérêts des citoyens de toutes les nations, y compris celles qui contrarient sans cesse la Russie et le persécutent à chaque occasion. Cette posture extraordinaire est non seulement assez rare parmi les leaders mondiaux aujourd’hui, mais elle est aussi une qualité admirable à toute époque … ce qui est juste une autre raison pour laquelle ils détestent la direction sage et éclairée de Vladimir Poutine.

.../...
Au sujet de la perception de Poutine comme renégat à propos d’un contrat [chute de l'URSS contre pillage des ressources, NdT] qui a été essentiellement accepté par ses prédécesseurs, il n’existait aucun impératif moral pour lui de se conformer à un tel accord illégal et contraire à l’éthique. Sur le fait lui-même, il aurait pu être à juste titre accusé de trahison de la plus haute importance s’il avait respecté les exigences de l’Axe anglo-américain. Seul un traître pouvait exécuter un contrat aussi scandaleux, donc Poutine savait que la loi et les gens seraient de son côté une fois qu’il aurait renversé les oligarques et leurs sponsors occidentaux. Néanmoins, ce faisant, il a attiré sur lui et sur la Russie les foudres des Rothschild, des Rockefeller, du Conseil sur les relations étrangères et de l’Institut royal des affaires internationales, de la Commission trilatérale et du groupe de Bilderberg.

Ayant une âme sage et traditionnelle Poutine savait que ses mandats seraient les plus conséquents de l’ère moderne… pour la Russie et le monde dans son ensemble. Il n’a pas hésité devant les exigences d’une entreprise aussi difficile. En fait, il semble enhardi par l’importance du défi. Mais il est vrai qu’il a le peuple Russe fermement à ses côtés, ainsi que l’écrasante majorité des nations du monde. Lorsque le pouvoir du peuple commence à se regrouper sur toute la planète autour des véritables intentions que Vladimir Poutine représente et a fréquemment énoncées, le changement que beaucoup attendent viendra rapidement et furieusement. En vérité, une transformation globale est juste au coin de la rue : un véritable nouvel ordre mondial marqué par le respect implicite à la fois de la souveraineté nationale et personnelle.



.../...
Au vu de ce qui est en jeu pour la Russie de Poutine d’une part et les USA d’Obama d’autre part, il est maintenant évident qu’une bataille épique fait rage à travers le pays. La bataille la plus récente en Ukraine est seulement une de plus parmi celles menées dans l’ensemble du Moyen-Orient et au-delà. La Russie et la Chine ont vu leurs positions géopolitiques agressées et compromises, là où elles tentent d’établir de nouveaux marchés ou d’engager des partenariats commerciaux. En particulier, là où les ressources énergétiques sont en jeu, les guerres sont devenues plus apocalyptiques. Tant et si bien que beaucoup se demandent si une troisième Guerre mondiale marquant la fin d’une époque est au tournant de la rue. Cependant, un tel Armageddon manigancé ne peut être épargné à la communauté des nations qu’avec la participation de l’Est et de l’Ouest.
Heureusement, la Russie de Poutine ne sera pas piégée dans un scénario de troisième Guerre mondiale, la Chine de Jinping et l’Inde de Modi non plus. En raison de la volonté inébranlable de Poutine et d’un leadership fort au sein de l’Alliance BRICS, aucune des nations régulièrement assaillies par l’Axe anglo-américain ne sera entraînée dans une guerre à grande échelle. Le monde entier doit remercier Vladimir Poutine pour sa réponse saine et mesurée à tant de conflits et d’escarmouches, d’attaques sous fausse bannière et d’invasions par procuration, qui sont mis en scène à travers la planète sur une base hebdomadaire par l’Axe anglo-américain.
.../...
Le peuple russe a appris à respecter Poutine comme un leader qui est très protecteur pour la patrie. La comparaison avec Pierre le Grand, qui a été salué comme le modernisateur et le visionnaire culturel, ayant fait de son pays une puissance européenne, est tout à fait compréhensible. Sous l’égide du tsar Pierre 1er, la Russie est devenue crainte, mais aussi respectée par ses voisins, et il est le tsar-héros officiel de l’histoire russe ». Peut-être que l’image de Poutine en tsar de toutes les Russies, diffusée par les grands médias de l’Axe anglo-américain comme une caricature méprisant,e reflète en réalité Poutine dans son rôle actuel de protecteur de la Russie et de leader moral du monde libre.


V. Poutine, judoka





Aucun commentaire: