lundi 21 juillet 2014

Vivre à Gaza

Sarkozy et Hollande, qu'est ce qui les différencie ? 
Demandons-nous plutôt qu'est-ce qui les unit. Ce même goût prononcé pour des expéditions militaires colonialiste, leur indifférence vis à vis du petit peuple et surtout leur arrogance et leur aveuglement meurtrier en matière de stratégie internationale, leur entêtement à poursuivre la politique d'ingérence globale des États-Unis, leur soumission mesquine aux lobbies de la haine. Le navire français s'enlise, son pavillon a été remplacé par une bannière étoilée du plus mauvais augure. La République n'est plus qu'un songe dans ces chaudes nuits d'été que nous traversons. Son capitaine, à peine élu par une minorité de la population gauloise, s'est rendu à l'amirauté des requins de la haute finance anglo-saxon, ceux qui avaient misé à coup sûr sur sa compétence à ne pas leur désobeir lorsque lui serait remis sa feuille de route. Shakespeare ne disait-il pas : "La clémence n'est rien qu'un meurtre, si elle absout ceux qui tuent.".
Gaël hadey


Comment rester en vie à Gaza ?


Récit de Alaa Hayek,
Texte en anglais : MBC Times
Titre original : How to stay alive in Gaza? 

Le14 juillet 2014.




Si vous demandez à vos amis de Gaza "Comment allez-vous ?" La réponse la plus commune est : "Toujours en vie"

Prenez juste une minute pour méditer ces mots et comprendre comment brusquement à Gaza en une seule nuit tous les espoirs et tous les rêves peuvent ou non passer de l'affirmation forte  "Je veux vivre" au souhait fragile de "J'espère  survivre".

L'entière vérité en ce qui concerne l'existence à Gaza est que vos plus extrêmes limites d'espoirs et de rêves se transforment d'un instant à l'autre en : "Comment faire pour rester sain et sauf ?" Mais malheureusement cette question n'a pas de réponse. 

Elle n'en a pas parce que lorsque l'armée de l'air israëlienne balance des bombes incendiares jours et nuits sur la population sans aucune distinction entre civiles et combattants, et lorsque la marine israëlienne n'arrête pas de tirer sur les habitants vivant à proximité de la côte, ou quand l'Égypte, pays le plus proche de Gaza, ferme le check-point de Rafah en insultant ces gens qui ont besoin urgemment d'argent de nourriture et de soins dans un hôpital, (les hôpitaux de Gaza sont déjà saturés et n'en peuvent déjà plus supporter davantage de blessés à cause du manque de médicaments et d'équipements de soins - alors, à ces pauvres gens, il ne leur reste plus qu'à errer au milieu de nulle part, entre la mer et et les airs, en état de de siège et d'agression permanent en étant jamais certains que l'épouse ou l'enfant survivront à ce cauchemar un seul jour de plus, une seule heure ou une seule minute de plus.

Un autre spectacle auquel vous n'assisterez jamais dans les films hollywoodiens, que vous ne verrez dans aucun autre endroit du monde :  il est 3h20 du matin, le père palestinien a enfin réussi à convaincre ses enfants de dormir un peu et dehors c'est le silence. Une sonnerie retentit dans le Hall de la maison. C'est le téléphone. Le père sort et répond. Une voix l'avertit qu'il doit de toute urgence quitter les lieux avec femme et enfants. Courir aussi vite qu'il le peut hors de la maison et s'ils ont un peu de chance ils réchapperont au bombardement. Il jette l'écouteur, se précipite chez lui avant que les bombes ne tombent, pour réveiller sa femme et ses enfants, attrape au passage les papiers d'identité et un peu d'argent. Il est 3h27. Ils sont maintenant dans les escaliers de l'immeuble. Une petite rocket a touché le toit de l'habitation, pas de blessés - ils continuent à courir. Maintenant ils sont dehors, à contempler leur maison bombardée avec tous leurs souvenirs dedans : années, événements et rêves. Leur maison finit enfin par s'écrouler sous le coup d'une terrifiante rocket tirée par un F-16 de l'armée de l'air isrëlienne. Il est tout juste 3h30. Maintenant ils n'ont plus de maison. C'est LA FIN. 

Ainsi je suis tellement désolé de ne pouvoir répondre à la question : "Comment rester en vie à Gaza?" et je ne sais même pas encore si je serai en mesure de publier ces lignes avant d'être tué moi-aussi. Mais je ne serai jamais désolé du désir de vivre de nos enfants, et non pas de survivre.


Traduction  : André Chenet

Source : MBC Times








Lettre ouverte au Président Hollande

Par Libre Penseur


Monsieur le Président, 


Il vous faudra bien répondre devant l’Histoire de votre soutien à Israël.

Israël qui procède en ce moment même à un « nettoyage » de la bande de Gaza. Opération de répression menée par un état totalitaire qui a oublié ce que la plus simple des humanités pouvait être. Et la communauté internationale se tait, complice, aveugle et sourde.

Comment osez-vous vous targuer de parler au nom des Français et marquer votre soutien au gouvernement fasciste de Netanyahu ? Israël déploie des moyens militaires disproportionnés pour achever une population assiégée depuis 7 ans, 7 ans de blocus.


Extrait de la Lettre ouverte de "Libre Penseur" au Président de la République Française
La lire dans son intégralité sur : Oulala.info

Aucun commentaire: