mercredi 18 décembre 2013

Syrie : récit d'horreur ordinaire

 

Un massacre nommé « Adra »

par Nahed Hattar

 
 
Depuis le début d'un conflit programmé par les stratèges du N.O.M., les informations affluent, des témoignages de citoyens syriens lambda, sur les horreurs commis par les wahhabites, salafistes, takfiristes et autres terroristes=mercenaires commandités par l'arabie saoudite et le qatar sous le haut commandement de Washington qui feint l'innocence, comme toujours. Sans l'aide de la Russie et de l'Iran, la nation syrienne serait probablement déjà sous la loi islamique dite de la chariah, c'est déjà presque le cas dans les zones de conflit. Pourtant la presse occidentale ne nous dit rien de ce cauchemar quotidien où viols, décapitations, massacres sont commis soi-disant au nom de la démocratie. Si Bachar al Assad est bien ce sanguinaire obsédé de pouvoir qui nous a été décrit durant des mois par nos prestigieux éditocrates, alors un silence criminel éclabousse le peu qui reste d'honneur à nos gouvernements occidentaux pris au piège de l'Otan et de ses cliques de lobbyistes, représentants des multinationales qui sont en train de ce partager le butin planétaire en créant un chaos propice nourri de propagande et de désinformations généralisées. G. Hadey  


   "Le temps d’atteindre l’autre rive/Le temps de rire aux assassins/Le temps de courir vers la femme/Il avait eu le temps de vivre."   L’Évadé de Boris Vian, [NdT].  
 
 
Il est Syrien. Il s’appelle Nizar Hassan Mahlan. Il était ingénieur et travaillait dans l’une des centaines d'installations industrielles de la petite ville ouvrière d’Adra. Il vivait dans un HLM avec son épouse Mayssoun et leurs quatre enfants. J’aurais aimé que ceux qui nous ont raconté leur héroïsme nous aient donné leurs prénoms pour qu’ils restent, à jamais, gravés dans nos cœurs.
 
Face à l’irruption dans leur modeste appartement d’une quinzaine de monstres wahhabites affiliés aux Services de renseignement saoudiens, les époux ont décidé d’un commun accord de quitter la vie avec leurs enfants... Un acte de la dignité humaine confrontée à la barbarie et qui, normalement, devrait interpeller la conscience universelle !
 
Pour ces époux, nul besoin de deviner un scénario désormais inévitable et répétitif en Syrie. Porte d’entrée fracassée, armes blanches ruisselantes de sang, instincts meurtriers débridés... Ce qu’ils allaient subir était prévisible à quelques détails près : Nizar sera-t-il décapité, pour l’unique raison qu’il est « Alaouite », avant ou après que son épouse ne soit violée ?
 
Nizar savait fort bien ce que lui et sa famille risquaient au cas où ils tomberaient entre les mains de ces assassins envoyés par la famille Al-Saoud pour « purifier » Damas, et ses banlieues, des Alaouites, des Druzes et des Chrétiens. Il était déterminé à ne pas courir ce risque et avait pensé à conserver quatre grenades récupérées sur le cadavre d’un soldat syrien martyrisé. Il ne lui restait qu’à les dégoupiller.
 
L’explosion les a tous emportés, lui, son épouse, ses quatre enfants, et huit de ces monstres assoiffés de leur sang ! Il est parti, en un bref instant, avec courage et la tête haute. En se donnant la mort, il a sanctifié la vie. Sa vie et celle de sa famille bien-aimée, qui n’aura pas eu à céder une seule seconde aux menaces des poignards wahhabites. Autrement, quel sens aurait-il encore pu donner à sa vie envahie par ces monstres d’apparence humaine, mais dépourvus de toute humanité ? Ces monstres qui se sont répandus dans la petite ville ouvrière et pacifique d’Adra pour remporter des « victoires » à coup de pillages, de viols, de destructions, d’incendies et de tueries sectaires !
 
Voilà l’une des histoires d’un massacre nommé « Adra » [1] [2], et il est temps de dire que le roi d'Arabie saoudite en porte la responsabilité ! Il est temps de dire que s’il restait en ce monde une once de conscience et un minimum de justice, lui et sa cohorte de princes, de cheikhs, et avec eux les souverains du Qatar, ainsi que les dirigeants de la Turquie seraient tous déférés devant la Cour Pénale Internationale pour être jugés sur ce massacre et des dizaines d’autres commis par les milices qu'ils financent et arment avant de les lâcher sur la Syrie ; y compris les horribles agressions aux armes chimiques considérées comme des crimes contre l'humanité !
 
Dans le cas contraire, le peuple syrien est parfaitement en droit de se rendre justice pour tous les préjudices subis : les milliers de morts, les pillages de toutes sortes de richesses, les destructions des infrastructures, les sabotages mettant en péril le pays...
 
Il est temps pour les médias syriens d’appeler les choses par leur nom, de répertorier les détails des « massacres » aussi horribles soient-ils, et d’abandonner le langage officiel empreint de retenues pour dire au monde, sans équivoques, la vérité odieuse telle qu’elle est. Cette vérité incontestable qui est que l’Arabie saoudite mène une guerre de nettoyage ethnique et de destruction massive en Syrie !
 
Certes, l’Armée nationale syrienne résiste et avance, mais aucune armée au monde ne pourrait protéger tous les Syriens à travers tout le pays dont certaines zones sont sous le contrôle de ces envahisseurs wahhabites appartenant aux réseaux d’Al-Qaïda. Dès à présent, la Syrie devrait lancer un SOS au monde entier, et nous devrions tous briser le discours dominant qui prétend qu’il s’agit d’un conflit entre une opposition et un régime, alors que la réalité est toute autre : « une guerre sectaire  menée par l'Arabie Saoudite contre la Syrie » !
 
Il est temps que les opposants patriotes - qui ont gardé leur liberté de conscience - clarifient leurs positions sur la guerre d'extermination menée par l'Arabie saoudite contre leur pays, distinguent entre le Syrien et le traitre, et se rallient sans tarder à un front uni des patriotes contre la barbarie. En Syrie, il y’a belle lurette qu’il ne s’agit plus d’une question de réformes et de changements, ou d’une question de pouvoir et de ses prérogatives. Il s’agit bel et bien de faire échec à la barbarie !
 
Il est grand temps pour ceux qui sont encore doués de raison au Liban, en Jordanie, en Irak, en Palestine et dans tout le monde arabe, de tirer les conséquences de ce qui se passe en Syrie. Il est grand temps qu’ils cessent d’agir en fonction de leurs misérables calculs politiciens au quotidien, car les épées wahhabbites- salafistes- takfiristes sont sortis de leurs fourreaux, prêtes à menacer l’Humain sur cette terre syrienne et ailleurs. Ils ont commencé par les Alaouites, les Chrétiens, les Druzes, les Ismaélites, etc. Ils s’en prendront ensuite aux laïcs... puis aux sunnites qui ne partagent pas leur déviance... puis aux sunnites qui portent la cravate... puis à ceux qui se rasent la barbe... puis à ceux qui appartiennent à une autre brigade que la leur... puis à ceux qui contestent la légitimité de mutiler les cadavres... Le cercle infernal et sans fin de leurs massacres à l’arme blanche, de préférence !
 
Il est plus que temps que les dirigeants états-uniens et européens se libèrent, un tant soit peu, du carcan des intérêts serviles des entreprises multinationales et qu’ils réfléchissent sur les dangers qui guettent leurs pays et la civilisation toute entière depuis la libération de cette bête surarmée et riche de milliards de pétrodollars.
 
Une bête qui se révèle être mille fois plus féroce que le nazisme. Une bête wahhabite-salafiste-takfiriste-saoudienne-qaidiste ; laquelle, quelle que soit ses dissensions internes, est le nazisme du XXIème siècle. Un nazisme sans cervelle ! Le nazisme d’une décadence historique politique et culturelle lâché sur notre région, nourri et manipulé par l’impérialisme talmudique dans ses différentes versions : judéo-sioniste, judéo-chrétienne et maintenant, judéo-islamiste !
 
Il est temps de nous arrêter et de réfléchir au sens du message que nous a légué Nizar Hassan Mahlan, un ingénieur syrien !
 
 
Nahed Hattar


 

16/12/2013
Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal
Source : Al-Akhbar
 
 
Note :
[1] En photos : Ils décapitent et accrochent les têtes dans les rues de la ville ouvrière d’ « Adra » ! 17 Octobre 2013 / 18H 29.
 
Traduction :
Les groupes takfiristes ont lancé une violente attaque sur les habitants de la ville ouvrière d’Adra située au nord est de Damas [à 20 Kms NdT]. Ils ont chassé les habitants de leurs logements après avoir tué et découpé, à l’arme blanche, des dizaines d’entre eux. Aux dernières nouvelles, le nombre de victimes décédées dépasserait la centaine...
 
Des rescapés racontent qu’environ 1500 individus armés de la « Jabhat al-Islamiya » [Le front islamiste dirigé par Zahrane Allouche] et de la « Jabhat al-Nousra », ainsi que des centaines d’individus qui s’étaient préalablement  infiltrés à partir de régions voisines sous prétexte qu’ils avaient été forcés à se déplacer, se sont attaqués à la Gendarmerie nationale, à l’Hôpital municipal, à la boulangerie industrielle... Ils ont fusillé et ont poignardé des habitants et des fonctionnaires... Ils ont aussi décapité certains d’entre eux et ont accroché les têtes, bardées de coups de poignards, sur les poteaux de la Place du Commerce. Ces rescapés parlent d’un massacre qui aurait dépassé en horreur tous les précédents...
 
NB : La photo du massacre figurant sur cet article est sous-titrée de la mention : « Opération de décapitation des Alaouites et des descendants d’Ibn al-Alqami, dans la ville ouvrière d’Adra » et diffusée par DAECH [Acronyme de l’État Islamique en Irak et en Syrie]. Ce qui est d’une absolue supercherie puisque tous les Syriens, sans exceptions, sont et ont été ciblés ; les identités des victimes de cette petite ville d’Adra, publiées par les médias locaux, le prouvent. Dire que ces massacreurs ne visent que les Alaouites ou les Chiites n’a qu’un seul but : réussir enfin leur « guerre confessionnelle » en Syrie ! Et inutile de rappeler que pour ce massacre comme pour les précédents : aucune condamnation par les organismes internationaux qui persistent dans leurs mensonges, en toute connaissance de cause. L’ignorer est désormais du domaine de l’impossible. [NdT].
 
[2] Pour encore plus de détails : ‘Slaughtered like sheep’: Eyewitnesses recount massacre in Adra, Syria
 
 
Source : IRIB

Aucun commentaire: