jeudi 12 décembre 2013

Pourquoi les juifs et les arabes se haïssent tant ?




בס״ד




Tous les pays enseignent dans leurs écoles leur propre version subjective (et parfois fausse) de l'histoire pour justifier leurs politiques. Par exemple, la révolution américaine, qui a permis l'indépendance des États-Unis, prend un caractère totalement différent lorsqu'elle est enseignée dans les cours d'histoire dans les écoles britanniques. Non seulement les faits, mais également leurs interprétations, sont différents. De même, l'histoire des conflits passés ayant opposé la Chine et le Japon sera racontée différemment selon qu'on soit chinois ou japonais.

L'Entité Sioniste ne fait pas exception. C'est un pays hérétique qui enseigne ce qui sert ses positions nationalistes et philosophiques. Et l'un des mensonges que l'Entité Sioniste (et ses représentants dans le monde) aime rapporter, c'est que les arabes et les musulmans ont toujours haït les juifs.

Les arabes et les musulmans n'ont pas toujours haït les juifs. Du moins pas plus (et généralement beaucoup moins) que ne l'ont fait les Chrétiens. Les juifs jouissaient d'une relation relativement pacifique et amicale avec les arabes pendant près de deux mille ans. Bien sûr, il y a eu des périodes où il ne faisait pas bon d'être juif en terres arabes, et à l'occasion des seigneurs ou dirigeants arabes mauvais ou fous qui persécutèrent les juifs. Mais ces gens persécutaient généralement les autres minorités également, et globalement les gouvernements arabes n'étaient pas du tout intéressés par le fait de nuire aux juifs vivant dans leurs frontières, ou ailleurs. Les juifs combattirent côte à côte avec les arabes contre les Croisés, et leurs relations de voisinage étaient bonnes durant toute la période du Vieux Yishouv.

Tout cela prit fin lorsque les sionistes décidèrent de s'emparer de la Terre Sainte et d'en faire un « état juif. » Les arabes qui vivaient là n'ont pas du tout apprécié. Et toutes les menaces et intimidations, ainsi que la force dont les sionistes firent usage contre les arabes, les amenèrent à avoir en grippe les juifs.

Même le tristement célèbre massacre de Hevron, que les sionistes utilisèrent comme « preuve » du fait que les arabes haïssaient les juifs, était dû aux intimidations et menaces sionistes, qui exigeaient d'ailleurs qu'on leur cède le territoire entourant le Kothel. C'est tout cela qui causa le massacre. Rav Boroukh Kaplan זצ״ל fut un survivant du massacre. Il a publié une cassette audio dans laquelle il raconte aux enfants juifs ce qui s'est réellement passé à Hevron. Il rapporte que sa femme (la Rebbetsin Vichna Kaplan) supplia à plusieurs reprises les sionistes de cesser leur intimidation et confrontation concernant le contrôle du Kothel, mais les sionistes ne l'écoutèrent pas. Lors d'un de leurs rassemblements publics, l'un des porte-paroles sionistes tourna en dérision la proclamation de foi des juifs en disant : « Shema'Yisroel HaKothel Kothleinou, HaKothel Ehod ! - Écoute Israël, le Kothel est notre mur, le Kothel est un ! » Les rabbins de la Terre Sainte leur lancèrent des avertissements en leur disant que s'ils continuaient à mettre ainsi en colère les arabes, il y aurait un massacre et beaucoup de sang serait versé. Mais ils ne les ont pas écoutés !

Les arabes de Hevron s'entendaient jusque là très bien avec les juifs, raconte le Rav Kaplan. Mais quand les arabes virent que leurs « voisins » voulaient s'emparer de leurs terres, ils entrèrent dans une rage terrible. Et la suite de l'histoire, nous la connaissons.

Meir Kahane, la figure de proue du « sionisme religieux » radical (qui fut d'ailleurs assassiné), utilisa le massacre de Hevron comme « preuve » que les arabes n'étaient que des antisémites sauvages et que la haine profonde qu'ils nourrissaient envers les juifs n'avait rien à voir avec Israël, puisqu'Israël n'existait pas encore à ce moment-là.

Meri Kahane ment ! Il n'y avait peut-être pas encore d'Israël, mais il y avait les sionistes ! Il y avait la Haganah et l'Irgoun. Il y avait la Déclaration Balfour. Il y avait des meurtres et des actes de terrorisme de la part des sionistes contre les britanniques et les arabes, et des arabes contre les sionistes, dans la lutte pour le contrôle du pays. Kahane le savait. Mais il désirait que les gens haïssent les arabes, et c'est pourquoi il fabriqua de fausses preuves et anecdotes les concernant.

À New York se trouve une très importante communauté juive syrienne. Ils vous diront que jusqu'en 1948, et très souvent même bien après 1948, leurs grands-parents (voire même leurs propres parents) vivaient bien en Syrie. Ce n'était pas facile de sortir du pays, mais ils n'étaient pas persécutés. Ils étaient heureux là-bas, jusqu'à ce qu'ils furent forcés de partir à cause de la haine grandissante qui fut suscitée par le conflit au Proche-Orient.

Les sionistes, évidemment, sont mal à l'aise d'enseigner à leurs enfants que ce sont leurs actes qui ont amené les arabes à nous haïr. C'est pourquoi ils préfèrent plutôt leur enseigner que les arabes nous haïssent depuis toujours, que leur haine à notre égard est due à leur « antisémitisme » naturelle, et qu'ils ont toujours essayé de tuer des juifs partout ils vivaient, et qu'ils continueront à le faire. Les sionistes parcourent donc le monde en disant à qui veut bien l'entendre qu'ils représentent les juifs et le judaïsme, ce qui veut dire pour les arabes que les juifs et le judaïsme veulent aller en guerre contre eux pour leurs terres.

Les arabes se font enseigner que tous les juifs sont de cruels tyrans qui veulent tuer des arabes et s'emparer de leurs terres, tandis que les juifs se font enseigner que tous les arabes sont des terroristes qui veulent tuer tous les juifs.

Les deux camps ne propagent que d'immondes mensonges. Mais plus les arabes s'entendent dire des mensonges sur les juifs, plus ils les haïssent, parce qu'ils croient qu'ils ont alors une raison légitime de les haïr et de s'en prendre à eux. Et plus les juifs s'entendent dire des mensonges sur les arabes, plus ils les haïssent, pour les mêmes raisons. Cela est allé à un tel point qu'aujourd’hui, la haine des deux côtés est si profondément enracinée qu'on peut se demander comment faire pour y mettre fin. Quand il s'agit du conflit au Proche-Orient, et qu'on demande à des juifs si ce que fait l'Entité Sioniste est justifiable, comme notamment le fait de priver des palestiniens de leurs maisons ou de s'en prendre à des palestiniens innocents, ils sont capables de vous répondre : « Des palestiniens innocents, ça n'existe pas ! » Quand vous demandez à des arabes, qui n'ont même jamais rencontré un juif de toute leur vie, s'il est justifié de haïr tous les juifs indiscriminament, ils répondent : « Un bon juif, ça n'existe pas. Ils sont tous pareils ! »

Si nous continuons à parler de la sorte, pour finir cela deviendra vrai !

Il ne fait aucun doute que beaucoup d'arabes haïssent les juifs. Mais c'est parce qu'ils se sont entendus dire (par les sionistes et des arabes) que les « juifs » estiment avoir un droit sur la terre et que les arabes n'ont qu'à s'en aller. Ajoutez à cela tout ce que les sionistes commettent en matière de crimes en Palestine, et vous avez un cocktail de haine explosif.

Rien de tout cela, évidemment, ne justifie le fait de tuer des juifs. Quand bien même vous pourriez haïr quelqu'un, vous n'avez aucun droit de le tuer ! Mais plus le niveau de méfiance et de haine grandit des deux côtés, plus il devient quasiment impossible d'avoir la paix. Et sans paix, de plus en plus de juifs et d'arabes vont mourir. Que D.ieu nous en préserve !

Les sionistes aiment publier et faire circuler les messages de haine visant les juifs, en provenance du monde arabo-musulman, et enfiler ainsi le costume de victime. Or, les arabes sont pleinement au courant des phrases qui vont être citées ici, et qui ont été publiées dans des sources sionistes. Lisez cela, et imaginez l'effet que ce genre de phrases peut avoir dans le cœur des arabes. En matière de haine et de propagande, tout ne vient pas que d'un seul côté :

« Les palestiniens sont comme des crocodiles ; plus on leur donne de la viande, plus ils en veulent. »

Ehoud Barak, 28 Août 2000, lorsqu'il était premier-ministre. Rapporté dans le Jerusalem Post du 30 Août 2000.

« Les palestiniens sont des animaux marchant sur deux pattes. »

Menahem Begin, ancien premier-ministre de l'Entité Sioniste, dans un discours prononcé à la Knesset, cité par Amnon Kapeliouk.

« Quand on aura colonisé la terre, tout ce que pourront faire les arabes à ce sujet sera de courir partout comme des cafards drogués dans une bouteille. »

Raphaël Eitan, chef d'état-major de l'armée israélienne. Rapporté dans le New York Times du 14 Avril 1983.

« Comment pourrions rendre les territoires occupés ? Il n'y a personne à qui les rendre ! »1

Golda Meir, quand elle était première-ministre, le 8 Mars 1969.

« La thèse selon laquelle un danger de génocide planait sur nous en Juin 1967 et qu'Israël combattait pour son existence physique n'est que du bluff, qui fut conçu et développé après la guerre {des Six Jours}. »2

Le général Matityahou Peled. Rapporté par le journal Haaretz du 19 Mars 1972.

« Si j'étais un dirigeant arabe, je ne signerais jamais d'accord avec Israël. C'est normal, nous avons pris leur pays. Il est vrai que D.ieu nous l'a promis, mais en quoi cela pourrait-il les intéresser ? Notre D.ieu n'est pas le leur. Il y a eu l'antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz. Mais en quoi est-ce la faute des arabes ? Ils ne voient qu'une seule chose : nous sommes venus et avons volé leur pays. Pourquoi devraient-ils accepter cela ? »

David Ben Gourion, le tout premier premier-ministre de l'Entité Sioniste, cité par Nahoum Goldmann, dans « Le Paradoxe Juif » page 121.

Le même Ben Gourion a déclaré en 1948 : « Nous devons tout faire pour nous assurer qu'ils (les palestiniens) ne reviennent plus. »3 Et en réponse à une question qui lui avait été posée quant à savoir ce qu'il fallait faire avec les réfugiés palestiniens, il a répondu : « Les vieux mourront et les jeunes oublieront ! »

« Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l'Amérique fera ceci ou cela. J'aimerai vous dire quelque chose de très claire : ne vous souciez pas des pressions que l’Amérique exerce sur Israël. Nous, les juifs, contrôlons l'Amérique, et les américains le savent. »

Le premier-ministre Ariel Sharon, le 3 Octobre 2001, dans une conversation avec Shimon Peres. Rapporté par la radio Kol Yisrael.

« Nous déclarons ouvertement que les arabes n'ont aucun droit d'occuper ne serait-ce qu'un centimètre de la Terre d'Israël. La force est la seule chose qu'ils comprendront. Nous ferons usage de la plus grande force jusqu'à ce que les palestiniens rampent vers nous sur leurs quatre pattes. »

Raphaël Eitan, chef d'état-major de l'armée israélienne, publié par Gad Becker, dans le journal Yediot Ahronot du 13 Avril 1983, ainsi que dans le New York Times du 14 Avril 1983.

« Nous devons utiliser la terreur, les assassinats, les intimidations, la confiscation de terres et couper tous les services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe. »

Israël Koening.

« Tout le monde doit se bouger, courir et s'emparer d'autant de collines que possible pour élargir les colonies, parce que tous ce que nous prendrons restera à nous...Tout ce dont nous ne nous emparerons pas restera à eux. »

Ariel Sharon, prenant la parole en tant que ministre des affaires étrangères lors d'un meeting du parti Tzomet. Rapporté par l'AFP, le 15 Novembre 1998.

« Il est du devoir des dirigeants israéliens d'expliquer à l'opinion publique, de façon claire et courageuse, un certain nombre de faits qui s'oublient avec le temps. Le premier d'entre eux est qu'il ne peut y avoir de sionisme, de colonisation ou d'état juif, sans l'éviction des arabes et l'expropriation de leurs terres. »

Yoram Bar Porath, publié par le Yediot Ahronot du 14 Juillet 1972.

Veuillez notez que toutes ces citations, et bien d'autres encore que nous n'avons pas rapportées ici, sont largement connues, aussi bien par les israéliens que les palestiniens. Et de telles déclarations nourrissent les fiertés nationalistes des deux camps, et amènent les deux camps à se haïr davantage. Et nous n'avons même repris ici les citations de Meir Kahane !

Nos rabbins de toutes les générations passées nous ont toujours interdit de tenir de tels propos, et encore moins de les penser. La Torâh enseigne à entretenir des relations pacifiques avec tout le monde. Le Talmud rapporte les fameux Trois Serments que D.ieu nous a imposés, dont l'un est de ne pas se rebeller contre les nations du monde ou les mettre en colère. De tels propos contreviennent à cette interdiction. De telles déclarations sont ce qui amènent les juifs à être haïs et tués. Que D.ieu nous en préserve !

Tous les palestiniens ne sont pas des terroristes. Bon nombre d'entre eux souhaitent vivre normalement et dans la dignité. Bon nombre d'entre eux n'ont même pas de ressentiment envers les juifs en tant que tels. De même, tous les musulmans ne sont pas animés de haine envers les juifs. Ils s'opposent à l'Entité Sioniste et à ses crimes, mais n'ont pas de problème avec les juifs en tant que tels. Mais il y a trop d’imposteurs qui disent que tous les arabes veulent tuer tous les juifs, parce que c'est la nature des arabes. Les voix dissidentes et modérées sont masquées par le boucan que font ces fous.

Idem, bon nombre de juifs n'entretiennent aucune haine ou ressentiment à l'égard des palestiniens, des arabes et des musulmans. Mais il y a trop d'arabes qui disent de nous que nous sommes tous mauvais, que nous sommes tous animés de sentiments haineux envers toute personne n'étant pas juive, etc. Et ceux qui, parmi eux, connaissent la différence entre le judaïsme et le sionisme, les juifs et les sionistes, se taisent.

Toute cette histoire est très confuse et insensée. Les arabes veulent tuer ou se débarrasser des juifs, et les juifs veulent tuer ou se débarrasser des arabes. Rien de tout cela ne se serait produit si nous avions écouté nos rabbins et les vérités de notre Sainte Torâh.

La seule question qui demeure est celle-ci : maintenant que le constat a été dressé, que ferons-nous, chacun de notre côté, pour mettre fin à cette folie ?



1Sous-entendu par-là que les propriétaires de ces territoires ont été tués.
2Alors que la guerre des Six Jours a toujours été présenté comme une guerre « défensive. »

3Dans son journal intime, à la date du 18 Juillet 1948.


Source :

Source : Sionisme vs Judaïsme
http://sionismevsjudaisme.over-blog.com/...


Aucun commentaire: