mardi 15 octobre 2013

Le capitalisme et les services publiques

Un jour un journaliste demandait au mahatma Gandhi ce qu’il pensait de la civilisation occidentale. Gandhi répondit: "C’est une bonne idée !"
 
Il avait tout dit…
 
 
Qu’est-il advenu de la civilisation occidentale ?
 
Paul Craig Roberts
 
14 Octobre 2013
 
url de l’article original:
 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
Il n’ y a pas si longtemps, les supporteurs de gouvernement et du marché libre croisaient encore le fer, mais plus maintenant. Avec si peu restant à piller dans le secteur privé. Les gangsters de la finance se sont retournés sur le secteur public et ont mis au travail les économistes soutenant la privatisation et la libre entreprise. Les gouvernements eux-mêmes sont devenus des parties intégrantes de la conspiration une fois que les politiciens ont réalisé que le pillage des biens publics était un moyen efficace de récompenser leurs sponsors privés.
 
Nous pouvons voir exactement comment cela se danse avec la privatisation en cours sous le gouvernement britannique de David Cameron de la British Royal Mai (La Poste britannique)l. Le premier ministre a décrit le pillage comme “un capitalisme populaire”, et ce bien que le public britannique soit contre cela de manière débordante et s’oppose à vendre le service du courrier à une entreprise à but lucratif.
 
La poursuite de politiques à l’encontre des décisions du peuple par le gouvernement britannique montre l’absence en GB de cette démocratie que les premiers ministres comme Blair et Cameron, sont si anxieux d’aider Washington à disséminer avec les invasions, les bombes anti-bunkers et l’uranium appauvri en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en Iran.
 
Voici comment la poste britannique est privatisée ou plutôt… pillée.
 
Dans un premier temps, le gouvernement Cameron, guidé par les gangsters de la finance, ont sous-évalué les biens du Royal Mail et ont assumé des prix de délivrance de courrier en dessous de ceux qui sont pratiqués. Cette comptabilité fictive permet aux bien publics d’être transférés aux sponsors privés des politiciens à un prix bien en-deçà de la valeur réelle.
 
Par exemple, tout le parc immobilier de Royal Mail est transféré à de nouveaux propriétaires privés pour moins que les biens immobiliers du Royal Mail de Londres seul. Neil Clark rapporte que les biens et avoirs de Royal Mail London vaut un milliard de GBP, mais que l’ensemble du parc immobilier de la Royal Mail, propriété publique de fait, est transféré à de nouveaux proprios privés pour moins des trois-quarts d’un milliard de GBP. La donne était si biaisée en faveur des acheteurs privés que le prix de l’action a augmenté de près de 40% le premier jour de l’affaire (ceci a très bien pu être une sorte de commerce nominal alors que le contrat n’a possiblement pas encore été finalisé…)
 
D’après des rapports, bon nombre de préposés vont perdre leur emploi et le public, pas les acheteurs privés, va être coincé avec la responsabilité de perpétrer le fond de pension de la Royal Mail qui représente environ 55 milliards de dollars. Ainsi les pillards privés bien sûr engrangent les biens et l’actif, mais pas le passif… Les acheteurs sont les gangsters financiers pour qui est gérée la politique économique des Etats-Unis, de la GB et de l’UE et vous l’avez deviné, Golman Sachs a fait 33,5 millions de dollars en “conseillant” Cameron sur la vente.
 
Wall Street et la City de Londres, les deux grands centres financiers du monde si aimés et mal représentés par les économisres du libre échange comme financiers d’investissement et de croissance économique, sont en fait des gangs mafieux légaux, soutenus par les gouvernements, qui pillent et qui profitent grassement de leurs pillages.
 
Nous les voyons au travail en Grèce, où la sainteté des profits financiers demandent que les biens publics soient vendus pour des nèfles aux intérêts privés. La donne demande à ce que des Iles protégées du patrimoine national soient vendues à des développeurs immobiliers et que des biens publics comme les compagnies de distribution de l’eau, les ports et la lotterie nationale soient vendus à des prix défiant toute concurrence à des intérêts privés consistant en des banques privées et leurs clients.
 
 
En Italie, l’endettement du gouvernement force la vente de châteaux et villas classés monuments historiques à des investisseurs privés, ainsi que l’île de San Giacomo sur un des lagons de Venise. Ces trésors nationaux vont être transformés en hôtels, en restaurants et en stations balnéaires pour le 1% des oligarques.
 
Le Musée national britannique et Smithsonian sont-ils les prochains sur la liste des privatisations ?
 
En Amérique les prisons sont privatisées malgré l’incentif que cela  donne aux détenus. Les écoles publiques sont privatisées sous la forme de “d’école charters”. Ceci représente un moyen d’éliminer les syndicats d’enseignement public et de convertir leurs salaires en profits privés avant qu’ils ne soient remplacés par un nouveau groupe de contractants.
 
La civilisation occidentale, si tant est qu’une civilisation demeure, est confrontée à un effondrement complet de la morale économique et politique. Le pillage et l’exploitation sans bornes règnent en maîtres et la pressetituée fait de son mieux pour masquer la vérité et les faits.
 
La civilisation occidentale a été réduite à des objets et artifices historiques, des villages pitoresques en Angleterre et en France, à l’efficacité allemande, la joie de vivre et la bonne bouffe française et italienne et les chefs-d’œuvres architecturaux et de musique classique créés bien avant notre époque.
 
En plus des mécanismes de pillage de Wall Street. L’Amérique contribue à la technologie qui met le monde entier sous une surveillance totale, exploitant l’information pour le profit économique et pour réduire au silence les dissidents.
 
La civilisation occidentale a perdu son charme et son attraction. Comme plus rien ne reste que l’ombre d’elle-même et de ce qu’elle fut, elle ne manquera à personne alors qu’ele disparaît dans un puit sans fond de vaste corruption.



 
 
 

Aucun commentaire: