jeudi 29 août 2013

Querelles de clocher autour du charnier






"D'Amérique du Nord en Europe exultent les assassins

les détrousseurs de cadavres les spéculateurs sans remords

Nous détournons nos regards vers des horizons stériles

qui nous dissimulent l'impitoyable vérité du sang répandu."

André Chenet



Brèves de Syrie :

- La France décroche un contrat d'un montant de 1 milliard d'euros avec l'Arabie saoudite

- Syrie : "Les attaques chimiques sont un coup monté"

 - La Syrie des leaks : un mail britannique bien embêtant

- La Syrie de tous les dangers : Hollande en fidèle arbalétrier d’Obama…







Querelles de clocher autour du charnier


Pourquoi sommes-nous tant de personnes qui avons appris a déchiffrer les événements tout en restant dans l'incapacité d'agir, de se rassembler, de dire stop, ça suffit, nous le peuple, malgré nos discordances et dissensions, sommes capables de nous organiser, de discuter ensemble sans ces chiens de garde payés pour bavasser et discourir que sont nos élus lesquels ne prennent jamais aucun risque et vivent, somme toute, confortablement, à l'écart de la mêlée, distribuant bons points et idées, au gré des alliances électorales ? Longue question en effet, surtout si chaque citoyen a la possibilité (virtuelle et sans effets) de cracher son venin comme Fabius, ministre français des affaires étrangères, à la différence près que ce dernier peut préconiser, au nom de ses concitoyens, le massacre des innocents, et entraîner la république, par le relais présidentiel, dans une guerre sans honneur n'ayant pas d'autres perspective que le pillage, la destruction et la honte.

L'humanité en dérive, valsant sur les airs d'opinions multidirectionnelles mais dépourvue du moindre bon sens, ne sait plus à quel saint ou quel despote se vouer. Savoir s'exprimer est une chose, mais voir à travers l'épais rideau de la confusion des conditionnements ouvre des perspectives radicalement différentes. Aujourd'hui, nous mesurons la réalité avec des outils cérébraux faisant fi de la souffrance de millions et de millions d'êtres humains. Nous jouissons, pauvres ou riches, du pouvoir de communiquer. Traquenard impérial !!! L"action collective en reste au point mort, en dépit des quelques voix s'élevant pour défier le marasme d'une raison impuissante à bouleverser l'ordre criminel de la mondialisation, cette morale coercitive contaminant, via les ordures médiatiques, la salubrité publique des nations. Le sub commandante Marcos et les indiens du Chapias, après les anarchistes, les situs et tant d'autres groupuscules d'avant-garde mus par une révolte aussi profonde que légitime, auraient beaucoup à nous apprendre afin de nous désincarcérer du machiavélisme des pouvoirs autoritaires. Le sang coule à flots, la guerre économique fait rage tandis que l'Europe des Lumières s'effondre dans les abysses des lendemains sans consistance, il suffit de prendre conscience du vocabulaire nullissime de Hollande pour réaliser à quelles extrémités politiques un pays comme la France en est réduit.

Personnellement, je trouve les discours de Bachar al Assad, traité de dictateur sanguinaire par des gens qui n'ont jamais mis les pieds en Syrie, moins désorientés (mensongers) que les déclarations fracassantes des clones dirigeants occidentaux. Il suffit d'analyser les traductions de ses interventions pour prendre conscience de la belle et profonde humanité qui l'anime (avant la déstabilisation de la Syrie par l'Otan et Israël, il vivait avec sa famille dans un quartier de Damas et conduisait sa voiture - sans gardes du corps - pour emmener ses enfants à l'école ). Après tout, il n'était pas programmé pour devenir un homme de pouvoir. C'était un médecin vivant à Londres et qui s'est résolu, à la demande de son père, à prendre ses responsabilités après la mort de son frère aîné désigné par le raïs Hafez al Hassad pour prendre sa succession à la tête du parti Baas, tandis que Mr Hollande, lui, social démocrate professionnel par ambition routinière, est devenu un président de substitution après la déchéance d'un certain DSK, patron du FMI. Le peuple français n'a fait que voter peureusement pour un retour à la norme psychiatrique en réaction à la politique démentielle d'un bâton de merde.
André Chenet


VIDEO. LA BLAGUE DU JOUR. Syrie: "Je n’ai pas encore pris de décision" (Barack Hussein Obama)

Par Allain Jules

Publié le août 29, 2013 (Source : Allain Jules )


Barack Obama
Barack Obama
Goebbels disait: «Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit». Nous y sommes presque, même comme on voit très bien que la manipulation médiatico-occidentale a du mal à prendre, malgré un forcing ubuesque. La réflexion au ras des pâquerettes, la désinformation chevillée au corps, les journalistes ne le sont plus. Ils sont des combattants au service des multinationales qui sont derrière tous les conflits. Les « qui » arment les « rebelles » en Syrie ? Il suffit de répondre à cette question pour comprendre ce qui se passe actuellement avec la supposée attaque à l’arme chimique : une promesse faite par les soi-disant rebelles afin que les États-Unis et leurs alliés rentrent en guerre. Hélas, les Russes viennent eux-aussi d’envoyer deux vaisseaux en Méditerranée. Il s’agit d’un navire anti-sous-marin et d’un lance-missiles. Les enquêteurs de l’ONU quitteront la Syrie dès samedi annonce l’ONU mais, des frappes sont annoncées juste après…sans des résultats de l’enquête. Ambiance.
L’Occident n’a vécu et ne survit que par la rapine. Toutes ses actions ont toujours été basées sur du mensonge accompagné du bruit et de la fureur. De tout temps, advitam aeternam ; à tous ses coups fourrés, lors de ses conquêtes. Il n’y a pas de génération spontanée et, ce n’est pas demain la veille. Quand le président américain Barack Obama déclare, pince sans rire, que, « Les Etats-Unis ont conclut que c’est le Gouvernement syrien qui est à l’origine de l’attaque », comme ça, sans preuve, il demande donc au monde entier, puisque ce sont les Etats-Unis, de le croire sur parole.
Avec le financement et l’armement de ces terroristes qui violent, tuent, pillent, de dire qu’ils ne peuvent pas commettre un tel délit, c’est se moquer de notre intelligence, petite soit-elle. la vraie impunité est de leur ressort puisqu’ils peuvent tout se permettre en violant aigrément le roit international. Heureusement que l’armée arabe syrienne veille. La paresse intellectuelle de certains journalistes devient inquiétante. Aucune déontologie et, pire, du copier-coller rance. Nous allons étayer notre réflexion rien qu’en se basant sur quelques faits irréfragables.
  • Il n’y a absolument aucune preuve ou même un début de preuve, encore moins une confirmation que le gouvernement Assad a effectué l’attaque chimique présumée survenue dans la banlieue de Damas.
  • Les inspecteurs des Nations Unies sont en Syrie à la demande directe du gouvernement syrien, qui les a interpellé depuis le mois de…mars 2013. Donc, c’est l’ONU qui a même tardé à venir prouver l’utilisation des armes chimiques en Syrie et par conséquent, la Gouvernement Assad coopère avec l’ONU.
  • Fait troublant, l’attaque a eu lieu à quelques dizaines de kilomètres de l’équipe des inspecteurs onusiens, le jour même de leur arrivée à Damas. Qui peut croire ensuite à l’utilisation de ces armes par le Gouvernement syrien à part ses ennemis ?
  • Carla Del Ponte, membre de la Commission d’enquête indépendante des Nations unies sur la Syrie, avait accordé un entretien en mai 2013, à une chaîne de télévision italianophone de son pays natal, la Suisse. Elle avait déclaré que ce sont les « rebelles » qui avaient fait usage des armes chimiques. La presse parla alors de propos « irresponsables ». Pourquoi donc ?
  • En mai 2013, 12 membres du Front al-Nosra ont été arrêtés en Turquie. Ils étaient en possession du fameux gaz sarin, ce neurotoxique qui aurait été utilisé dans l’attaque récente.
  • En Janvier 2013, le journal britannique «Daily Mail» a rapporté que les « rebelles » avaient prévu une attaque chimique et qu’ils allaient l’amputer au Gouvernement syrien afin de justifier l’intervention américaine. Le rapport était basé sur des emails de certains vendeurs d’armes.
  • Le Dr Ake Sellstrom, chef des inspecteurs onusiens en Syrie, doutent de la crédibilité des accusateurs. En effet, les rapports sur l’attaque sont extrêmement contradictoires. Certaines informations indiquent qu’il y a plus de 1300 morts, d’autres parlent de moins de 200 et enfin, de 350 morts.
  • "Médecins sans frontières" est aussi allé de son rapport qui ne repose pas sur ses propres informtions mais est basé sur celui reçu d’eux et expédié un groupe rebelle syrien. D’une grande crédibilité, bien sûr.
  • La vidéos de l’attaque présumée a été mise en ligne sur Internet par les « rebelles », quelques heures avant l’attaque supposée. Quelques images prouvent même qu’on a affaire à des acteurs sur certaines scènes, d’autant plus que le gaz sarin est dévastateur.
  • Les États-Unis ont exhorté, en vain, l’équipe d’inspection de l’ONU de mettre fin à ses travaux. Ces derniers ont insisté pour rester 4 jours supplémentaires, pour mieux pousser leurs investigations et déterminer les faits réels.
Nous croyons avoir été simple et assez explicite pour que, même le plus sceptique des hommes, prennent un peu de recul. Parce que, la presse mainstream passe sont temps à diaboliser le président Assad. Avec le vrai visage de ceux-ci, vu plus haut, on se demande bien les « qui » sont des monstres…Ces gens fuient les pourparlers de Genève II. Et si les observateurs de l’ONU annoncent que c’est leurs protégés qui ont utilisé des arms chimiques, quelle sera la réponse de monsieur autopersuasion Obama ? Les attaquer ? 

2 commentaires:

Jay C a dit…

Hélas tu as raison sur toute la ligne et nous ne sommes que peu à réaliser le cloaque ou l'on nous fait tomber. Je ne rajouterai pas un mot, tout est dit ici par toi. CeeJay.

CeeJay a dit…

Hélas tu as raison sur toute la ligne et nous ne sommes que peu à réaliser le cloaque ou l'on nous fait tomber. Je ne rajouterai pas un mot, tout est dit ici par toi. CeeJay.