jeudi 27 juin 2013

Julien Assange, poète pragmatique

Cessons de fermer les yeux ou de nous dissiper. Depuis quelques temps le turbo du grand capital est à son maximum pour nous mettre à plat, nou,s citoyens lambda sans le moindre pouvoir sinon celui de causer, de nous contredire dans les marges de la communication officielle. Nous sommes censés voter en France pour des Sarkozy/Hollande/LePen, c'est kif kif bouricot, sauf pour pour le pouvoir profond (financier) qui agence le monde à sa guise en nous divisant, en exacerbant les privilèges des uns et les divisions des autres. Quel que soit notre sort,  nous nous faisons complices tant que nous ne reconnaîtrons pas que la disparition des baleines ou des abeilles, que l'exploitation des masses, que les OGM dont on nous gave, que les paradis fiscaux et la crise économique et les bavures de nos hommes/femmes politiques, que les guerres profitant aux marchands d'armes, de pétrole, de gaz ... proviennent d'une même cause : un système caduque qui n'aurait jamais du s'imposer dans les relations humaines. C'était bien la peine d'avoir décapité un roi somme toute sans conscience ni ambition. Où sont-ils nos frères d'armes, nos frères en poésie, nos concitoyens sans frontières ? Il est grand temps de se rassembler pour mettre à bas ce que le poète afghan Sayd Bahodine Majrouhn  nommait l'ego-monstre. Désobeissons, ne payons plus ces sociétés corrompues et corruptrices qui vivent de notre chair, de notre sang et de nos âmes. Refusons de collaborer, une fois pour toutes, et prenons le moindre risque avec la DESOBEISSANCE CIVILE, en dehors des traîtrises syndicales ou intellectuelles. Le géant au pied d'argile s'écrasera sous son propre poids si nous refusons de coopérer, d'autant plus qu'il n'a jamais été aussi fragile en dépit des moyens colossaux dont il dispose. Soyons Julien, Bradley, Edward et tant d'autres qui risquent leur liberté et leur peau pour une véritable justice. Opposons-nous à ce cirque des institutions dévoyées. Risquons, au moins pour les petits enfants, notre rêve de fraternité en renversant les tables du poker menteur.

 André Chenet, citoyen du monde.

 

Déclaration de Julian Assange après un an à l’Ambassade d’Equateur (Wikileaks)

 
 
Cela fait maintenant un an que je suis entré dans cette ambassade pour y chercher refuge et échapper à la persécution.

Cette décision m’a permis de travailler dans une relative sécurité à l’abri d’une enquête américaine pour espionnage.

Mais aujourd’hui, les problèmes d’Edward Snowden ne font que commencer.

Deux processus dangereux ont pris racine dans la dernière décennie avec des conséquences fatales pour la démocratie.

Les manoeuvres secrètes du gouvernement ont connu une expansion terrifiante.

Dans le même temps, le droit à la vie privée a été secrètement éradiqué.

Il ya quelques semaines, Edward Snowden a sonné l’alarme sur un programme en cours - impliquant l’administration Obama, la communauté du renseignement et les géants des services internet - pour espionner tout le monde.

Dans le même temps, il a été accusé d’espionnage par l’administration Obama.

Le gouvernement américain espionne chacun d’entre nous, mais c’est Edward Snowden qui est accusé d’espionnage pour nous avoir avertis.


On est arrivé à un point où la marque de distinction internationale et le service rendu à l’humanité n’est plus le Prix Nobel de la Paix, mais un acte d’accusation d’espionnage du ministère américain de la Justice.

Edward Snowden est le huitième lanceur d’alerte à être accusé d’espionnage par ce président.
Le procès-spectacle de Bradley Manning entre dans sa quatrième semaine, ce lundi.
Après une succession de mauvais traitements, le gouvernement américain tente de le faire condamner pour "aide à l’ennemi."

Le mot « traître » a été jeté en pâture ces derniers jours.

Mais qui est vraiment le traître ici ?

Qui a promis à une génération "espoir" et "changement", pour finalement trahir ses promesses en faisant place à la misère et la stagnation déplorables ?

Qui a fait le serment de défendre la constitution américaine, pour finalement nourrir la bête invisible de lois sur le secret qui la dévorent vivante de l’intérieur ?

Qui a promis de présider l’administration la plus transparente de l’Histoire, pour finalement écraser les dénonciateurs les uns après les autres sous le poids d’accusations d’espionnage ?

Qui a concentré les pouvoirs de juge, de jury et de bourreau dans son exécutif, et abuse de ses pouvoirs sur la terre entière ?

Qui s’octroie le pouvoir d’espionner la terre entière - chacun d’entre nous - et qui, quand il est pris en flagrant délit, nous explique que « nous allons devoir faire un choix ».

Qui est cette personne ?

Soyons très prudents sur ceux que nous qualifions de « traître ».

Edward Snowden est l’un d’entre nous.

Bradley Manning est l’un d’entre nous.

Ils sont jeunes, compétents et de la génération que Barack Obama a trahie.

Ils sont de cette génération qui a grandi avec Internet et qu’Internet a façonnée.

Le gouvernement américain aura toujours besoin d’analystes du renseignement et d’administrateurs de systèmes, et ils devront les embaucher à partir de cette génération et des générations suivantes.


Un jour, leur génération dirigera la NSA, la CIA et le FBI.

Ce n’est pas un phénomène à prendre à la légère.

C’est inévitable.

Et en essayant de détruire ces jeunes dénonciateurs avec des accusations d’espionnage, le gouvernement américain se met à dos une génération et c’est une bataille qu’il perdra.
Ce n’est pas une manière de résoudre le problème.

La seule façon de régler la question est la suivante :

Changer les politiques.

Arrêter d’espionner le monde.

Éradiquer la loi sur le secret.

Cesser la détention illimitée sans procès.

Arrêter les assassinats.

Arrêter d’envahir d’autres pays et d’y envoyer de jeunes Américains s’y faire tuer et y mourir.
Mettre un terme aux occupations et aux guerres secrètes.

Arrêter de dévorer les jeunes : Edward Snowden, Barrett Brown, Jeremy Hammond, Aaron Swartz, Gottfrid Svartholm, Jacob Appelbaum, et Bradley Manning.

L’acte d’accusation d’Edward Snowden est destiné à intimider tout pays qui pourrait envisager de défendre ses droits.

Il faut faire échouer cette tactique.

Il faut intensifier les efforts pour trouver un asile à Edward Snowden.

Quel pays aura le courage de le soutenir et de reconnaître le service qu’il rend à l’humanité ?

Faites pression sur vos gouvernements pour qu’ils prennent position.

Prenez les devants et soutenez Snowden.


Julian Assange.


Traduction : Romane.
* http://wikileaks.org/Statement-by-Julian-Assange-after,249.html
 
 
 
Source : Le Grand Soir

Aucun commentaire: