vendredi 1 juin 2012

Syrie : le temps de la honte

La fabrication du consentement pour attaquer la Syrie

 
Information Clearing House



La vérité qui se cache derrière la tactique malhonnête de la BBC

Press TV
29 mai 2O12 —La BBC, radio d’état britannique, a été fortement critiquée pour avoir faussement utilisé une photo d’enfants irakiens morts dans le but de vendre une nouvelle invasion de l’OTAN, cette fois en Syrie.

En mai 2012, la BBC a publié une photo montrant plusieurs rangées d’enfants irakiens morts pour illustrer un récent massacre dans la ville syrienne de Houla.

En réponse aux critiques qui l’accusaient d’essayer de vendre une attaque de l’OTAN en Syrie, le porte parole de la BBC a déclaré qu’on ne pouvait pas leur reprocher de ne pas avoir vérifié l’authenticité de l’image car la publication de la photo avait été accompagnée "d’une claire mise en garde".

"Nous l’avons montrée avec la mention qu’elle n’avait pas pu être authentifiée indépendamment" a déclaré le porte parole.

"Quelqu’un utilise mes photos pour apporter des preuves au massacre et faire de la propagande contre le gouvernement syrien" a dit le photographe de Getty Images, Marco Di Lauro, dont la photo a été utilisée par la BBC.

Des médias indépendants accusent la radio britannique d’être devenue "un actif relais de propagande pour le compte de ’militants’ anonymes douteux", selon l’expression de prisonplanet.com, le site du journaliste américain Alex Jones.

En février dernier, le journal anglais, The Independent a aussi annoncé que "les forces de sécurité du président Assad ont tué sans distinction des douzaines de bébés à Homs".

Mais il s’est avéré à l’examen que la source de l’information était une organisation basée à Londres qui s’était autoproclamée "Observatoire syrien des droits humains."

Prisonplanet.com a accusé la radio britannique d’essayer "de vendre une attaque de l’OTAN en Syrie" et les analystes disent que la déclaration "cela n’a pas été authentifié indépendamment" est devenue l’estampille de la couverture médiatique des évènements de Syrie.

Lire la suite sur : Le Grand Soir



La Machine de « Guerre civile » de l'OTAN débarque en Syrie
par Joe Quinn et Niall Bradley
mar., 29 mai 2012 07:23 CDT
Traduction : SOTT

Les troupes de la mort : Des recrues de l'Armée syrienne libre arborent fièrement le drapeau noir d'Al-Qaïda, la base de données des mercenaires/terroristes occidentaux
Ce n'était qu'une question de temps avant que les tueurs professionnels de l'OTAN ne soient chargés de commettre un massacre en Syrie qui pourrait être imputé au gouvernement syrien par les larbins de l'ONU. Cependant, cette fois-ci, cette mascarade ne se déroule pas tout à fait selon leurs plans.

Le 28 mai 2012 (« Memorial Day » aux US, pour ceux qui apprécient l'ironie), le public du monde entier a subi une attaque frontale de la part des médias occidentaux, qui ont rabâché tels des perroquets la propagande de l'OTAN et du Conseil de sécurité de l'ONU, en condamnant « un massacre commis par les troupes syriennes » dans le village de Houla le vendredi 25 mai.

Même si les victimes de Houla étaient des partisans d'Assad, les médias ont reçu l'ordre de déverser un torrent d'insultes à l'encontre du gouvernement syrien dans l'espoir qu'elles auront assez d'effet pour justifier une intervention de type « démocratisation chirurgicale » dans un futur (très) proche....

Lire la suite sur : Sott. net/



Hollande pour une aventure militaire en Syrie

Mardi 29 mai, sur le plateau du JT de France 2, François Hollande a émis l’hypothèse d’une intervention militaire étrangère en Syrie dans laquelle notre armée serait engagée.

Les naïfs croyaient avoir voté le 6 mai pour un candidat qui s’engageait à retirer nos troupes d’Afghanistan, promesse qu’il va tenir sans la tenir puisque des questions technico-humanitaires font que nos soldats vont quitter l’Afghanistan sauf ceux qui vont y rester.

Les gens de gauche qui ont voté Hollande pour chasser Sarkozy pouvaient espérer que le nouveau président n’allait pas faire son Sarkozy en envisageant, chose dont il n’avait pas parlé aux Français quand il était candidat, d’aller détruire un pays plutôt qu’un autre (Il y a par là-bas du ménage à faire dans les Emirats arabes Unis, en Arabie Saoudite, au Maroc…).

Oui, les naïfs auraient pu espérer que le président « socialiste » allait demander une commission d’enquête internationale impartiale et dotée des moyens nécessaires, qui regarderait et dirait ce qui se passe réellement en Syrie.

Si remake du Timisoara roumain ou du bidonnage des Armes de Destruction Massives irakiennes, on ne bouge pas et c’est l’honneur du pays.

Si massacres (par les insurgés ou par le pouvoir) on consulte les Français : « Il y a plein d’horreurs dans plein de pays (liste des pays). Dans lequel voulez-vous que la France aille faire la guerre en priorité ? »

Théophraste R.
( Pacifiste professionnel, carte N° 14-18).




Nouvel Ordre Mondial: Les banquiers veulent la guerre… La Syrie ou la fabrication du consensus belliqueux

Syrie : Réthorique et fabrication du consensus de la guerre

Par Résistance 71



Le 30 Mai 2012

Il aura fallu moins d’une semaine pour que la baudruche propagandiste des va t’en guerre occidentaux ne commence à se dégonfler sérieusement, même si toute la lumière reste à faire sur cet ignoble évènement du massacre de Houla, la situation s’est déjà bien décantée.

Où en étions-nous dimanche soir ? L’infâme régime syrien de Bachar Al-Assad avait bombardé son peuple au sein d’un village (Houra ou Houré) à l’aide de son artillerie, causant le massacre de plus de cent innocents. S’ensuivit la litanie habituelle de condamnations de la “communauté internationale”, c’est à dire des membres de l’empire anglo-saxon et leurs faire-valoir de l’OTAN, organisant le haro généralisé sur le gouvernement syrien, haro soutenu et promu comme il se doit par les médias à la botte de leurs payeurs, tout ce cirque sans attendre quelque preuve confirmée indépendemment que ce soit.

Le gouvernement syrien pour sa part, dément toute participation dans le massacre et renvoie la responsabilité dans le camp de l’opposition armée syrienne (dont nos médias “bien intentionnés” ont mis près d’un an à reconnaître l’existence, alors que le public informé sait, tout comme en Libye auparavant, que la lutte armée était de mise, dès le départ).

Trois jours plus tard où en est-on ? Une enquête des observateurs de l’ONU reconnaît que “moins de 20 victimes sur les 108 répertoriées ont été tuées par des tirs d’artillerie” et que la vaste majorité des victimes a été “exécutée à bout portant”. Le conseil de sécurité de l’ONU avait au préalable condamné le massacre en impliquant les deux parties de la belligérence.

Lire la suite sur : Résistance 71



Kossayr : c’est ainsi que tout a commencé

par Suha Mustafa

Que se passe t-il en Syrie ? En un an, des milliers de personnes ont été tuées, mais qui les a tuées ? Les témoignages que nous publions sont représentatifs du drame actuel. Souha Moustafa est partie à la rencontre des survivants des affrontements. Pas de ceux qui sont employés et mis en scène par les agences de communication occidentales en Turquie et en Jordanie, mais des gens simples qui fuient les combats.




La balle a pénétré le corps de mon frère avant d’exploser dans ses poumons, dit un jeune chrétien qui a pu s’évader de Kossayr (ou Qusayr) et s’installer à Damas. Mon frère, ajoute-il, était ingénieur civil. Il s’est rendu ce 18 février 2012 à Kossayr pour nous dire au revoir avant de regagner l’Allemagne, où il poursuivait ses études. Arrivé ce jour-là en ville, il s’est retrouvé au milieu d’un accrochage entre les forces de l’ordre et des milices terroristes. Pas loin de la maison familiale, un policier gravement blessé avait besoin de l’aide. Mon frère s’est dirigé vers lui pour le secourir. Mais il ne savait pas que la mort l’attendait. Une balle a été tirée par un franc-tireur.

Kossayr est désormais une ville fantôme. Nous avons rencontré à Damas ce jeune homme chrétien, qui a souhaité préserver son anonymat. Il nous a proposé de l’accompagner dans la capitale, là où se sont réfugiés ses amis et voisins, environ 150 familles chrétiennes.

Lire la suite sur : Réseau Voltaire



Aucun commentaire: