dimanche 3 juin 2012

In memoriam André Laude

"Bon dieu dans quel train sommes-nous
dans le train des sans-le-sou,
dans le train des déprimés, des opprimés
Bon dieu dans quel train sommes-nous
André Laude


J'ai peur je ne peux plus dormir
la nuit m'a décollé les paupières 
il neige sous le hall de la gare du Nord

J'ai pris un ticket pour Varsovie
mais le train que j'attendais
à déraillé entre Berlin et Metz

Longtemps j'ai erré entre les murs
sur des trottoirs gris de misère
qui tanguaient comme un navire en pleine mer

Quand arriverais-je quelque part ?
Là-bas où je ne suis jamais allé
où l'on peut encore voyager sans passeport ?

Les révolutionnaires du temps jadis
je les ai tous fréquentés dans des bistrots clandestins
jusqu'aux petits jours mordorés de l'Histoire

Marx Proudhon Bakounine Louise Michel
et vous les poètes cracheurs d'encre et de sang
j'ai grandi lentement sous les feux de la mort.

André Chenet
Le 2 juin 2012

Aucun commentaire: