lundi 7 décembre 2009

Le filet se resserre


Les accusations d’un mafieux repenti fragilisent Silvio Berlusconi

Le Monde le 04/12/09

L’agenda politique, judiciaire et peut-être le sort du président du conseil italien, Silvio Berlusconi, sont suspendus à la date du vendredi 4 décembre. Ce jour-là, la cour d’appel de Palerme, transférée pour des raisons de sécurité, depuis la Sicile, dans le tribunal bunker de Turin (Piémont), entendra le témoignage du mafieux repenti Gaspare Spatuzza, dans le cadre du procès en appel du sénateur Marcello Dell’Utri. Ce dernier, collaborateur historique de M. Berlusconi, a été condamné en décembre 2004 à neuf ans de prison pour association mafieuse en première instance.

Gaspare Spatuzza, homme de main des frères Graviano à Palerme, soutient que MM. Dell’Utri et Berlusconi auraient été les interlocuteurs politiques de Cosa Nostra lors de la campagne d’attentats de 1993 dont il fut l’un des artificiers : le 14 mai 1993 à Rome (aucune victime), le 27 mai à Florence (5 morts, 48 blessés) et le 27 juillet à Milan (5 morts) et Rome (quelques blessés). Selon le repenti, les deux hommes souhaitaient créer un chaos propice à l’arrivée au pouvoir de Forza Italia, le parti qu’ils s’apprêtaient à créer, en échange de quoi la Mafia escomptait une politique plus clémente à son égard.

Après l’attentat raté du 31 octobre visant le stade olympique de Rome, Gaspare Spatuzza a témoigné que son chef, Giuseppe Graviano, lui aurait dit : "Tout est bien arrangé avec les politiques, nous avons obtenu tout ce que nous voulions." "Il m’a confirmé le nom de Berlusconi, ajoute Spatuzza dans le procès-verbal de son interrogatoire paru dans la presse. Puis il m’a également parlé d’un compatriote sicilien et m’a indiqué le nom de Dell’Utri." Ces aveux ont été qualifiés de "bombe atomique" par le président de l’Assemblée nationale, Gianfranco Fini.

Arrêté en 1997, condamné à perpétuité pour meurtres dont celui d’un prêtre, Gaspare Spatuzza fait partie de ces condamnés "passés du côté de l’Etat" en espérant un aménagement de leur peine. Pour expliquer son choix, le repenti a évoqué des "motifs religieux". En prison, il a passé six examens de théologie et, en 2007, il a envoyé une lettre au pape pour lui souhaiter un "bon anniversaire".

Ce n’est pas la première fois que M. Berlusconi et son ancien bras droit, qui se connaissent depuis le début des années 1960, sont soupçonnés de liens avec la Mafia. Une première enquête du parquet de Florence (Toscane) – classée sans suite en 1998 – n’avait pas pu apporter la preuve de ces contacts avant les élections de 1994 qui ont porté le Cavaliere au pouvoir pour la première fois. Les détails apportés par Spatuzza ont relancé les investigations du parquet.

Dans un communiqué publié dimanche 29 novembre, le président du conseil a dénoncé "l’attaque la plus incroyable et ignoble" qu’il ait subie. "S’il y a une personne qui par nature, par sensibilité, mentalité, origine, culture et action politique est très éloignée de la Mafia, c’est bien moi", a-t-il dit. "S’il existe un gouvernement qui a fait de la lutte contre la Mafia l’un de ses objectifs les plus clairs et les plus cohérents, c’est le mien", a-t-il ajouté.

"La personne la plus éloignée de la Mafia" ? Sur les conseils de M. Dell’Utri, M. Berlusconi a employé comme "palefrenier ", entre 1973 et 1975, un mafioso du nom de Vittorio Mangano afin que ce dernier, dit le Cavaliere, protège sa famille. Vittorio Mangano mourra d’un cancer en 2000, une semaine après avoir été condamné à perpétuité pour un double meurtre. La fortune rapide de M. Berlusconi a aussi suscité parfois des interrogations. Selon le journaliste Marco Travaglio, auteur de L’Odeur de l’argent (Fayard, 2001), cette fortune aurait même en partie une origine mafieuse.

C’est lors du second mandat de M. Berlusconi, en 2002, que le régime sévère de prison pour les mafieux, dit "41 bis", est devenu définitif. Le ministère de l’intérieur a indiqué que, depuis sa victoire électorale d’avril 2008, "huit mafieux étaient arrêtés chaque jour", dont 15 des 30 fugitifs les plus recherchés.

Le retour au premier plan des liens entre Mafia et politique a donné à M. Berlusconi l’occasion d’une nouvelle "sortie", samedi, contre "ceux qui donnent une mauvaise image de l’Italie" : "Si je trouve qui est l’auteur de "La pieuvre" (une série télévisée à succès) et qui a écrit des livres sur la Mafia, je jure que je l’étrangle." "De l’humour", ont précisé ses proches.

Par Philippe Ridet
Passages mis en gras par ReOpenNews


http://www.reopen911.info/News/2009/12/06/berlusconi-implique-dans-les-attentats-de-1993-en-italie/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Reopen911-News+%28ReOpen911+-+News%29

Aucun commentaire: