vendredi 19 juin 2009

Les Indiens organisent la lutte pour leurs droits

par
Caroline Stevan


Amérique latine Jeudi18 juin 2009



La pression – agricole, industrielle ou énergétique – sur la terre menace les zones indigènes. Partout sur le continent latino-américain, la contre-attaque est en cours

Les Indiens d’Amazonie ont remporté une victoire contre Lima. Lundi, le premier ministre, Yehude Simon, a promis l’abrogation des décrets autorisant l’exploitation de leurs terres. Mardi, il a annoncé sa démission. De violents affrontements – 34 morts et 200 blessés – auront cependant été nécessaires pour infléchir le gouvernement, après des mois de mobilisation pacifiste. Si elle y est la plus spectaculaire, l’offensive indigène est loin de se cantonner au Pérou. Des marches ont récemment été organisées en Colombie, la contestation indienne a également traversé l’Equateur, le Paraguay ou le Chili. Au Brésil, la Cour suprême a validé fin mars les limites d’une réserve aborigène, boutant de ce fait les riziculteurs blancs à l’extérieur d’une zone qu’ils avaient investie illégalement.

Pression de l’agro-industrie

L’enjeu central reste celui de la terre. D’autres problématiques existent – participation politique, défense d’une identité culturelle propre ou accès à l’éducation et au marché du travail, pour ceux qui habitent en ville notamment. Elles sont toutefois secondaires. «Tous les pays d’Amérique latine ont reconnu le droit des indigènes à avoir leurs territoires, avec plus ou moins d’autonomie, mais le poids des grands propriétaires terriens et de divers lobbies fait que ces acquis ne sont guère respectés», note Bruno Clément, responsable des programmes Brésil-Bolivie et Nicaragua pour l’ONG romande E-Changer.

Prospection minière et pétrolière au Pérou, barrages hydroélectriques ou fermes de saumon au Chili, exploitation forestière au Brésil: les «réserves» indiennes regorgent de ressources et suscitent nombre de convoitises, nationales et internationales. «La pression sur la terre augmente, du fait notamment du développement de l’agro-industrie, lui-même lié à l’essor des agrocarburants», confirme Capucine Boidin, maître de conférences à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Iheal), à Paris. En réponse, les indigènes durcissent le ton.
«La lutte n’est pas nouvelle mais elle est plus politisée, précise Christian Gros, spécialiste de la région. Cela tient à la démocratisation générale du continent et au parcours même des leaders indiens, qui passent désormais par l’université.» En outre, les communautés peuvent s’appuyer sur des textes internationaux pour faire valoir leurs droits. A la convention 169 de l’Organisation internationale du travail, adoptée en 1989, a succédé en 2007 la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

«L’activisme indigène est devenu plus visible parce qu’il a l’appui de l’opinion publique internationale, soucieuse de la protection de l’environnement et de la survie de ces populations. Il bénéficie également de relais parmi les ONG, dont nous faisons partie», ajoute Sophie Baillon, porte-parole de Survival France. Si les Indiens des Andes ou d’Amazonie disposent de soutien à l’extérieur du continent, ils sont aussi davantage connectés entre eux. Un «sommet indigène» a été organisé fin mai à Puno, dans le sud-est du Pérou.

Quant au dernier forum social mondial, à Belém en janvier dernier, il avait pour thème l’Amazonie. «Il y a des liens et une volonté d’échanges de la part de ces groupes, mais la coordination reste toutefois compliquée du fait, notamment, de dizaines de langages différents, tempère Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques à Paris. Les chefs d’Etat bolivien et nicaraguayen ont par ailleurs apporté leur soutien aux Indiens du Pérou, mais cela peut être interprété comme une instrumentalisation de la question, en raison de vieux contentieux entre ces pays

Présidée par l’Aymara Evo Morales depuis janvier 2006, la Bolivie semble vouée à rester une exception. L’Etat andin s’est doté de la Constitution la plus généreuse du continent quant aux droits indigènes, mais il est le seul pays de la zone habité par une majorité d’Indiens (60% environ). Et, là encore, la lutte pour la gestion des terres crée des remous depuis de nombreux mois.

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/622b5108-5b7e-11de-93d9-be50bf0fa769%7C1

Aucun commentaire: