lundi 23 mars 2009

Coca à l'Onu





Maintenant c’est sûr, il n’y a plus rien à faire pour lui. Il a dépassé les bornes. En mâchant des feuilles de coca en pleine assemblée de l’ONU – pourquoi pas se sniffer une petite ligne tant qu’il y est ? –, le président bolivien a révélé au monde qu’il n’est qu’un dangereux junkie, limite dealer planétaire. Escobar revival. Heureusement, les américains veillent : la libéralisation de la coca ne passera pas !
.../... Lire la suite sur Article XI




Aucun commentaire: