jeudi 5 février 2009

Un trou béant à la place dun coeur


Rien, absolument rien à redire qui n’ait déjà été dit sur la prestation de notre ex-futur prétendant à l'Élysée, toujours égal à lui-même, jamais à court d'arguments les plus vils avec un trou à la place du coeur, un trou béant, qu'il a bouché avec un mot, juste un mot prononcé avec un rictus effroyable: "compassion". Un mot qu'il a avoué ne pas se sentir autorisé à" utiliser" dans le cadre de la fonction prestigieuse qui est la sienne. Comme ils se sont donné des sueurs froides les conseillers de communications qui tentent de redorer son blason bassement populiste dévoyé, siglé UMP., signifiant à quelque chose près: l'ultra libéralisme à l'usage des populations en voie d'être décervelées. Même un Le Pen, à qui Sarkozy doit somme toute beaucoup plus qu’il ne voudrait le croire, aurait fait mieux fait dans cet exercice spectaculaire qui consiste à ramener les moutons affolés au bercail. Après dix minutes fastidieuses, j'avais envie de lui dire: « pète un coup mon gars, t'es tout pâle ». Rien, rien de neuf, ce soir, sinon une peur insidieuse qu'il n’arrivait plus à dissimuler, inscrite telle une malédiction, une contamination pernicieuse qui pourrait rendre notre conducator « vulgaris » extrêmement dangereux dans les mois à venir. Les Français ne sont plus dupes des vicieux tours de passe-passe auxquels s’adonne une gouvernance entrepreneuriale qui n'a de cesse d'écraser les gens d'en bas, selon la formule odieuse de l'éminence grise Raffarin, tandis qu'elle accorde de royaux privilèges à ceux qui, s'ils étaient bons joueurs, devraient redistribuer les plus-values colossales qu'ils ont détourné, au détriment du bien public, et conséquemment des plus démunis. Je n'ai entendu que justifications grossières, étayées par des mensonges de sale gosse pris en flagrant délit de masturbation. Et pour finir, j'ai surtout été choqué par les fautes de français, coutumièrement inadmissibles dès la classe de sixième, du plus haut représentant du pays de la philosophie des Lumières. Au bout de vingt minutes, j'ai éteint mon poste.

André Chenet

Aucun commentaire: